Mon avis :

Si vous aimez l’humour décalé de « Spy X Family », « Violence Action » pourrait clairement vous plaire. « Violence Action » joue également sur les apparences trompeuses, sur l’absurdité et le non-sens de certains systèmes, c’est également l’occasion de faire une incursion dans le monde de la mafia japonaise. 

Kei est une jeune lycéenne trop kawaï. Si vous la croisez dans la rue, votre regard sera plus attiré par son mignon petit visage et personne ne pourrait se douter qu’elle est une tueuse très efficace. Quand elle n’est pas plongée dans les révisions de comptabilité, elle signe des contrats de protection ou d’assassinats. 

Vous voulez engager Kei, rien de plus facile, il suffit de vous connecter sur un site internet, de choisir la meilleure, d’y mettre l’argent et Kei est là pour vous servir. Le site internet ressemble à s’y méprendre au site d’escorte girl montrée par les blockbusters américains, mais elle offre un autre type de service : du meurtre commandité à la protection. Monsieur Moumoute l’escorte sur ses lieux de mission. La froideur de façade de Kei fond un peu quand elle le charrie. Il a d’ailleurs des petits airs de Elvis. Leur duo décalé et fou est comique et ajoute une touche d’humour. Ne vous formalisez pas si elle sort son livre d’économie pour réviser en attente d’un peu d’action. Elle passe du mode bosseuse à tueuse en un éclair. 

Elle est très forte, les contrats s’enchaînent au rythme des chapitres. Le tout pourrait devenir répétitif, mais Kei se fait rattraper par les dures réalités de la vie, notamment ses camarades de classe qui s’étonnent qu’elle puisse s’offrir un aussi grand appartement à Tokyo. Réussira-t-elle à cacher les petites taches de sang sur son uniforme ? Ses deux aspects de sa vie ne finiront-ils pas par se télescoper ? Que se passera-t-il si jamais cela arrive ? 

Les dessins sont semblables à ceux de « Spy X Family ». Les yeux des personnages sont extrêmement ronds. Le manga se caractérise par des yeux très grands qui mangent le visage. Les proportions sont plus agréables et respectueuses du visage des personnages. Renji Asai joue sur la finesse des traits pour offrir un côté vaporeux et volant qui s’allie à merveille avec les scènes de combats. Elles sont d’ailleurs dignes des films d’action à l’Américaine, le ralentissent pour la course des balles de pistolets et l’accélération pour les impacts de balles. Kei est un mélange de style entre le look lolipop épuré et jeune femme à forte poitrine typique des shonens. Mr Moumoute est quant à lui à l’image du vieux baron de la drogue bien en chair qui n’est pas encore prêt à raccrocher. 

En bref, ce premier opus est plutôt bien réussi, décalé, fou et comique. Pour une fois, l’image de la femme sexy est un leurre pour un personnage carnassier, athlétique et sanglant. 

Note : 9 sur 10.

D’autres avis : /

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Imprevu dans le cold winter challenge dans le menu Yule sous categorie Reine des neiges

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)