Les oubliées du printemps de NELE NEUHAUS

Fragment en guise d’avant-goût :

— Dans les années vingt et trente du siècle dernier, leur maison était déjà un foyer d’enfants tenu par des religieuses. Elle a été fermée par les nazis, compléta Pia. Ensuite, le père de Theodor Reifenrath a racheté le bâtiment à l’ordre. Les sources d’eau minérale et l’usine de mise en bouteille en avaient fait un homme aisé et l’un des principaux employeurs de Mammolshain et des environs.

— On a déjà des informations sur les cadavres ? demanda la divisionnaire en continuant à farfouiller dans son portable, les sourcils froncés.

— Non, nous ne savons encore rien d’eux, répondit Pia. Le professeur Kirchhoff procédera dès que possible à l’autopsie. En attendant, nous continuons les fouilles de la maison avec les techniciens. Il nous faut savoir pourquoi personne n’a recherché Reifenrath pendant dix jours, qui a enfermé le chien dans le chenil et… »

Mon avis :

Pourquoi ai-je choisi cette lecture sur Netgalley ?
Tout simplement parce que j’avais lu Blanche-neige doit mourir de l’auteure, et j’avais adoré les personnages, l’ambiance et le style. Alors quand j’ai su que j’allais retrouver Pia et Bodenstein… Je me suis lancée et je ne suis pas déçue.
Devons nous les lire dans l’ordre !
Personnellement, je n’ai lu que 2 livres : le tome 4 et le 9. Et ça ne m’a pas gênée plus que ça de ne pas avoir lu les autres tomes. Je n’ai pas été perdue dans l’histoire personnelle de Pia et Bodenstein et ça ne m’a pas non plus empêchée de m’attacher à eux.
Une mort accidentelle qui en révèle bien d’autres !
Un vieux monsieur Theodor Reifenrath est retrouvé mort chez lui. 14 jours qu’il fait le festin des asticots, et personne ne se préoccupe de ce pauvre vieux. Quand Pia arrive sur les lieux, et qu’elle commence son enquête, elle tombe sur un os. Ou plutôt des os ! Et oui dans le jardin de ce pauvre vieux grincheux, il y a bien 3 cadavres si ce n’est plus. Ce monsieur serait-il le tueur ou celui-ci court toujours ? Pia et Bodenstein vont enquêter… Je peux déjà vous dire que ce n’est pas si simple. Déjà Theodor Reifenrath et sa femme ont été famille d’accueil. Ils ont connu 30 enfants, soit 30 suspects. Heureusement, le chiffre se réduit Tout le monde voit sa femme disparue comme une sainte, elle a accueilli tous les enfants. La.e lectrice.eur sent que l’enquête policière va vite prendre une tournure sociale.
Une intrigue complexe et pleine de personnages !
Oh la la ! L’intrigue se développe par petits bouts et elle est entourée d’une aura mystérieuse. Le flou est de plus en plus présent. Plusieurs petits mystères naissent en parallèle, ils sont intéressants, même si au début je me suis un peu perdue. Cependant, cela va en s’éclaircissant. L’intrigue n’en est que plus prenante.
Il y a toute une myriade de personnages au début, ça m’a fait un peu peur mais l’auteure a su leur donner à tous des particularités de caractères, compétences et autres, ce qui m’a permis de les distinguer. A part deux personnages secondaires de l’équipe de Pia et Bodenstein, mais cette confusion n’a pas nui à ma compréhension. Si j’avais peur de me perdre avec les différentes victimes, j’ai vite été rassurée. L’auteure nous fait, vers la 200ème page, un tableau récapitulatif des différentes victimes, ce que l’on sait d’elles, circonstances de découverte… J’ai vraiment apprécié ce détail.
Une plume toujours aussi prenante !
L’auteure a su tenir le rythme et le suspense. Elle a une plume simple, rythmée et fluide. Elle est très agréable à lire. En plus, dans ce tome, elle développe toute une partie de l’intrigue sur le profiler. J’ai eu un peu peur que le dénouement repose tout sur ça mais non. Elle s’en sert sans trop se reposer dessus ce qui permet de garder son originalité.

En résumé : Encore une excellente lecture avec Nele Neuhaus ! Après deux livres de la saga qui m’ont plu, je compte bien en lire d’autres. Les deux enquêteurs sont plaisants et attachants avec des histoires personnelles assez atypiques.

Note : 4.5 sur 5.

Autres livres de l’auteure chroniqués sur le blog :

2 commentaires

Laisser un commentaire