Fragment de livre en guise de mise en bouche :

— Lizzie, je ne suis parti qu’une nuit.

Il secoua la tête, à moitié amusé, à moitié exaspéré.

— Mais tu ne le fais jamais, James. Pas sans nous avertir. Tu es tellement raisonnable, d’habitude ! Nous étions sûres que quelque chose avait dû arriver. Un bandit de grand chemin ou… ou autre chose.

— Lizzie, il n’y a pas de bandits de grand chemin dans le Kent. (Il se tourna vers Sarah.) Comme vous pouvez le constater, je suis tristement casanier. Je ne peux pas m’accorder une nuit de débauche sans déclencher un tollé chez les femmes de ma maison. (Il fit pivoter la jeune fille vers Sarah.) Comme vous l’avez certainement deviné, voici ma chipie de sœur, Lizzie. Lizzie, permets-moi de te présenter Miss Sarah Hamilton de Philadelphie.

Mon avis :

Une très bonne lecture ! 
J’ai beaucoup aimé ce tome. Moi qui avais besoin d’évasion, j’ai été servie. Cette romance n’est pas des plus originales mais les personnages sont cocasses, attachants et pleins d’humour. Leur dynamique m’a beaucoup plu. Elle va crescendo. Elle est pleine de non-dits, de quiproquo et de tension… 

Une histoire qui porte bien son titre ! 
Le Duc d’Alvord décide de découcher pour une fois. Sa recherche d’une épouse est épuisante. Sa vie ne tient qu’à un fil que quelqu’un cherche à sectionner. Cet intermède au Lutin vert est plus que bienvenue, de plus, un beau cadeau l’attend dans sa chambre. C’est une jeune femme nue. Elle est endormie. Bizarre pour une prostituée ! Ce n’est pas grave, ils ont toute la nuit devant eux. Seulement au petit matin quand la jeune femme se réveille, et qu’elle le voit, elle se met à crier. Une réaction plus qu’anormale pour une prostituée. Ils sont surpris tous deux sur ces entrefaites : nus, dans le même lit et surtout, la jeune femme s’appelle Sarah et ce n’est pas une prostituée. Sarah est la cousine américaine de Robbie, le Comte de Westbrook et le meilleur ami de James.  Tout sauf une prostituée, au contraire, c’est une véritable ingénue.

 La bonne société voudrait que ces deux là se marient mais Sarah proteste pourquoi se marier alors que sa vertu est intacte. Elle n’a pas l’intention de se laisser faire même si James n’est pas contraire à un mariage avec elle. Quelle sera l’issue de leur affrontement ? En tout cas, leurs joutes verbales sont tellement prenantes, cocasses et additives

Une bonne dynamique entre les différents personnages secondaires ! 
Lady Gladys la tante de James et Lady Amanda sont deux vieilles filles, mais elles sont loin d’être pudiques et d’avoir leur langue dans leur poche. Ce sont de bons soutiens pour James et Sarah. Mais dans quel camp sont-elles ? Elles sont comiques, sincères et perspicaces
Quant aux meilleurs amis de James, ils sont pas mal non plus : Charles, le major Draismith et Robbie, le Comte Westbrooke. Ils sont loyaux et sources de soutien. Leur complicité est vraiment sympa. Ce sont des amis d’enfance, ils ont fait les quatre cents coups ensembles. Ils se taquinent. C’est amusant, j’ai bien ri. 

Une plume sympa mais avec un petit bémol ! 
L’auteure a une plume avec un petit côté pudique, simple et fluide. En même temps, elle ne peut s’empêcher de faire référence à une certaine partie de l’anatomie masculine. C’est trop

En résumé : C’est une très bonne lecture. Elle est simple avec des personnages secondaires qui ne sont pas en reste. Ils sont drôles, attachants… Je l’ai dévoré en 2 jours, et j’ai enchaîné tout de suite avec le tome 2. 

Note : 4 sur 5.

2 commentaires sur « Noblesse oblige T1 : Le Duc mis à nu de SALLY MACKENZIE »

Vos commentaires font toujours plaisir :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s