Premières lignes#110

Cher.e.s voyageur.e.s,

J’ai modifié le rendez-vous premier paragraphe. Et je me suis rendue compte que ma nouvelle version est très similaire à celle du rendez-vous premières lignes créées par Ma lecturothèque d’où le changement de nom

LE PRINCIPE : CHAQUE SEMAINE, JE PRENDS UN LIVRE ET JE VOUS EN CITE LES PREMIÈRES LIGNES DU RÉCIT.

Je partage avec vous les premières lignes du livre d’une de mes lectures passés Prague Fatale de Philip Kerr :

Septembre 1941
L’idée de suicide est pour moi un véritable réconfort : parfois, c’est la seule chose qui m’aide à passer une nuit blanche.
Par une telle nuit – et il y en avait plein –, je me mettais à démonter mon pistolet automatique Walther et à huiler méticuleusement le puzzle de pièces métalliques. J’avais vu trop de coups rater faute d’une arme correctement huilée et trop de suicides tourner mal parce que la balle avait pénétré dans le crâne du bonhomme selon un angle aigu. J’allais jusqu’à vider l’escalier qu’était le magasin de cartouches et à astiquer chaque balle, les alignant comme de petits soldats de plomb, afin de choisir la plus propre, la plus brillante et la plus digne de figurer en première place.
Je tenais à ce que seule la meilleure d’entre elles perce un trou dans le mur de prison de ma caboche épaisse, avant de creuser un tunnel à travers la matière grise de découragement de ma cervelle.
Toutes choses qui pourraient expliquer pourquoi tant de suicides sont rapportés aux flics de façonnée. « Il nettoyait son pistolet et le coup est parti », déclare l’épouse du défunt.

Bonne lecture !

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lady Butterfly & Co
Le monde enchanté de mes lectures
Cœur d’encre
Les tribulations de Coco
Ladiescolocblog
Aliehobbies
À vos crimes
Le parfum des mots
Ju lit les mots
Voyages de K
Les lectures de Val
Le petit monde d’Elo
Mon P’tit coin de lectures
sir this and lady that
Livres en miroir

2 commentaires

Laisser un commentaire