Cher(e) voyageur(e),

Encore, un livre choisi pour son titre, les phœnix sont des oiseaux mythiques qui me fascinent. L’idée qu’ils prennent feu et renaissent de leurs cendres est magique, fascinante et hautement improbable. Je me suis donc lancée sans lire réellement le synopsis. J’avais une seule idée en tête, l’auteure nous offrirait un rebondissement tel le Phœnix, mais « quand et comment » aller savoir ? 

Citation :

« — The end, dit Matt en coupant le son de la télé avant de jeter la télécommande dans un coin du canapé. Hé, la marmotte, tu t’es endormie, t’as besoin que je te borde ?
Assise par terre entre ses jambes, je lève mon visage vers lui et le regarde à l’envers.
— J’aurais pu m’endormir, c’était un peu barbant, mais j’ai préféré réfléchir.
Il rit et je me retourne, croisant les bras sur son ventre et y reposant mon menton.
— Un peu barbant, hein ? Et tu réfléchissais à quoi ? »

Mon avis :

Une surprise de taille, le personnage principal s’appelait Phoenix, quelle idée saugrenue ! D’ailleurs, je m’étais tellement méprise « Les 24 heures du Phoenix » car c’était pour moi, une métaphore. L’auteure justifie le choix de ce nom. La narratrice nous livre son histoire. Nous avons l’impression de lire son journal intime. Elle se livre sans concession ni pudeur, aucun tabou. Elle nous livre ses plus sombres pensées, ses doutes et ses peurs. Phoenix se réveille à l’hôpital, elle ne se rappelle pas des événements des dernières 24 heures. Elle sait juste qu’elle a entendu ses médecins dire qu’elle n’en avait plus pour très longtemps, 24 heures à 1 ou 2 heures près. Ce sont des choses qui se disent près du lit de la patiente sans s’adresser directement à elle. Étrange. Inhumain. Qu’importe, elle n’a plus beaucoup de temps et tellement de choses à faire et à dire. Et vous, que feriez-vous si vous n’aviez plus que 24 heures à vivre ? Trop flippant, personnellement, je fais l’autruche. 

 Phoenix en profite pour faire le point et bien se comporter. Espérons seulement que les vieux démons ne reprendront pas le dessus trop vite. Elle se livre sur sa vie sentimentale. Elle a une relation toxique, qu’elle laisse s’épanouir pour se punir. Elle était avec Matt son amour de jeunesse. Lors d’une soirée alcoolisée et herbeuse, elle couche (sans vrai consentement) avec un autre. Sa relation avec Matt est brisée. Peur de la solitude ou autoflagellation, elle reste avec ce coup d’un soir. Ce garçon est un revendeur d’herbe et assisté, un gamin dans un corps d’adulte. C’est un de ses garçons qui ne se pose jamais la question de savoir si sa copine est prête, et prend sans concession. Brr, quel personnage révoltant ! Phoenix se remet en cause dans cette histoire. C’est révoltant à lire, car nous lecteurs, nous savons qu’elle n’est pas la seule responsable. Walt serait qualifié de violeur. Cependant, en tant que victime, cette culpabilité de l’autre n’est pas évidente, l’auteure fait resurgir cette frontière floue, même si l’on peut lui faire le reproche de ne pas avoir clairement écrit que c’est un abus ou de ne pas avoir marqué le coup. D’ailleurs, si elle était à l’hôpital, ce ne serait pas à cause de Walt ? Qu’a-t-il encore fait ? 

Phoenix veut des réponses. Un mystérieux jeune homme est prêt à lui donner un coup de main. Un inconnu. Sa gentillesse gratuite cache-t-elle quelque chose ? Se sent-il coupable ? 

Le rebondissement final est logique. L’auteure nous a fourni les indices et permis d’arriver aux mêmes conclusions qu’elle. Il manque peut-être la surprise, mais pourquoi pas après tout !

En résumé, j’ai été positivement surprise. C’est fluide, pince-sans-rire… Le rebondissement ne m’a pas forcément surprise. Cependant, cette romance est très agréable à lire. Certains événements sont incongrus. À la fin, toutes les pièces s’imbriquent.

Lu dans le cadre du #pumpkinautumnchallenge pour le menu #automnedelétrange sous catégorie #soisventrevecendresetnéant

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)