Citation :

– Est-ce que tu pourrais cesser de dévisager mon maître comme s’il n’était qu’un insecte repoussant ? poursuivit Gaoshun.
Zut, ça se voit tant que ça ?

Mon avis :

Quand j’ai vu ce livre en librairie, j’ai sauté sur l’occasion. Si vous me suivez depuis un petit moment, vous savez que j’étais insatisfaite quant au dénouement des enquêtes de Mao Mao, car la mangaka nous laisse le soin de faire des déductions. L’inconvénient, c’est que j’avais l’impression d’avoir plusieurs trains de retard à chaque fois. Ce n’était pas très agréable. Le schéma en plus assez répétitif m’avait lassé, puis Itsuki Nanao avait donné un second souffle à son histoire. Elle s’est intéressée aux personnages. Elle leur a donné plus de matières et de profondeur. Ils sont du coup plus accrocheurs. Elle distille ça et là, des souvenirs de Mao Mao. Sa carapace ne s’effrite pas pour autant, mais on a l’impression de mieux la comprendre.

Puis elle commence bien malgré elle à s’attacher à Jinshi. Elle se moque. Elle a même un petit côté machiavélique et passionné. C’est fortement plaisant. Cette évolution lente est également présente dans la light novel. Le roman se dévorait au début, mais je n’arrivais pas à m’immerger, j’avais l’impression de rester trop en surface sur les personnages. Cette impression s’atténue vers le milieu du roman. Natsu Hyuuga avait instauré une distance avec les personnages. Son style d’écriture se rapprochait pour moi du scénario d’un film. Cet élément peut expliquer le manque de profondeur et d’émotions. Heureusement, ses éléments s’effacent peu à peu au profit d’un récit au style léger, prenant et ironique. C’est plutôt bon signe pour la suite. 

J’espérais donc que le roman vienne compléter les raisonnements de Mao Mao. De ce point de vue, Natsu Hyuuga a bien rempli les blancs. Je suis intelligente, mais en lisant le livre, j’ai mieux compris les liens entre les différentes enquêtes et surtout ce complot qui évolue en toile de fond. De ce côté, le livre est une franche réussite. 

 Franchement, l’écrit est très fluide, simple et direct. Les chapitres sont relativement courts avec une moyenne d’une quinzaine de pages. Une bonne dizaine d’illustrations en noir et blanc de qualité viennent aérer le récit. Elles sont un régal pour les yeux. Un petit carnet vous attend à la fin avec en bonus des illustrations couleurs. En plus, elles sont imprimées sur un papier de qualité. Le rendu est sublime. 

En bref, le roman vient compléter le manga tout en étant fidèle à l’histoire. Pour l’instant, j’ai surtout l’impression de lire un script, Mao Mao est assez hermétique aux émotions. C’est perturbant, ça n’aide pas à s’accrocher aux personnages. Heureusement vers la deuxième moitié, je ne sais pas si je me suis adaptée ou si Mao Mao perd un peu son masque de froideur, mais j’ai bien plus accroché. Je pencherais plus pour la deuxième hypothèse. Ce roman est prenant. L’ambiance mystérieuse et enrichissante autour de la cour de l’empereur du Japon m’a séduite.

Note : 7.5 sur 10.

D’autres avis :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lu dans le cadre du #coldwinterchallenge dans le menu #marcherdanslaneige sous-catégorie #pommedepin.

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)