Halloween Night T1 Le manoir d’Alexis Aubenque

Fragment de livre en guise d’apéro :

C’était lui qui s’était chargé de la transaction et avait mené toute l’opération pour obtenir la location de ce manoir « hanté ».

– On peut quand même prendre une douche ?

– Bien sûr. Et même si vous en avalez, vous ne risquez rien, elle n’est pas polluée. C’est juste qu’elle n’est pas aux normes actuelles.

Ils posèrent toutes leurs réserves de nourriture sur la grande table en bois massif placée au centre de la pièce et vidèrent leurs glacières pour remplir le frigo.

Mon avis :

Je pense qu’il est important de parler de moi avant de vous livrer mon avis. Je suis une vraie novice dans le genre horreur. Mes livres lus dans cette catégorie se comptent sur les doigts d’une main. J’avoue n’avoir jamais eu le frisson de ma vie à part peut-être avec Misery de Stephen et encore c’était un petit. Je suis le genre de personne qui fait des commentaires pour rendre le film d’horreur plus glauque. Je n’ai sursauté qu’une fois en regardant Sinister et même pas un tremblement devant Shinning. En gros, la personne que tout le monde déteste avoir à une soirée film d’horreur. J’ai tout de même un peu plus de backgrounds au niveau des œuvres cinématographiques. 

Si je me suis tournée vers ce livre, c’est parce qu’on se rapproche de la période d’Halloween et ce récit me semblait totalement adapté. 

Maintenant, j’arrête le blabla et passons aux choses sérieuses !

La (e) lectrice (eur) suit une bande d’amis composés de deux couples : la pompom girl et le capitaine, Kelly et Luke et un potentiel nouveau couple le geek et la gothique. C’est un peu cliché, avouons-le ! Ils ont décidé de fêter Halloween comme il se doit. Pour cela, ils ont loué un manoir pour un mois. Pourtant, ça fait plusieurs heures qu’il roule et pas de manoir en vue. Finalement, quand il apparaît, quel soulagement ! Il est à l’image des vieilles demeures des films d’horreur. Il sent le renfermé, le vieux. Malgré tout, il est bien entretenu. La bande d’amis en avait des frissons sur la route sombre et interminable, mais les voilà rassurés. Un peu de vent, des cheminées qui s’éteignent et des rideaux qui se déplacent. C’est une bonne ambiance pour les soirées d’Ouija, des petits frissons. Bref, c’est un bon week-end qui s’annonce ! Seulement des détails clochent. Ils sèment le doute, les plus cartésiens ne se laissent pas facilement impressionner. Et pour une fois, ils ne changent pas de veste comme de chemise.  

 Je n’ai pas eu le frisson de ma vie, c’est une bonne lecture d’ambiance. Elle s’installe petit à petit. Elle est brumeuse et mystérieuse. Le doute qui plane.

 L’auteur a un mélange : deux fortes têtes, d’autres, un peu plus banales, et un geek peureux. Ces protagonistes réunissent les clichés et stéréotypes de genre, tout en ayant des éléments un peu détonnants. Une femme est peureuse, et elle a besoin de protection. Elle est crédule, elle ne va pas se renseigner et enquêter. Un homme n’est pas viril s’il avoue qu’il a peur ou qu’il adore regarder top-chef et cuisiner de bons petits plats. 

L’écrivain a un style sympa et fluide mais pas inoubliable.

En résumé : C’est une bonne lecture. Il se lit bien avec une belle ambiance, mais pas le grand frisson. La fin laisse présager une suite prometteuse.

Note : 3.5 sur 5.

Les autres avis :

1 Comment

Laisser un commentaire