Fragment en guise de mise en bouche :

Il avait raison. Comment y était-elle parvenue, après tout ce qui s’était passé ? Elle l’ignorait. Peut-être la certitude qu’Ollie ne rentrerait pas dans les heures à venir l’avait-elle inconsciemment libérée du fardeau de l’attente, ce qui lui avait permis de grappiller ces quelques heures de sommeil agité. Mais tout cela était fini, désormais : elle sentait de nouveau pleinement le poids de l’absence.

Ollie. La sensation de sa peau douce, le son de ses cris et de son rire, son odeur de lait chaud après son dernier biberon de la journée lui manquaient atrocement. Comment une souffrance qui n’avait pas été infligée par un choc physique pouvait-elle être aussi vive ?

Mon avis :

Une suite indépendante !
C’est une très bonne lecture. Je n’ai pas lu les trois premiers tomes de la saga avec Tom Douglas comme enquêteur. Il m’a peut-être manqué quelques éléments de son passé. Ce n’est pas pour autant difficile de comprendre le déroulé des événements. C’est un bon thriller, tellement haletant… Je n’ai pu que retenir ma respiration. Ce final est émouvant et reste surprenant. On ne tombe ni dans le mélodrame, ni dans tout est beau, tout est bien qui finit bien. C’est top.
Une bonne dose de stress !
Il y a 6 ans, David a perdu sa femme dans un accident de voiture et sa fille, Natasha, a disparu. Depuis, il a refait sa vie avec Emma. Ils ont eu un bébé ensemble : Ollie. Il a 18 mois. Ils ont une vie calme et sereine. Emma est mère au foyer, elle a une relation fusionnelle avec son fils.
Puis un jour, ils sont contactés par la police : une adolescente a été retrouvée morte. Il pourrait s’agir de Natasha, la fille de David. Et coïncidence ou pas, le même jour, Emma découvre Natasha dans son salon. Qui est cette adolescente morte dans la forêt ? Comment Natasha est-elle entrée ? Où était-elle depuis tout ce temps ? Qui l’a potentiellement kidnappée ? Pourquoi est-elle si hostile avec son père ?
Emma ne se sent pas tout à fait en confiance en présence de Natasha. Elle est inquiétante. Natasha est comme une présence, un esprit malin. Elle dit trois fois rien, s’enferme dans sa chambre, apparaît derrière Emma sans prévenir… Les seules fois où elle paraît plus humaine, c’est quand elle est en présence de son frère.
Les deux enquêteurs sont humains, empathiques. Les autres personnages sont bien construits. Certains sont sympathiques comme Emma, d’autres assez antipathiques. La.e lectrice.eur est émotionnellement impliqué.e.

En résumé : C’est une très bonne lecture, stressante et angoissante avec un final digne de ce nom.

Note : 4 sur 5.

Les autres livres de l’auteur chroniqué sur le blog :

3 commentaires sur « La disparue de Noël de RACHEL ABBOTT »

Laisser un commentaire