La réalité est ce que l'imagination fait d'elle _Charmant _ David Safier_

Affichage : 26 RÉSULTATS
Auteur (e) en Y Auteur (e) par ordre alphabétique Les maisons d'éditions Par genre Pika Shonen

Defense Devil T1 de Kyung-il Yang et In-wan Youn

Cher(e) voyageur(e), Ce manga m’a été offert par un pote lors d’un de mes anniversaires. En faisant le tri dans mes livres, je me suis posée et je l’ai interrogé : t’ai-je lu ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Bon, comme je suis dans une optique de tri, je …

Divers

Prey (2022) signé Dan Trachtenberg

Cher(e) voyageur(e),

Avec mon père, nous aimons nous faire peur. On se choisit un film en espérant le grand frisson. Nous visionnons ces films en général quand maman n’est pas là accompagné de tortillas et de pizza industrielles _ oui, c’est un sacrilège, mais no judge !_. Nous avions choisi Prey.

Mon avis

Je n’ai pas vu les films « Predator ». Beaucoup disent qu’il est en lien et que cela peut jouer sur l’avis final. Maintenant que j’ai dit ça, je peux peut-être vous faire part de mon avis. 

L’histoire en elle-même est plutôt banale. Naru est une jeune femme qui veut faire ses preuves. Elle veut montrer qu’elle est aussi forte que son frère, qu’elle aussi, elle peut chasser. Pourquoi une femme ne saurait-elle pas tirer à un arc ou même pister sa proie ? Son clan lui fait confiance pour pister sa proie, un peu moins pour chasser. Heureusement, c’est bientôt l’heure de sa première chasse toute seule. Elle aura l’occasion de leur montrer à tous qu’elle est douée et qu’elle avait bien raison de s’entêter, qu’elle en valait la peine.

Lors d’un de ces entraînements, les événements dérapent de chasseur, elle devient la proie d’un ours. Il est imposant, mais surtout très en colère. Il charge. Son chien et elle courent à s’en cracher les poumons. Elle trouve refuge dans un barrage. L’ours et ses grosses griffes acérées ont de quoi éventrer ce pauvre barrage de castor. Ça y est ! C’en est fini d’elle. Non, attendez, mais que vois-je ? L’ours est soulevé de terre par une force invisible, poignardé et éventré. Naru est bouche bée. Elle a du mal à assimiler la scène qui s’est déroulée sous ses yeux. Elle doit prévenir son clan, ils doivent savoir qu’un ennemi féroce et invisible est tapi dans l’ombre prêt à les attaquer. 

Cependant, son clan la croit faible. Leurs jeunes chasseurs auront tôt fait de tuer cet ennemi, s’il existe évidemment. 

J’ai été séduite par les effets spéciaux. Les producteurs m’en ont mis plein les mirettes. Les paysages sont assez banals dans le sens que ce ne sont que des plaines et des montagnes, mais j’ai adoré. C’est dépaysant et frais.

Naru a su me toucher. Elle est forte, déterminée et intelligente. 

C’est les dialogues qui pêchent. Les dialogues sont assez peu présents et en plus pour ne rien arranger le doublage sonne faux. Il manque de conviction.

Le dernier point, c’est le nombre de scènes gores. Il n’y a pas besoin de nous jeter toute cette hémoglobine au visage pour nous effrayer ou nous tenir en haleine. C’était un peu trop pour moi.  

Pour un avis plus enthousiaste que le mien :

Sortie mondiale : 05 août 2022 sur Hulu & Disney+ Réalisation : Dan Trachtenberg Scénario : Patrick Aison Musique : Sarah Schachner Distribution : …

: Prey (2022)

Note : 2 sur 5.

4 réponses à “Prey (2022) signé Dan Trachtenberg”

  1. Avatar de Les paravers de Millina

    Alors j’avoue peu dialogues moi qui ait la parlotte, j’ai parfois du mal à m’en accommoder, après le paysage et le balayage de la caméra sur la faune et la flore m’a émerveillé. Mon enthousiasme à simplement était douché par le sang versé. Haha je suis curieuse de la VO maintenant !

  2. Avatar de Les Mots de Mahault

    Tout comme Ma lecturothèque, j’ai apprécié ce film – il me faut avouer être assez amatrice de l’univers Predator. En revanche, c’est vrai qu’ils ont un peu forcé sur l’hémoglobine ^^ !

    1. Avatar de Les paravers de Millina

      Oui je pense que s’il y a une chose qui m’a gêné, c’est le bain de sang final avec la surenchère. C’était un peu trop. Il y a tellement moyen de faire un bon film sans être trop gore !

