Fragment de livre en guise de mise en bouche :

« Mes doigts tremblent tellement que je lâche mon téléphone qui glisse sous la bagnole. Oh merde ! On dirait la fille naturelle de l’Inspecteur Gadget et de Bécassine. Je mériterais des baffes pour oser être aussi empotée. Si je me voyais dans une série télévisée, je serais déjà en train de hurler au scandale.  »

Mon avis :

La maison d’édition L’archipel le présente comme un cosy mystery. Et je dis oui, c’est un cosy mystery comme je les aime… Une ambiance cocooning et comique ! L’auteure a un don pour les prénoms. Elle crée un personnage au nom de Léopoldine Courtecuisse. Mon sens de l’humour est peut-être facile, mais rien que le nom me fait sourire. Elle n’est pas la seule affublée d’un prénom qui donne le sourire. Cependant, je me tairais pour garder un peu de surprises. 

 Léopoldine a les mains dans le shampoing, les cheveux et les commérages toute la sainte journée. Un salon de coiffure est un lieu sympa et plein de commérages. On obtient tout un tas d’informations, après reste à savoir démêler le vrai du faux. Elle ferait un bon témoin dans une affaire de meurtre. C’est un puits de savoir. Et puis, elle a une passion, elle adore les crimes, une vraie fan des séries policières… Policier, c’est son métier de rêve.

Un soir après le travail, elle trouve le corps de Véronique Busch refroidie et ensanglantée sur le parking. C’est le choc et la panique. Que faire si le meurtrier est encore présent ? Première chose, appeler la police. Quand la police débarque, branle bas de combats, et personne ne fait attention à elle. Pourtant elle est le témoin clé de cette affaire, certes elle est triste de la disparition de sa cliente, mais bon, on n’est pas témoin tous les jours dans une histoire de meurtre.

La vie de Léopoldine Courtecuisse est un mélange de comédie et d’un bon drama. Elle a 36 ans, elle est divorcée et mère de deux enfants. La future belle-mère de ses enfants est sa sœur. Oui dans sa vie rien ne va plus. Le lieutenant Quentin Delval est beau, mais la politesse est loin d’être sa première qualité. Il a tendance à tirer des conclusions hâtives. Heureusement, il peut compter sur Léopoldine pour le remettre sur les rails, enfin s’il veut bien l’écouter. Léopoldine est vraiment craquante et gentille. Leur duo est assez cocasse. 

L’intrigue de l’enquête coule de source même si je ne sais pas trop quoi penser du rebondissement final. Je savais qui était le coupable, mais j’avais du mal à comprendre pourquoi. L’explication ne m’a pas totalement convaincu même si le développement est vraiment bien expliqué.

J’aime retrouver des paysages connus dans mes lectures, pas vous ? Ça renvoie à des souvenirs et puis un peu de dépaysement, ça fait du bien. Avec ce livre, nous voyageons en Alsace, dans le petit bourg de Wahlbourg. Son petit voyage à Strasbourg rappelle des souvenirs. 

Léopoldine est une femme et une mère. Elle est présente pour ses enfants, sans trop les brider, elle les aime même si elle ne les comprend pas forcément. C’est une femme de qualité, car elle n’a pas de tabous. Elle parle de sexualité avec ses enfants et elle parle de consentement avec son fils. Plus on en parle, mieux c’est. Même si ce n’est pas la thématique principale, c’est un message important.

En bref, c’est une très bonne lecture, une enquête sympa et des personnages hauts en couleur. J’ai beaucoup aimé l’ambiance. Bien que le dénouement soit un peu bancal selon moi, je serais ravie de suivre Léopoldine Courtecuisse dans une nouvelle enquête.

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)