Extrait en image « Une petite galerie » :

Mon avis :

Sortir de ma zone de confort !

​​Ma tante m’a proposé ce roman graphique surtout pour les dessins de Titwane et leur style réaliste. Je vous en ai mis quelques photos. Je suis vraiment fan de ces planches. Outre le graphisme, le récit m’a énormément plu. Raynal Pellicer et Titwane ont assisté à des enquêtes au sein de la brigade criminelle. Lorsqu’ils suivent les investigations, c’est sur une durée déterminée. Ils sont francs dès le départ en disant que les policiers ont un droit de regard sur ce qu’il publie au niveau des enquêtes. Leur récit n’est pas dans le but de suivre une seule affaire jusqu’à résolution, mais plutôt de rendre compte de la réalité de terrain. 

Un documentaire riche ! 

Les policiers ne sont pas toujours actifs. Ils attendent parfois longtemps avant d’avoir une affaire. Leurs activités professionnelles jouent souvent les montagnes russes : le calme avant la tempête. 

La(e) lectrice (eur) est du coup happé(e) par leur quotidien. Les auteurs nous expliquent toutes les démarches des enquêteurs, les différentes étapes de leur travail de la partie scientifique à la paperasse. Dit comme ça, cela peut paraître très ennuyeux, mais c’est tout le contraire, ils arrivent à garder éveillé mon intérêt. C’est comme si on explorait leur vie au quotidien à la loupe : les pauses cigarette, les procédures, les interrogatoires, leur travail d’équipe… À travers ce documentaire (roman graphique), différents thèmes sont abordés comme le meurtre, le vol et le terrorisme. Les affaires présentées ici peuvent être simplistes ou nébuleuses. Cependant, quand on sait que c’est réel, ça lui donne tout de suite plus de valeur. 

La seule chose qui peut être dérangeante, ce serait qu’on n’a pas le point final de ces affaires. Pour moi, ça m’a un peu perturbé, mais au final, cela démontre la difficulté de clôturer une enquête et explique aussi le temps de la justice.  

Explication ! 

Raynal Pellicer rend le monde de la police « clair et limpide ». Il explique tout pour les novices comme pourquoi on utilise du papier kraft pour emballer les preuves et non du plastique. OK, je n’ai pas retenu que ça, mais c’est un des faits qui m’a le plus marqué parce que dans les séries policières ils utilisent des pochettes en plastique. Enfin, bref… Disons qu’ils se mettent à la hauteur du Lecteur et c’est très appréciable. 

Des illustrations sublimes !

J’adore la plume de Titwane. Les dessins ont un beau trait réaliste, même si les couleurs sont sombres et également lumineuses. Les portraits sont vraiment saisissants (exemple ci-dessus) et les paysages sont magnifiques. Les toits de Paris sont magiques sous les traits de Titwane. Les gadgets de la police rendent très bien aussi. 

En résumé : « Sortir de ma zone de confort » est ce qui résume le mieux cette chronique et j’ai été enchanté. J’ai aimé les deux. Les dessins bien sûr, car ils sont saisissants. Mais l’histoire aussi, parce qu’elle est réelle. C’est la vie quotidienne des policiers de la criminelle du 36 quai des Orfèvres.

Note : 5 sur 5.

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)