Fragment en guise de mise en bouche :

– Elles n’étaient pas contentes de la chambre, peut-être.

– Vous n’avez pas compris. Elles n’ont plus eu la possibilité de s’exprimer là-dessus : on n’a plus jamais entendu parler d’elles.

– Mortes ?

– Non. La mort n’est pas une disparition.

La femme semblait satisfaite de l’effet produit.

– Pourquoi venez-vous alors ? demanda Saturnine. Voulez-vous disparaître vous aussi ?

Mon avis :

C’est depuis un épisode de ma grande librairie sur France 5 que j’ai envie de lire un livre d’Amélie Nothomb. J’avais envie, mais je redoutais. Sans doute parce que l’auteure est arrivée sur le plateau et qu’elle m’a paru incongrue, étrange comme un personnage de scène, théâtrale, faux et en même temps, elle s’assumait. Bref, mon ressenti était ambigu, peut-être, est-ce pour cela que j’ai attendu la promotion 2 livres de poche achetés un offert pour sauter le pas. 

Je me suis lancée dans ce roman les pieds dans l’eau. En un après-midi, ce livre était avalé et dévoré. Pourtant, j’en ressortais avec une impression étrange. J’ai aimé, je me suis laissé porter, mais… 

Le style de l’auteure est pompeux, mais léger. Les dialogues sont courts, mais denses. Ils sont aussi totalement absurdes. Ils m’ont totalement désarçonnée. Je lisais une réplique et je retournais deux lignes avant pour être sûre de ce que j’avais lu. Sa protagoniste donnait la bonne réplique ou plutôt la réplique censée, mais le Comte semblait avoir deux trains de retard. 

L’héroïne est clairement dans l’air du temps. C’est la femme qui s’assume. Bien qu’à l’heure actuelle s’assumer à Paris en étant seule, il faut savoir faire des compromis. Faut-il y voir une critique d’un monde qui va mal ? Cette femme reste cependant, indépendante, libre et méfiante. Saturnine est une femme active. Son plus grand problème est de trouver un logement à Paris. Lorsqu’elle tombe sur une chambre à louer de 40 m2 dans les quartiers chics pour un loyer à 500 euros, elle hallucine. Elle pense d’abord à une chambre pour une poule de luxe, vous aussi vous y avez pensé ? Mais, non, ça a l’air clean, à part, peut-être un fait étrange, les anciennes colocataires ont toutes disparu. La rumeur, selon laquelle, le propriétaire les aurait tués, est-elle fondée ? 

Le Comte est à l’image du patriarcat qui s’est enrichi sur le dos des autres et qui sort son argent, en veux-tu, en voilà ! Ces deux mondes s’affrontent, cohabitent, essaient de s’apprivoiser… Est-ce que ça finira comme dans le conte de Barbe bleue ? Ou, est-ce que la femme prend sa revanche ? Ou l’auteure nous offre une autre fin, un juste milieu ? 

Le dénouement ne m’a pas vraiment étonnée. Je m’y attendais, je suis simplement un peu déçue, car elle est dans l’optique ou tout noir ou tout blanc. Et, après toutes ces discussions absurdes, ces deux personnages se rencontrent dans la folie, cette fin m’a un peu déçue, elle n’est pas à la hauteur. Elle est abrupte.  

En résumé, le conte Barbe bleue à la sauce contemporaine, c’est assez perturbant. Je n’avais encore jamais lu de livre d’Amélie Nothomb. L’auteure a un vocabulaire riche, une plume qui allège une histoire étrange. Le plus étrange reste les dialogues, ils ont quelque chose de pas naturel, d’absurde.

Note : 3.5 sur 5.

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)