Extrait en image :

Mon avis :

C’est fou, Isabella Bird me passionne. Comment fait Taïga Sassa à me happer avec un simple sujet comme la préparation du papier ? Seulement, elle n’est pas si facile. 

Avec ce volume, Taïga Sassa signe une superbe suite. Isabella Bird est toujours aussi enthousiaste et affamée de découverte. Son enthousiasme m’a contaminé. Elle observe, questionne, note, mais essaie également de s’impliquer. Elle apprend à faire le papier selon les méthodes japonaises. C’est une des scènes qui m’a le plus marqué. Isabella y met toute sa concentration, décortique pour un résultat assez bon. 

Les précédents volumes avaient déjà abordé le thème de la médecine à travers les hôpitaux des grandes villes avec des moyens. Isabella Bird croise la route d’un jeune médecin itinérant, Kobayashi. C’est l’occasion de creuser encore le sujet. Kobayashi est loin d’avoir leur moyen et le matériel adéquat. Il allie la médecine occidentale avec les remèdes de ces médecins contemporains orientaux. Il fait face à une maladie qui touche beaucoup de Japonais et peu les Orientaux. Suite à des observations, il a mis en place une théorie très particulière. Soigné par l’alimentation, serait-ce possible ? Mais pourquoi pas ? C’est comme ça qu’on a soigné le scorbut. 

Les dessins sont toujours aussi superbes. J’ai eu la sensation que les traits des personnages avaient un peu changée. Je ne sais pas si le mangaka a modifié sa technique. Ses subtilités m’ont légèrement déstabilisé, mais je m’y suis vite habituée (à peine 10 pages). 

Tome précédent :

D’autres avis :

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)