La réalité est ce que l'imagination fait d'elle _Charmant _ David Safier_

Affichage : 1 - 12 sur 12 RÉSULTATS
Appréciation Auteur (e) en O Auteur (e) par ordre alphabétique Coup de cœur Manga Seinen Shonen

A silent voice T5 de Yoshitoki OIMA

Image en guise d’apéro : Mon avis : Ce manga prend une tournure inattendue. Shoya s’est enfin intégré, mais certaines choses l’empêchent d’y croire totalement. Un élève semble s’intéresser à lui, son cercle d’amis s’élargit, mais le sentiment de honte …

Appréciation Bonne lecture Feel-good Les maisons d'éditions Librinova LIVRE Policier

Le café des délices T2 : De respirer, j’ai arrêté de Linda DA SILVA

Fragment de livre en guise d’amuse gueule

— Bonsoir, Linda, comment ça va ce soir ? Et comment vont Tania et Matéo ?

— Bonsoir Jonathan. Tout va bien, mais comme tu le vois, je cours partout. Les enfants ça va, d’ailleurs ils viendront m’aider durant les vacances scolaires de Noël, comme d’habitude.

— Tu dois être ravie.

— Mouais. Enfin ils ont surtout envie de tous vous revoir… Mais ça me va bien ! répond Linda en caressant l’épaule de Jonathan.

— Je me doute.

— Et toi alors, quoi de neuf ?

— J’ai eu vent ce matin, par mon ancien collègue de la BAC, Adrien, d’une affaire qui pourrait peut-être m’intéresser. Pour le moment la police n’a pas fait appel à moi, normalement c’est eux qui doivent le faire.

— Ah bon, tu dois attendre qu’ils te contactent ?

— Habituellement oui, mais là, vu ce qu’Adrien m’a raconté, cette enquête m’intéresse au plus haut point.

Mon avis :

Une bonne lecture ! 
C’est une bonne lecture encore plus prenante que le premier tome. Comme précédemment, il y a une partie enquête mais dans ce tome elle prend le premier plan. La convivialité du café des délices est encore là mais plutôt en arrière fond et bien moins présente. L’enquête est tout de même plus prenante et développée que dans le second. Seulement, le titre de la saga et le fil directeur perdent un peu de leur sens. Les habitués du café du premier tome, même si un peu niais, m’ont un peu manqué. 
Un/une serial killer/killeuse dans Paris ! 
Dans ce tome, le protagoniste principal est Jonathan, le petit ami de Marshal : le barman du Café des Délices. Il a abandonné la police pour faire des études de profiler. Les meurtres dans Paris l’intriguent, il n’a qu’une envie faire ses preuves. Seulement pour ça, il faudrait faire partie de l’équipe d’enquêteurs qui est sur la trace de ce serial killer. Il va se démener et pas qu’un peu pour en faire partie. J’ai beaucoup aimé découvrir cet homme. Il est joyeux, taciturne, travailleur et charmant. Sa relation avec Marshal est à un tournant, il a peur de le perdre et c’est réciproque. J’ai beaucoup aimé la suite de leur relation. Surtout, je suis contente d’une chose, c’est qu’ils soient loin du cliché du couple homosexuel. Ils sont tout mignons. L’auteure fait preuve de pudeur et de respect quant à leur relation. 
Des nouveaux personnages ! 
Les nouveaux visages sont vraiment biens et plus complets que dans le premier. Même si j’avoue que je voudrais en savoir un peu plus car si l’auteure nous les présente, certains éléments sont restés sous silence. J’ai beaucoup aimé Damien le journaliste pas sans foi ni loi et Adam le commissaire principal, un sceptique, énergique et bon leader. 
Une bonne enquête ! 
L’enquête est prenante. Elle m’a embarquée. Elle est logique, haletante et n’est pas simpliste. Par contre, j’ai deviné le coupable avant la fin. Cette enquête n’est pas non plus des plus originales. Elle ressemble légèrement à certaines séries et films policiers. J’ai été étonnée par l’auteure, elle s’est bien améliorée par rapport à son premier tome. C’est plus fluide avec un rythme mieux découpé. Elle permet de créer un suspense plus important. 

En résumé : c’est une bonne lecture avec une enquête haletante même si un peu prévisible. La plume est fluide. 

Note : 3.5 sur 5.

Tome précédent :

Copinautes blogueurs qui ont chroniqué :

Appréciation Auteur (e) en H Auteur (e) par ordre alphabétique Bonne lecture Les maisons d'éditions LIVRE Pocket Policier

La fille du train de Paula HAWKINS

Une petite écoute 🙂 :

Mon avis :

À ma plus grande surprise, j’ai bien aimé ce livre. 

Un scénario intrigant et terrifiant 

C’est une histoire sombre, ne serait-ce que par les sujets abordés : l’alcoolisme, la dépendance, l’addiction, les facteurs sociaux de l’alcoolisme (les réactions de l’entourage, l’isolement)… Cela ne me fait pas beaucoup sortir de mes cours de pharmacie, dit donc

Malheureusement, tout ça est encore d’actualité, je le vois souvent à la fac où le but dans une soirée est de finir en PLS (Position latérale de sécurité) et c’est une fac de santé. Mais où va le monde! Fin du petit coup de gueule. 

