Une enquête de Bernie Gunther : Les ombres de Katyn de Philip Kerr

Fragment en guise de mise en bouche :

–    Vous savez peut-être également si des juifs ont été tués dans les environs.

Hodt sembla embarassé.

Oui répondit-il. Je le saurais.

–    Et alors ?

Hodt hésita.

« Allons lieutenant. Vous n’avez pas besoin d’avoir peur. Nous savons tous les deux que les membres de la SS assassinent des juifs en Russie depuis le premier jour de l’opération Barbarossa. J’ai entendu dire que pas moins de cinq cent mille personnes avaient été massacrées au cours des six derniers mois seulement. » Je haussais les épaules. « Ecoutez, j’essaie de définir un périmètre d’enquête sécurisé. Une ligne de démarcation au-delà de laquelle il ne serait pas judicieux que je mette les pieds avec mes chaussures de flic pointure quarante-six. Parce que la dernière chose que désire l’un d’entre nous, c’est de soulever le toit de leur ruche. »

Mon avis :

Quel type de résistance !

Bernie Gunther continue de travailler pour les puissants du Troisième Reich. Il est maintenant sous les ordres du Ministre de la Propagande Goebbels. Celui-ci lui demande d’enquêter sur la découverte d’un charnier à Katyn. Si les responsables sont les SS, on enterre l’affaire. Si, par contre, c’est les rouges _ russes _, quoi de mieux pour déstabiliser la puissance alliée. Gunther n’est pas sûr de vouloir connaître la réponse. C’est un dilemme. Il voudrait que ça n’aille pas dans le sens des nazis. Il a le mauvais rôle, et pourtant, ne résiste-t-il pas en continuant malgré tout à faire son travail avec droiture. Son action s’arrête-t-elle là ? Attention, je ne dis pas que c’est un héros, mais c’est quelqu’un qui fait les choses à son échelle et continue d’avoir une éthique envers et contre tous. N’est-ce pas une forme de résistance ? 

Ce tome est complexe, un peu moins en noir et blanc. Les romans historiques parlent beaucoup des horreurs des nazis, car ils sont affreux. Cependant, il cache d’autres crimes, car même les alliés ne sont pas exempts de fautes. L’auteur ne diminue en rien le crime de l’Allemagne envers les juifs, les Soviétiques, les homosexuels… Mais il nous rappelle que le monde n’est pas binaire. Les Soviétiques ont eux aussi répandu le sang, certes, dans une moindre mesure, mais est-ce excusable ? Les terres occupées par les Russes puis par l’Allemagne, comment savoir qui est responsable de quel massacre ? Les Allemands sont les coupables parfaits et tout désignés pour le charnier découvert par les SS. Sont-ils les coupables ici ou pas ? 

Quel que soit le coupable ? Tout meurtre doit être puni. J’aime beaucoup l’enquête de ce tome et le dilemme qu’elle soulève. Comme les autres tomes de la saga, il fait réfléchir, interroge… 

En résumé : C’est une excellente lecture. Elle est marquante, enrichissante avec du suspense : Plus sur le pourquoi que sur le comment, sur le qui.    

Note : 4.5 sur 5.

D’autres avis sur ce livre : Qwenty, Jaskiers

1 Comment

Laisser un commentaire