La réalité est ce que l'imagination fait d'elle _Charmant _ David Safier_

Affichage : 1 - 14 sur 14 RÉSULTATS
Auteur (e) par ordre alphabétique Auteur(e) en B Bonne lecture Hugo roman Les maisons d'éditions Romance

Les chagrins d’amour font de belles chansons de Tamara BALLIANA

Fragment en guise d’avant-goût : Une fois qu’il est parti, elle dit pourtant : – Sienna, si je m’écoutais, je t’étranglerais tout de suite. – Ne fais pas ça, tu es trop jolie pour finir en prison. Et avec Ilaria …

Auteur (e) en C Auteur (e) par ordre alphabétique Bonne lecture Contemporaine Flammarion Les maisons d'éditions

Le message d’André CHEDID

Citation en guise d’avant-goût :

Anya est partie, coudes au corps. Messagère d’un amour qui lui rappelle le sien, elle trotte de toutes ses jambes. La route est grise, grise. Elle s’accroche à l’image en bleu de ce jeune inconnu.
Elle hâte le pas, elle bondit, elle se presse. Les mots de la lettre l’accompagnent : « Je serai sur place à midi. Je t’attendrai toute une heure. Si tu ne viens pas, je comprendrai que tout est définitivement rompu… ». Elle répète ces paroles par cœur. « Définitivement », lui colle à la langue, elle recrache ce mot. Définitivement ne veut rien dire, quand l’amour s’implante ça ne s’arrache pas d’un coup de colère. C’est tenace. Ça s’obstine.

Mon avis :

Une bonne lecture ! 

 Je l’avais noté dans ma wish-list, après avoir vu ma petite cousine chamboulée par sa lecture. Quand elle a refermé son livre, elle m’a dit “il faut que tu le lises” avec des larmes au coin des yeux. Eh bien, c’est fait et c’est une bonne lecture. Je n’ai pas été autant touchée qu’elle par ce roman, mais c’est peut-être due à notre différence d’âge _ 6 ans_. Ce roman est engagé contre la Guerre. Il fait le parallèle entre amour et guerre, ils sont au total antipode ! 

Amour et Guerre ! 

Anya, une jeune femme est touchée par une balle à l’épaule en pleine rue. Elle voulait rejoindre son amoureux pour lui dire qu’en vers et contre tout, elle l’aime et ceux malgré ses défauts. Mais, cette balle l’a atteinte près du cœur, elle s’est effondrée. Arrivera-t-elle à transmettre son message et à parcourir ce dernier demi kilomètre qui les sépare ? Des personnes s’arrêteront-elles pour l’aider? L’amour est-il plus fort que la guerre? 

Un message fort !

L’auteure rythme son récit avec des phrases courtes. Elle nous fait ressentir l’urgence de transmettre ce message d’amour. L’amour n’attend pas, il est en plein combat, va-t-il gagner ? 

L’auteure ne nomme pas cette guerre. Elle n’a pas de date, pas de lieu. Les ennemis sont anonyme.. Par ce procédé, l’auteure démontre le côté absurde de la guerre, ses nombreuses victimes, parfois innocentes, ces vies brisées, ces familles délogées… Plus elle dure, moins on sait pourquoi on se bat, plus la violence paraît normale. Le contraste Amour et Guerre ne fait que renforcer cette absurdité.  

Cependant, ce manque de détail/description vis-à-vis des personnages m’a aussi empêché de m’attacher aux personnages. 