Autre sujet abordé : le voyeurisme. On est une société qui a un côté très voyeur et malsain à cause des médias. Les fans qui se renseignent sur leur célébrité préférée, est-ce une forme de voyeurisme? Heureusement, nous n’avons pas encore atteint le niveau de Rachel, notre protagoniste. L’auteure pousse donc cet aspect voyeur un peu à l’extrême, je pense pour faire réagir son lecteur. 

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=b47C9i3WZDE&w=523&h=392]

Les paroles de cette chanson me font un peu penser à Rachel. 

Rachel, parlons-en!

Rachel est donc depuis 2 ans seule, divorcée, sans emploi et alcoolique. Elle vit en collocation et sa colocataire n’est pas au courant qu’elle a perdu son travail. Tous les matins 8 h, elle prend le train pour se rendre au travail qu’elle a perdu. Et tous les matins, le train s’arrête devant l’appartement d’un couple. Elle prend le plaisir à observer, à chaque passage du train s’arrête. Elle a la sensation de les connaitre depuis le temps, elle leur a même donné des prénoms : Jess et Jason. Mais un jour, tout bascule, ce couple idyllique se transforme sous les yeux de Rachel en mascarade, Jess trompe Jason. Puis quelques jours plus tard, Jess a disparu. Rachel va-t-elle intervenir, dire ce qu’elle a vu? De simple observatrice deviendra-t-elle actrice? Un témoin alcoolique peut-il être pris au sérieux?  

Le voyeurisme de Rachel met la(e) lectrice(eur) mal à l’aise. 

Pour moi, c’est un point qui a un peu freiné ma lecture, car poussé à l’extrême, c’est quand même très dérangeant. Si c’était le but de l’auteure comme je le pense, alors elle a réussi. Mais certaines pensées plus enfantines, plus innocentes sont aussi les miennes. Je pense notamment aux faits que quand elle voit un paquet de vêtements abandonnés, elle imagine leur histoire. Ou encore quand elle regarde un avion, elle essaye de deviner leur destination. Cela vous est-il déjà arrivé

Une enquête un peu atypique!

Tout d’abord, il n’est pas question d’inspecteur encore moins d’indice, mais plus de personne. Rachel ne s’invente pas en Colombo, en tout cas, c’est un aspect assez intéressant. Ça change

Différents points de vue féminins!

L’histoire se déroule à travers le regard de trois femmes Megan (la disparue), Anna (la femme de Tom) et Rachel. C’était intéressant de voir leur différent point de vue. C’est aussi un plus pour l’enquête, car cela maintient la(e) lectrice (eur) dans le flou et apporte le suspense. Cependant, c’est à des temps différents, Megan, on la suit avant sa disparition. Les changements de temps m’ont parfois embrouillé. C’est quand même une bonne idée. 

J’ai eu un peu de mal avec les personnages féminins. C’est vraiment difficile pour s’attacher aux personnages. 

La plume de l’auteur bien dosée!

Il y a des descriptions, c’est vrai, elles sont fluides et rythmées par les dialogues. Donc il n’y a pas de lourdeur dans le récit. 

Pourquoi n’est-ce pas un coup de cœur

Je me suis laissée assez vite happée par l’histoire, les événements au début s’enchaînent assez rapidement. Sauf qu’il y a un ralentissement de rythme au bout de 200 pages, je ne repoussais plus l’heure de dormir. J’ai trouvé qu’on tournait un peu autour du pot. De plus, j’ai trouvé le ou la coupable, au moins 150 pages avant le dénouement

En résumé : un bon livre original dans le choix de narration, dans les thèmes abordés. Il aurait par contre gagné à être écourté. 

Notation : 

Note : 7.5 sur 10.
Appréciation Excellente lecture J'ai lu Les maisons d'éditions LIVRE Science fiction

Des fleurs pour Algernon de Daniel KEYES

Extrait audio :

J’espère que cet extrait vous plaira. ♥

Mon avis :

C’est une belle découverte livresque et une belle découverte de l’auteur. Je suis très contente de ma lecture. C’est une excellente lecture icon_love . 

J’ai lu l’édition augmenté en Lecture commune avec Les lectures d’Anneso

Est-ce que je conseille l’édition augmentée ? 

L’édition augmenté contient 3 parties : le roman, l’histoire de son écriture (autobiographie de l’auteur), et la nouvelle dont est issue le roman. Le roman m’a énormément plu. La nouvelle un peu moins car justement elle est moins développée. Cependant, il est très instructif de voir le travail de l’auteur : la transformation d’une nouvelle en roman. L’histoire de l’écriture de son roman envers et contre tous m’a beaucoup fait penser à Martin Eden et ses difficultés à publier. J’ai beaucoup accroché à ce récit autobiographique, l’auteur est sensible et attachant. Il fait preuve d’humanité

Le roman et son originalité !

