Citation :

« Je peux passer ma vie à t’attendre, Emma. Je le fais déjà, repris-je sans honte. Et je le fais parce que je sais qu’il y a un lien puissant entre toi et moi. Je le fais parce que je suis amoureux de toi. »

Mon avis :

Emily Blaine a voulu innover avec cette romance. Elle change de point de vue. Dans la littérature Harlequin, c’est assez souvent voir presque tout le temps le point de vue interne féminin ou omniscient. Et le point de vue de l’homme ? Eh bien ! C’est rare, mais il devrait compter. Elle se décide à changer de point de vue et donner les impressions et les sentiments, ses espoirs, ses doutes et ses aspirations de l’homme. Ah ça, je dis : oui, pourquoi pas ? Ça change et puis changer de point de vue ça fait du bien et apporte une touche de nouveauté. 

Puis les premières appréhensions arrivent : et si elle tombe dans le cliché du bad boy qui enchaîne les conquêtes ; et s’il n’est pas capable de penser au-dessus de la ceinture et le respect. Va-t-elle tomber dans les stéréotypes ? Aïe ! Risqué ! Mais non, nous avons finalement un homme qui a eu le coup de foudre, et qui a eu envie de croire en leur histoire et leur amour. Tristan au contraire est respectueux. Petit à petit, il nous livre une expérience amoureuse traumatisante. Il est tombé amoureux d’Emma. Leur histoire se révèle à nous par petit bout pas forcément par ordre chronologique comme des flashbacks. Emma est d’abord un simple nom. Puis elle devient une silhouette toujours plus nette. Plus son portrait se précisait, moins je la trouvais attachante. Emma fuit Tristan, elle n’y croit pas autant que lui. Si elle lui avait dit non d’accord, mais là elle tente pour ensuite briser l’espoir de Tristan. Leur relation se voit petit à petit détruite. Elle part tellement de fois soi-disant pour son bien. Cette fille pratique la fuite en avant à l’échelle olympique et soi-disant pour le bien de l’autre. C’est l’excuse type, mais qui ne tient pas la route ? Elle se félicite même en disant que sa première fuite a poussé Tristan à se lancer et à réussir professionnellement. 

 L’attachement de Tristan est sincère et touchant, mais également un peu navrant, car Tristan y met du sien, et Emma pas du tout. Les réponses à ces fuites en avant ne sont pas à la hauteur. Tristan se livre à Helen et lui dévoile son histoire avec Emma. Finalement, Emma m’est vite devenue antipathique, et difficile de revenir sur mon impression de départ. J’ai finalement plus accroché à leur amitié. Helen est un pilier pour Tristan et réciproquement. C’est beau et l’investissement des deux parties est à parts égales. J’ai croisé les doigts pour en savoir plus sur Helen et la voir évoluer. J’avoue, je suis restée un peu sur ma faim de ce point de vue. Cependant, cette immobilité d’Helen se justifie facilement et elle est totalement compréhensible. 

La temporalité n’est pas toujours évidente, mais Emily Blaine nous fournit une petite frise chronologique. Ce n’est pas de refus. Une ou deux fois, je suis revenue en arrière pour m’assurer de la temporalité, car à l’image des flash-back, celle-ci n’est pas forcément chronologique. 

En résumé, c’est une belle romance même si pour une fois, j’ai bien plus accroché à l’homme et bien moins au personnage féminins. L’originalité du point de vue et l’appui d’Helen m’ont plu, mais Emma reste une ombre au tableau, un personnage difficilement appréciable. J’ai eu peu d’empathie pour elle et je ne l’ai pas tout à fait comprise non plus.

Note : 3 sur 5.

Lu dans le cadre du #pumpkinautumnchallenge pour le menu #automnerayonnant sous catégorie #ledondemerriwick

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)