En résumé : C’est une bonne lecture, engagée avec un message fort. C’est beau, poignant, mais je n’ai pas pu m’attacher au personnage. Un procédé de narration est travaillé, riche et très intéressant

Notation : 16/20

Appréciation Auteur (e) par ordre alphabétique Auteur(e) en B Contemporaine Folio Les maisons d'éditions LIVRE Très bonne lecture

L’élégance du hérisson de Muriel BARBERY

Un fragment des réflexions de Renée :

Au chapitre cinématographique, en revanche, mon éclectisme s’épanouit. J’aime les blockbusters américains et les œuvres du cinéma d’auteur. En fait, j’ai longtemps consommé préférentiellement du cinéma de divertissement américain ou anglais, à l’exception de quelques œuvres sérieuses que je considérais avec mon œil esthétisant, l’oeil passionnel et empathique n’ayant d’accointances qu’avec le divertissement. Greenaway suscite en moi admiration, intérêt et bâillements tandis que je pleure comme une madeleine spongieuse chaque fois que Melly et Mama montent l’escalier des Butler après la mort de Bonnie Blue et tiens Blade Runner pour un chef-d’oeuvre de la distraction haut de gamme. Pendant longtemps, j’ai considéré comme une fatalité que le septième art soit beau, puissant et soporifique et que le cinéma de divertissement soit futile, réjouissant et bouleversant.

Mon avis :

Quand j’ai lu ce livre, je n’étais pas trop dans mon mood littéraire. Pour le dire franchement, j’étais en panne sèche littéraire, rien ne me faisait envie… Et c’est dur d’en sortir. Bon assez parlé de mes états d’âme passés.

Ce livre m’a plu malgré ces conditions peu favorables, je dois l’avouer. La preuve est que j’ai corné au moins une vingtaine de pages. Oui, je corne les pages, un livre corné est pour moi, un livre bon et un livre qui a une histoire! Donc corné les pages est pour moi, un bon signe, un signe que ma lecture m’a plu, m’a interpellé, m’a fait réfléchir.

J’ai effectivement lu lentement par rapport d’habitude, mais c’est à cause de cette p***** de panne et non pas par rapport à la qualité du roman.

Ce récit a été pour moi une belle surprise bien que le début m’avait déçue, car je m’attendais à plus d’action. Or ce livre est contemplatif donc si vous aimez le rythme, et un peu moins les belles tournures de phrases et les critiques de la vie moderne. Un petit conseil, passez votre chemin. C’est une ode à la vie, je dis le contraire du résumé, je sais, mais je me comprends. Cette histoire est vraiment belle, la vie en est le sujet principal, ses cadeaux comme ses obstacles. Ce thème m’a permis de découvrir, de voir l’évolution de deux personnages que tout semble opposer :

  • Paloma a décidé de se suicider à 13 ans. C’est triste comme histoire, me direz-vous ! Et bien non ! Comment ? C’est simple. Paloma cherche une raison de rester en vie. Quelque chose, quelqu’un qui la ferait changer d’avis. J’ai bien aimé ce point de vue : original.
  • Renée a 54 ans, elle est concierge de l’immeuble où vit Paloma. Elle se fait passer pour plus C**** qu’elle ne l’est ! Pourquoi ? Ce sera à vous de le découvrir.

À travers ces personnages, leurs caractères, leurs qualités et leurs défauts, l’auteure nous fait part de ces réflexions sur la vie. Elles ne sont pas forcément très poussées ni sentencieuses. Elles m’ont interpellée et permis de faire évoluée mes réflexions sur la vie. Ouh! Là! Faut que j’arrête de philosopher! Pour moi, c’est un point très positif.

Mon seul regret est que le livre présente certaines longueurs, des baisses de rythme qui ont nui à ma lecture. Par contre, je ne sais pas si l’auteure pouvait s’en passer, elle aurait peut-être perdu en cohérence. Ces longueurs se sont concentrées au début du récit, j’ai donc eu du mal à m’y mettre et une fois lancé, j’étais dans l’histoire au côté de Paloma et Renée ♥.

Un petit remerciement aux éditeurs qui ont bien fait leur boulot au niveau du résumé, il n’en dit : ni trop, ni pas assez ! Merci, je n’ai pas été spoiler cette fois-ci !

En résumé : Ce n’est pas un coup de cœur, mais ça reste une très belle histoire, une ode à la vie et à la découverte des autres. Nous avons toujours la possibilité d’apprendre des autres. 

Notation :

Note : 4 sur 5.