En tant que lecteur, on suit Charlie : un homme de plus de 30 ans atteint de crétinisme. C’est un terme encore utilisé aujourd’hui pour désigner un Homme qui a QI faible. C’est assez affreux qu’on ait gardé ce terme surtout que l’évaluation du QI n’est pas une science exacte! 

Charlie participe à une opération qui le rendra peut-être plus intelligent. Est-ce qu’elle va marcher, telle est la question ? Charlie est tout en innocence, en gentillesse un peu à la manière de Forest Gump. Il m’a également beaucoup fait penser à Martin Eden dans son envie de découvrir le monde et d’évoluer. Je me suis beaucoup attachée à Charlie. Sa vision du monde change. J’ai un peu redouté ce changement car il voyait un monde si beau, j’aurais voulu qu’il le reste.

Une lecture qui interroge et fait réfléchir !103980 Dans ce livre, il ressort deux sujets principaux: les expériences scientifiques  et l’évaluation que l’on fait de l’intelligence. Prend-elle en compte tous les facteurs ? Est-ce que quand on est plus intelligent n’y perd-t-on pas au change ? Est-ce seulement le cas pour tout le monde?  En tout cas, si on évaluait ma sœur avec les méthodes actuelles, sont QI serait de 0. Or pour moi, elle a une intelligence qui lui est propre. Améliorer l’intelligence est-ce améliorer l’humanité ou la détruire ? 103980

Ensuite, il y a pas mal de choses du monde scientifique qui sont remises en question : comme le fait qu’il faille publier pour être un bon scientifique, que les scientifiques font preuves de détachement (sorte de protection ?) vis à vis de leur patient? Et l’expérimentation animale : je vais peut-être paraître insensible mais l’expérimentation animal pour le moment est inévitable car sinon les expériences scientifiques se baseraient sur des extrapolations. On se retrouverait alors avec des scandales pires que celui des thalidomides à tire larigot.

Certains scientifiques se sont lancés dans la modélisation pour éviter l’expérimentation sur l’animal mais malheureusement et bien heureusement, ils n’ont pour l’instant réussi qu’à modéliser les cellules (à l’aide des mathématiciens de chez Michelin). Peut être un jour arriverons-nous à l’organisme humain en entier, mais pour ça il faudrait plus de financement dans la recherche public. Car les chercheurs, dans les universités, sont payés un peu plus que le SMIC. Certains plus car ils ne sont pas que chercheur mais aussi universitaire et/ou hospitalier.

L’expérimentation animale est aujourd’hui régit par la règle des 3R :

* Reduce (Réduire) le nombre d’animaux en expérimentation.

* Refine (Raffiner) la méthodologie utilisée, ce qui implique la notion de points limites (critères d’interruption, ou « end-points »).

* Replace (Remplacer) les modèles animaux.

Une plume sensible et direct !

Les descriptions de l’auteur montre une sensibilité de l’auteur sans pour autant tourné autour du pot. Elle est fluide, précise et concise

Pour montrer l’évolution de Charlie, l’auteur a décidé d’écrire son récit sous forme de compte rendu or les premiers sont remplis de fautes d’orthographe. Puis elles vont se faire plus rare. C’est un peu déroutant au début, mais ça sert l’histoire : montre l’évolution de l’intelligence de Charlie. Ce procédé est intéressant et original. 🙂    

C’est passé à deux doigts du coup de cœur, mais quelque chose m’a manquée. Cependant, je ne serais pas vous dire quoi !  103980

En résumé : Un très bon livre! Il nous happe, nous interroge et nous instruit que demander de plus !!

Notation : 18/20

Point de vue de ma mere, une psychiatre sur ce livre : 

Des fleurs pour Algernon est un livre intéressant voire fascinant car même s’il a été écrit dans les années 50, il reste très contemporain. Il pose la question du regard des Autres sur Soi, la question de l’intelligence (et du QI), de la discrimination, de la connaissance anticipée de son destin (question hautement d’actualité avec l’augmentation des démences séniles)…

Sans avoir de formation en psychologie, en dehors d’avoir effectué une psychanalyse classique, l’auteur nous fait vivre dans la peau du déficient mental comme du génie avec un sens aigu de l’humain, de l ‘empathie ou du cynisme. En tant que psychiatre, j’ai apprécié particulièrement cette capacité « à se mettre à la place de » et de se regarder faire (Charlie le déficient qui regarde Charlie le génie, dans des moments qui ont pu être compliqués auparavant pour lui).

Même s’il y a quelques clichés (un déficient mental est aussi un détraqué sexuel), ils sont traités avec finesse et humanité. C’est la question de l’incompréhension de l’acte dû à des pulsions plutôt que de la perversité (acte subi et non pervers). D’ailleurs, la perversité requiert un QI supérieur à 70 !

Enfin, l’autre cliché important du livre (pour nous aujourd’hui) est la question du QI (Quotient INTELLECTUEL) qui ne peut résumer un être humain car il ne mesure rien en terme d’émotion et d’affect. Et l’auteur nous rappelle avec force (et ce n’est plus un cliché) que tout être humain quel qu’il soit, déficient ou génie, capable d’empathie ou non, a une dimension humaine à prendre en compte et à respecter….