Ecouter un extrait :

Mon avis :

Si le café en plus d’avoir une bonne odeur, un arôme riche (qu’on aime ou pas) avait un pouvoir, c’est une idée assez jolie et bien exploitée. Tout y est, le pouvoir en lui-même, ses conditions d’utilisation, ses avantages et ses limites. 

L’histoire se déroule au Funiculi Funicula, un petit café de Tokyo. C’est un petit local caché et exigu, l’on y sert un café très spécial. Il n’y a que trois places assises, dont une occupée, par une femme en blanc fantomatique. C’est justement à cette place que l’on peut retourner dans le passé. L’autre prérequis est une tasse de café bien chaude. Cependant, il y a un certain nombre de règles à respecter. Si vous ne voulez pas revenir dans le présent, il ne faut pas vous lever de la chaise sur laquelle vous êtes assis. Si le café refroidit avant que vous n’ayez eu le temps de le finir, vous deviendriez un fantôme comme la femme en blanc. Il est impossible de changer le présent. Alors, pourquoi entreprendre le voyage, si rien ne change ? Certes, on se rend où l’on veut dans le passé, il suffit de penser très fort à cette période. Il ne nous reste qu’à attendre notre interlocuteur et lui parler. Est-ce vain ? 

Tout au long du roman, nous nous demandons pourquoi ces femmes viennent dans ce café attendre des heures que la place se libère pour un court interlude dans le passé. Fumiko est la première d’entre elles. Son copain et elle se sont séparés dans ce même café, elle a entendu parler de ce café. Elle espère vraiment revenir à ce jour et lui dire de rester et essayer de le faire changer d’avis. Connaissant les règles du café, c’est impossible n’est-ce pas ? Elle fait preuve de détermination et de courage, est-ce que tout cela va payer ? 

J’ai adoré cette première histoire et celles qui suivent. Elles sont un mélange d’espoir et de mélancolie. Et si revivre un instant du passé pouvait changer l’avenir, si seulement… un vain espoir, une folie ou un pas vers la guérison ? 

Ces 4 femmes et les employés du café sont comme qui dirait liés. Les liens se créent. C’est un peu comme une famille, comme des amis liés par un secret et une expérience commune.

Le narrateur est bon pour les descriptions, pour dépeindre les décors, mais quand il s’attaque au dialogue, ça manque de relief. Il fait peu de changement d’intonation. J’aurais aimé plus d’émotions, de désespoir, de tristesse et d’amour. Philippe Spiteri donne surtout un ton mélancolique à l’histoire, il est presque omniprésent. 

En bref, cette histoire a une trame originale, un peu farfelue et une jolie morale. La narration aurait gagné à un peu plus de tonus.  

D’autres avis sur la toile : le coup de coeur de Light and Smell, livre d’un jour, Les livres de Zéa, En tournant les pages, let me entrain you, l’île au polar, les yeux dans les livres, l’oeil de sauron, Les lectures de Floladilettante, J’ai lu tu as lu… , la librairie d’Helene, Lire par Elora, Ce que j’en dis, Au chemin des livres et cela n’a pas plu à Ourse Bibliophile.

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)