Londres, la ténébreuse T1 La fugitive de Whitechapel de Bec Mcmaster

Fragment de livre en guise de mise en bouche :


Elle ne voulait pas accepter son aide. Mais avec sa jupe longue, le saut semblait quelque peu risqué. La chaleur de ses doigts était enivrante. C’était ce qui lui manquait le plus ; il détestait la sensation froide de sa propre peau. Blade se demandait parfois si le toucher donnait la même impression que de toucher l’un des droïdes en métal froid de l’Échelon. Honoria trouvait-elle cette sensation repoussante ? D’autres femmes lui avaient tourné le dos par le passé.
Il l’attrapa par la taille avant de trouver la réponse, et la reposa sur ses pieds. Elle lui arrivait à peine aux épaules, et il avait l’impression que sa tenue pesait plus lourd que son corp
— Attends là, dit-il au chauffeur en lui jetant des pièces.
Le garçon baissa les yeux, surpris.
— Oui, monsieur. Merci, monsieur.
Honoria vit les cinq shillings disparaître et le garçon éloigna le pousse-pousse hors du chemin.
— C’est beaucoup plus que ce qu’il méritait.
— Ouaip, fit Blade en haussant les épaules, avant de poser la main dans le bas de son dos. Après vous, madame.

Mon avis :

Eh bien ! Je l’ai dévoré.

Il ne sera pas resté longtemps sur ma table de chevet. Le résumé est assez fidèle même si l’intrigue au début n’est pas si claire que ça. Les Sangs Bleus et leur fonctionnement sont expliqués aux compte-gouttes. D’autant plus que les personnages principaux sont des exclus de cette société royaliste, élitiste où les sangs bleus règnent en maître sur une société qui se meurt de faim. Donc forcément, certaines choses restent obscures et c’est plein de suspense.

Un super univers et complexe !

C’est une introduction à un univers fantastique steampunk assez bien créé : avec des rouages, des mécanismes et des machines à roulettes, des gadgets à la Lady Mechanika. La (e) lectrice (eur) est happé (e) dans un Londres de l’époque victorienne avec les froufrous, le monde aristocratique et les quartiers pauvres. Honoria faisait partie de la cour jusqu’à son père décédé. Les études de son père sur les Sangs Bleus ont attiré les curieux. Honoria ne se sent plus en sûreté. Elle se cache où on ne la cherchera jamais : dans les quartiers pauvres. Elle ne peut plus pourvoir à ses besoins et à ceux de son frère et sa sœur. Elle n’arrive pas à se résoudre à faire appel à Blade, un renégat. Il n’a pas de lien avec la cour. Seulement, ses services ont un prix qu’Honoria n’est pas prête à payer. Honoria saura-t-elle subvenir aux besoins de sa famille ? Blade est intrigué par cette femme qui a clairement besoin de son aide, mais elle n’est pas prête à céder. Est-ce une question de fierté ? 

Attachant !

L’auteure introduit son univers petit à petit, ce qui fait que certaines choses restent un peu obscures. Mais rien qui ne compromette l’intrigue. Honoria et Blade sont touchants. Il est assez bourru et comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Honoria est plus réservée et secrète. En même temps, elle est un peu mère poule. Blade a un petit côté père poule même s’il est loin d’être évident. Tous les deux sont mignons, ils se rapprochent lentement, tout n’est pas couru d’avance. Rien n’est facile. 

Les protagonistes secondaires sont assez intrigants notamment Lena, Will, Charlie, Esme ou encore Léo. Ils prennent leur place. Je les ai suivis et me suis attachée à eux. Quand j’ai su que la suite était sur Will et Lena, j’ai enchaîné avec le tome 2. 

Attention !

Ce roman a pas mal de scènes érotiques. Donc si ça vous gêne vaut mieux passer son chemin. Mais même si certains passages sont plein de tension, il y a pas trop de scène de sexe.

En résumé : C’est un début de saga prometteur avec un univers qui est noir, mécanique, mais pas sans espoir et amour. J’ai adoré cette romance. 

Note : 4.5 sur 5.

Mes copinautes blogueurs qui ont chroniqué ce livre :

5 commentaires

  1. Il me faut ce livre moi qui suis fascinée par l’univers de Whitechapel et de Jack L’éventreur !
    Merci pour le partage =)
    Belle journée
    -Tay

Laisser un commentaire