  3. Avatar de Ma Lecturothèque

    Contrairement à toi, j’ai beaucoup aimé ! Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de dialogues dans les premiers films (en tout cas, pas dans mes souvenirs) donc, si ça t’a gêné ici, ça risque d’être le cas si un jour tu décides de regarder le premier « Predator ». J’ai trouvé que ce « manque » faisait la part belles aux ambiances et à la musique. En ce qui concerne le doublage, je ne peux pas en juger car j’ai vu le film en VO, en tout cas j’ai beaucoup aimé le casting (sauf les « Français » dont je comprenais à peine ce qu’ils disaient!!).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Auteur (e) en N Auteur (e) par ordre alphabétique Bonne lecture Le Livre de Poche Les maisons d'éditions Par genre réécriture de conte

Barbe bleue de Amélie NOTHOMB

Fragment en guise de mise en bouche : – Elles n’étaient pas contentes de la chambre, peut-être. – Vous n’avez pas compris. Elles n’ont plus eu la possibilité de s’exprimer là-dessus : on n’a plus jamais entendu parler d’elles. – Mortes ? – Non. La mort n’est pas une disparition. La femme semblait satisfaite de l’effet produit. – Pourquoi …

Appréciation Belfond Les maisons d'éditions LIVRE Policier Thriller Très bonne lecture

Les vagues reviennent toujours au rivage de XAVIER-MARIE BONNOT

Fragment de livre en guise de mise en bouche : — Pour faire le fa dièse, faites glisser votre doigt légèrement vers vous… Comme cela. Ne vous crispez pas. Voilà, vous y êtes. Le souffle tiède d’Éva court sur l’avant-bras de Michel De Palma. Il cherche à se détendre. — Voilà, un peu plus souple, et maintenant tirez l’archet depuis le talon …

Auteur (e) en C Auteur (e) par ordre alphabétique Bonne lecture Contemporaine Flammarion Les maisons d'éditions

Le message d’André CHEDID

Citation en guise d’avant-goût :

Anya est partie, coudes au corps. Messagère d’un amour qui lui rappelle le sien, elle trotte de toutes ses jambes. La route est grise, grise. Elle s’accroche à l’image en bleu de ce jeune inconnu.
Elle hâte le pas, elle bondit, elle se presse. Les mots de la lettre l’accompagnent : « Je serai sur place à midi. Je t’attendrai toute une heure. Si tu ne viens pas, je comprendrai que tout est définitivement rompu… ». Elle répète ces paroles par cœur. « Définitivement », lui colle à la langue, elle recrache ce mot. Définitivement ne veut rien dire, quand l’amour s’implante ça ne s’arrache pas d’un coup de colère. C’est tenace. Ça s’obstine.

Mon avis :

Une bonne lecture ! 

 Je l’avais noté dans ma wish-list, après avoir vu ma petite cousine chamboulée par sa lecture. Quand elle a refermé son livre, elle m’a dit “il faut que tu le lises” avec des larmes au coin des yeux. Eh bien, c’est fait et c’est une bonne lecture. Je n’ai pas été autant touchée qu’elle par ce roman, mais c’est peut-être due à notre différence d’âge _ 6 ans_. Ce roman est engagé contre la Guerre. Il fait le parallèle entre amour et guerre, ils sont au total antipode ! 

Amour et Guerre ! 

Anya, une jeune femme est touchée par une balle à l’épaule en pleine rue. Elle voulait rejoindre son amoureux pour lui dire qu’en vers et contre tout, elle l’aime et ceux malgré ses défauts. Mais, cette balle l’a atteinte près du cœur, elle s’est effondrée. Arrivera-t-elle à transmettre son message et à parcourir ce dernier demi kilomètre qui les sépare ? Des personnes s’arrêteront-elles pour l’aider? L’amour est-il plus fort que la guerre? 

Un message fort !

L’auteure rythme son récit avec des phrases courtes. Elle nous fait ressentir l’urgence de transmettre ce message d’amour. L’amour n’attend pas, il est en plein combat, va-t-il gagner ? 

L’auteure ne nomme pas cette guerre. Elle n’a pas de date, pas de lieu. Les ennemis sont anonyme.. Par ce procédé, l’auteure démontre le côté absurde de la guerre, ses nombreuses victimes, parfois innocentes, ces vies brisées, ces familles délogées… Plus elle dure, moins on sait pourquoi on se bat, plus la violence paraît normale. Le contraste Amour et Guerre ne fait que renforcer cette absurdité.  

Cependant, ce manque de détail/description vis-à-vis des personnages m’a aussi empêché de m’attacher aux personnages. 

En résumé : C’est une bonne lecture, engagée avec un message fort. C’est beau, poignant, mais je n’ai pas pu m’attacher au personnage. Un procédé de narration est travaillé, riche et très intéressant

Notation : 16/20