Déployer ses ailes et prendre son envol. Planer dans la brise, se griser de vitesse.
Lorsque Romane et Jules se rencontrent à la fac, leur amitié est fulgurantes, nourrie d’idéalisme. Quelle vie veulent-ils mener ? Une existence remplie d’un amour rare, d’une famille-nid et de confiance ? Ou baignée d’art et de marginalité, de liberté et d’urgence, sans aucun attrait pour le futur ?
Il est des oiseaux qui dorment dans les grands vents, d’autres qui veulent atteindre le soleil.

Citation en guise d’avant-goût :

D’une fenêtre ouverte jaillit le martèlement des basses d’un morceau de deep house. Jules lève le nez, ferme les yeux, se laisse envahir par les éclairs stroboscopiques des boîtes qui accueillaient ses nuits.
Mélange de transe et d’extase. De fatigue et d’ivresse. Envie d’absolu. Intensité de l’instant. Rien d’autre. Un mouvement. Des corps. La vie. Tout.
Jules tire une craie de sa poche, trace des lettres sur le mur gris.
Une effraction dans le monde en repos
Voilà ce qu’il ressentait. Voilà ce qu’il recherchait. Voilà ce qui le guidait.
Des nuits pour lui. Des journées avec les autres.
Jusqu’à ce que…
Il cadre. Shoote. Il aime vraiment cette phrase.
Voilà ce qu’il veut retrouver

Mon avis :

Un coup de cœur ! 

C’est un coup de cœur, une claque, une invitation à l’introspection et à la réflexion. J’ai été captivée par cette écriture à deux mains. Elle est percutante et poignante. Pourtant, je n’ai pas lu le premier tome, mais les auteurs font des piqûres de rappel plus qu’apprécier. Je lirais sans doute le premier tome. 

Un sourire vaut mieux que l’ignorance !

Jules est étudiant en sociologie. Il est gay. Il est loin de l’image efféminée des séries américaines. Fidèle à lui même, il est intolérant à l’intolérance et  l’ignorance. Il tend la main sans compter, discute avec les SDF et s’indigne devant l’indifférence générale. 

“– On rame tous. Tu crois quoi ? Moi je bosse trois fois par semaine dans une épicerie de nuit pour pouvoir payer mon loyer. Et alors ? Je ne te demande pas d’en accueillir chez toi ou de leur filer ton sandwich ou ton pognon. As-tu seulement dit une fois bonjour à un SDF ? As-tu simplement croisé le regard de l’un d’entre eux ? Ou fais-tu comme l’immense majorité des gens, à visser ton regard sur l’écran de ton téléphone, ou bien regarder à l’opposé pour faire genre je les vois pas ? Comme les gosses qui ferment les yeux pour faire disparaître le danger ou le problème ?”

S’il est si sensible à cette cause, c’est peut-être parce que lui-même s’est retrouvé à la rue avec Nina quand il a fait son coming out. Aurait-il été si remonté sinon ?

À ses côtés, il y a Romane, la meilleure amie de Nina. Elle est inscrite aussi à la même fac que lui. Jules et elle se lancent dans un projet d’étude en sociologie. Cependant, ils n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la thématique… Enfin, c’est ce qu’on pense, Jules se rapproche de la rue et de ses habitants. Va-t-il y retourner ?  Romane ne comprend pas ce sentiment d’appartenance à ce milieu. STOP ! Pas de spoil. 

Les autres personnages du roman !

Les personnages secondaires sont tous développés. Les habitants des rues le sont d’autant plus qu’ils servent la thématique. J’ai été très touchée par Denis, le poète des rues ou encore par Fanch, un adolescent. Il est facile de s’identifier à lui.  

Une thématique généreuse !

J’ai adoré ces thèmes originaux : la vie dans la rue, ses dangers, les aprioris mais aussi la sexualité avec différences d’âges chez les adolescents, son vécu… Tous ces thèmes sont approfondis, recherchés et instructifs. De tout cela, je me suis fait la réflexion suivante : ”Nous n’avons pas de toujours de l’argent à donner aux SDF que l’on croise. Mais, au lieu de baisser la tête, nous pourrions tout simplement leur dire “Bonjour”, “Bonne  journée” comme à tout passant, faire un sourire et parfois donner un peu de son temps.“

En résumé : C’est un coup de coeur. Ce livre est captivant, instructif et addictif. La plume est superbe, directe et magique telle une photographie non retouchée.

Notation : 19/20

Publicités

2 commentaires sur « En plein vol de MANON FARGETTON et JEAN-CHRISTOPHE TIXIER »

  1. Merci pour cette superbe chronique ! Je ne connais pas du tout cette autrice mais Anthony en est fan ! Il m’en a parlé des centaines de fois ! Tu m’as encore plus donné envie de la découvrir, alors merci ! 📖💕🙏

Vos commentaires font toujours plaisir :)