Fragment de livre :

« Erik faisait une entrée fracassante, juché sur les épaules de deux de ses guerriers. Il riait à gorge déployée. Ce diable d’homme semblait tellement satisfait ! Pourquoi ne l’aurait-il pas été  ? Elle était à lui et avec elle, LochHaven lui appartiendrait bientôt… Il s’esclaffait encore lorsqu’il fut posé à terre, devant la table d’honneur, face à Rohna.
— Ma chère et tendre épouse, vous m’attendiez. Vous ai-je manqué ?
Elle ne sut ce qui l’horripila le plus : son expression narquoise ou le fait qu’il la nomme « mon épouse ». Une vérité qu’elle devait, hélas, accepter, et dont il semblait se délecter.
Elle haussa le menton.
— Je dois avouer que non, aucunement. »

Le Highlander et la Valkyrie :

Natacha J. Collins écrit une belle dilogie. Elle nous fait voyager à l’époque des Vikings et des Saxons. Je revois les paysages de la série The Last Kingdom et de Vikings. Ces deux séries et les éléments historiques donnés par l’auteur créent une belle ambiance. La plume est addictive et efficace, mais pas trop d’originalité. 

Solveig est une femme courageuse. Elle a le statut de femme libre et elle a bien envie de l’exploiter plus que de raison. Elle veut devenir guerrière et choisir l’homme de sa vie. Elle peut compter sur son meilleur ami Éric. Il l’entraîne. Cependant, il n’est pas prêt à l’emmener avec lui lors des raids. Solveig se juge plus que prête. Elle a bien l’intention de voyager et de fuir un prétendant trop entreprenant pour prendre la mer. Elle ne veut pas du premier venu. Elle est une femme libre et elle ne liera sa vie à un homme que par amour. Les raids lui apporteront peut-être un peu plus que de la richesse et de la reconnaissance. 

Solveig ne se laisse pas faire. Liam a beau être son ennemi. Ce statut est loin de le définir. C’est un homme de parole. Il est intrigué par Solveig, cette femme ne ressemble en rien aux Saxonnes. Liam m’a plu. Il est respectueux et impétueux. Il doute, mais même avec une ennemie, il n’oublie pas d’être quelqu’un de bien. Le consentement n’est pas juste un mot. 

J’ai également bien accroché à Érik et son second Ranald. En vrai, ce deuxième m’est fort sympathique malgré un physique imposant et des blagues graveleuses. C’est quelqu’un de fondamentalement bon : un ours en peluche.

En résumé, c’est une très bonne lecture avec du piquant. L’intrigue change légèrement même si la fin reste attendue. 

Un viking de glace et d’acier :

La deuxième romance est une suite. Érik, le meilleur ami de Solveig, est au centre du récit. Ses brèves apparitions dans l’histoire de Solveig m’avaient donné envie d’en découvrir plus sur lui. J’aimais bien son regard sur les femmes. Il savait les reconnaître à leur juste valeur. C’est avec plaisir que j’en ai appris plus sur lui. Il est respectueux et a un sens du devoir très prononcé. Il serait prêt à tout pour son laird, bien que celui-ci ait le don de le pousser à bout. Il est également très sanguinaire. Les siens ont négocié des terres auprès des Saxons, mais lui, il n’est pas encore prêt à se poser. Il rêve de conquête, et de détrôner un roi auprès de ses pairs. 

Quand il se voit confier la tâche de récupérer une Saxonne aux prises avec un autre Norvégien, il s’exécute bonnant malant, car ce sont les ordres de son laird. Cela ne fait que repousser de quelques jours ses rêves de bataille, n’est-ce pas ? Sa mission est d’aller chercher Lady Rohna de Lockhaven et la ramener saine et sauve à son père. La mission est un succès. Il est prêt à reprendre son drakkar pour d’autres batailles. Cependant, son laird est vicieux, il a prévu quelque chose d’autre pour lui. Il devra épouser la jeune Rohna. Il n’est pas d’accord, même si cette perspective ne lui déplaît pas non plus. Rohna a juste l’impression qu’elle ne compte que pour du beurre et que son père la vend comme une vache au marché. Elle ne se laissera pas faire, encore deux têtes de mules qui s’affrontent. 

Heureusement, Ranald est là pour offrir un peu d’originalité et de piquant. Érik s’en prend des vertes et des pas mûres avec lui. J’ai souri plus d’une fois. 

L’histoire d’Érik nous replonge dans la Série The Last Kingdom. Effectivement, elle a lieu à la même époque, Alfred du Wessex est d’ailleurs nommé plusieurs fois. J’ai beaucoup aimé ce contexte. 

En résumé : je l’ai beaucoup aimé, il est différent du premier tome, plus sanglant, mais moins sauvage. Le côté historique culturel est assez fourni et franchement dépaysant. J’aime beaucoup.

Note : 7.5 sur 10.

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)