Mon avis :

Waouh, j’adore ! Il fait clairement partie de mon top livre audio à égalité avec la saga du « Siècle » de Ken Follett lu par Vincent Violette (le meilleur narrateur). C’est un vrai coup de cœur. Philippe Caulier est une autre voix que je retiens et une voix que je vais suivre de près. Sa voix a un ton plus grave que celle de Vincent Violette, néanmoins comme lui, il fait vivre le livre qu’il lit. Il marque des pauses pour souligner les moments importants et les informations essentielles. Son timbre se teinte d’ironie, d’engouement et de tristesse. Je crois avoir décelé chez lui de l’empathie pour Sissi, cette impératrice malgré elle. Le narrateur ne fait pas tout, n’est-ce pas ? Effectivement, c’est ce que je pense. Le narrateur peut porter le texte avec toute la bonne volonté du monde. Cependant, si le texte est nul, l’engouement retombe relativement vite. 

Sans l’avoir lu, je peux vous dire que le texte est un petit bijou. Jean Des Cars nous propose une biographie romancée croustillante. J’avais envie d’en savoir plus, toujours plus. Mes sessions d’écoute se sont faites de plus en plus longues. J’ai dévoré ce livre audio. 

Sissi n’est plus simplement une impératrice, et une femme d’un autre temps. C’est un personnage plein de sentiments. Elle est tour à tour une petite fille gâtée, une femme éprise de liberté et une femme de caractère. Sissi n’a que 16 ans quand, l’empereur François-Joseph pose les yeux sur elle. Ils sont amoureux. Ils ont choisi l’amour. Seulement, Sissi ne veut pas être impératrice. Elle accepte ce rôle par amour et parce que pour être avec son aimé, elle est obligée d’assumer cette charge. Elle ne se sent pas de taille pour le rôle et sa belle-mère ne l’aide pas. François-Joseph est sa seule attache. Sa belle-mère l’isole. Elle était libre, au château, elle apprend l’étiquette. Elle a grandi au sein d’une grande fratrie. Elle n’a jamais été seule. La solitude lui pèse. Elle a envie de prendre la fuite. Le poids de son rôle devient lourd à porter. Elle fuit. Elle prend un cheval. Elle galope. Elle s’évade. Est-ce que cela lui suffira ? Est-ce que son amour pour François-Joseph sera plus grand que sa peur des responsabilités ? Elle a 16 ans. Ce n’est qu’une enfant. Si ça m’était arrivé, qu’aurais-je fait ? François-Joseph se rend-il compte du poids qui semble peser sur les épaules de sa femme ? 

Jean Des Cars peint un portrait complexe. Il nous donne tellement de détail que l’on a l’impression de la connaître. Sissi n’est plus une impératrice qui a existé et vécu un véritable conte de fées. Leur relation est idéalisée, elle a été l’objet de film. Mais est-elle réellement aussi idyllique ? 

J’ai découvert une très belle romance, mais j’ai surtout découvert une femme intelligente et une femme forte. Sissi est également une âme en peine. Elle souffre de son isolement, peut-être même de dépression. Certaines femmes ont sans doute rêvé d’être Sissi. Sissi rêve d’être une femme de classe moyenne, sans toutes ses attentions, ses responsabilités et ses attentes.  

Comment un empereur peut-il faire face à son peuple quand sa femme le fuit ? François-Joseph est un homme qui en impose. Jean Des Cars nous montre tour à tour : un homme passionné, un homme fort, un homme qui se trompe et un mari aimant. Il accepte Sissi et ses travers. Il s’égare. Je n’ai pas su m’y attacher comme je me suis attachée à Sissi. Il m’a semblé plus lointain et trop parfait par rapport à Sissi _ en même temps, c’est un peu normal, c’est une biographie sur Sissi _. Leur moment d’intimité et les doutes de François-Joseph m’ont permis de l’apprécier. 

Leur couple traverse la tempête. Les obstacles sont nombreux : leurs caractères diamétralement différents, la vie, la famille et les ennemis du royaume. La Russie fait planer une ombre menaçante sur la Prusse. Se tromper n’est pas une option quand l’avenir d’un pays est en jeu. Sissi sera-t-elle présente au côté de François-Joseph ? Sera-t-elle une alliée dans ce jeu diplomatique ? 

En résumé, j’apprends plein de choses. Sissi est une écoute passionnante. Je suis addict ! J’aime le narrateur, mais on sent que le texte est bon aussi. Il m’a emporté au côté de l’Impératrice Rebelle, l’électron libre qu’était Sissi, l’enfant gâté, la femme mélancolique et la rêveuse.  

Note : 5 sur 5.

Lu dans le cadre du #pumpkinautumnchallenge dans le menu #automnedouceurdevivre sous-catégorie #lamaisondesslanghsters

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)