La réalité est ce que l'imagination fait d'elle _Charmant _ David Safier_

Affichage : 8 RÉSULTATS
Auteur (e) par ordre alphabétique Auteur(e) en B Bonne lecture Harlequin Les maisons d'éditions Recueil de nouvelles Romance

L’amour est très gourmand d’Emily BLAINE

Fragment de livre en guise de mise en bouche : — Bonjour, lança-t-elle, pendant que je jurais de démonter cette porte et de la brûler dès que possible.— Salut ! Désolé pour… ça !Je me débarrassai de la poignée moribonde sur une table. Ma visiteuse me fixait de ses grands yeux pétillants, …

Auteur (e) par ordre alphabétique Auteur(e) en D Auto éditions Bonne lecture Fantasy Les maisons d'éditions Recueil de nouvelles

Yencil, le stratège de Jean-Marc DOPFFER

Extrait en guise de mise en bouche : Les Bainges, ses créatures ailées, imperceptibles aux mortels mais néanmoins incarnation des sentences du Dieu de la Guerre, Yencil les appelait à lui. Chacune était soigneusement sélectionnée parmi les plus talentueuses combattantes des mortels. Des guerrières uniquement, car leur âme féminine seule, …

Excellente lecture J'ai lu Les maisons d'éditions Science fiction

Des fleurs pour Algernon de Daniel KEYES

Extrait audio :

J’espère que cet extrait vous plaira. ♥

Mon avis :

C’est une belle découverte livresque et une belle découverte de l’auteur. Je suis très contente de ma lecture. C’est une excellente lecture icon_love . 

J’ai lu l’édition augmenté en Lecture commune avec Les lectures d’Anneso

Est-ce que je conseille l’édition augmentée ? 

L’édition augmenté contient 3 parties : le roman, l’histoire de son écriture (autobiographie de l’auteur), et la nouvelle dont est issue le roman. Le roman m’a énormément plu. La nouvelle un peu moins car justement elle est moins développée. Cependant, il est très instructif de voir le travail de l’auteur : la transformation d’une nouvelle en roman. L’histoire de l’écriture de son roman envers et contre tous m’a beaucoup fait penser à Martin Eden et ses difficultés à publier. J’ai beaucoup accroché à ce récit autobiographique, l’auteur est sensible et attachant. Il fait preuve d’humanité

Le roman et son originalité !

En tant que lecteur, on suit Charlie : un homme de plus de 30 ans atteint de crétinisme. C’est un terme encore utilisé aujourd’hui pour désigner un Homme qui a QI faible. C’est assez affreux qu’on ait gardé ce terme surtout que l’évaluation du QI n’est pas une science exacte! 

Charlie participe à une opération qui le rendra peut-être plus intelligent. Est-ce qu’elle va marcher, telle est la question ? Charlie est tout en innocence, en gentillesse un peu à la manière de Forest Gump. Il m’a également beaucoup fait penser à Martin Eden dans son envie de découvrir le monde et d’évoluer. Je me suis beaucoup attachée à Charlie. Sa vision du monde change. J’ai un peu redouté ce changement car il voyait un monde si beau, j’aurais voulu qu’il le reste.

Une lecture qui interroge et fait réfléchir !103980 Dans ce livre, il ressort deux sujets principaux: les expériences scientifiques  et l’évaluation que l’on fait de l’intelligence. Prend-elle en compte tous les facteurs ? Est-ce que quand on est plus intelligent n’y perd-t-on pas au change ? Est-ce seulement le cas pour tout le monde?  En tout cas, si on évaluait ma sœur avec les méthodes actuelles, sont QI serait de 0. Or pour moi, elle a une intelligence qui lui est propre. Améliorer l’intelligence est-ce améliorer l’humanité ou la détruire ? 103980

Ensuite, il y a pas mal de choses du monde scientifique qui sont remises en question : comme le fait qu’il faille publier pour être un bon scientifique, que les scientifiques font preuves de détachement (sorte de protection ?) vis à vis de leur patient? Et l’expérimentation animale : je vais peut-être paraître insensible mais l’expérimentation animal pour le moment est inévitable car sinon les expériences scientifiques se baseraient sur des extrapolations. On se retrouverait alors avec des scandales pires que celui des thalidomides à tire larigot.

Certains scientifiques se sont lancés dans la modélisation pour éviter l’expérimentation sur l’animal mais malheureusement et bien heureusement, ils n’ont pour l’instant réussi qu’à modéliser les cellules (à l’aide des mathématiciens de chez Michelin). Peut être un jour arriverons-nous à l’organisme humain en entier, mais pour ça il faudrait plus de financement dans la recherche public. Car les chercheurs, dans les universités, sont payés un peu plus que le SMIC. Certains plus car ils ne sont pas que chercheur mais aussi universitaire et/ou hospitalier.

L’expérimentation animale est aujourd’hui régit par la règle des 3R :

* Reduce (Réduire) le nombre d’animaux en expérimentation.

* Refine (Raffiner) la méthodologie utilisée, ce qui implique la notion de points limites (critères d’interruption, ou « end-points »).

* Replace (Remplacer) les modèles animaux.

Une plume sensible et direct !

Les descriptions de l’auteur montre une sensibilité de l’auteur sans pour autant tourné autour du pot. Elle est fluide, précise et concise

Pour montrer l’évolution de Charlie, l’auteur a décidé d’écrire son récit sous forme de compte rendu or les premiers sont remplis de fautes d’orthographe. Puis elles vont se faire plus rare. C’est un peu déroutant au début, mais ça sert l’histoire : montre l’évolution de l’intelligence de Charlie. Ce procédé est intéressant et original. 🙂    

C’est passé à deux doigts du coup de cœur, mais quelque chose m’a manquée. Cependant, je ne serais pas vous dire quoi !  103980

En résumé : Un très bon livre! Il nous happe, nous interroge et nous instruit que demander de plus !!

Notation : 18/20

Point de vue de ma mere, une psychiatre sur ce livre : 

Des fleurs pour Algernon est un livre intéressant voire fascinant car même s’il a été écrit dans les années 50, il reste très contemporain. Il pose la question du regard des Autres sur Soi, la question de l’intelligence (et du QI), de la discrimination, de la connaissance anticipée de son destin (question hautement d’actualité avec l’augmentation des démences séniles)…

Sans avoir de formation en psychologie, en dehors d’avoir effectué une psychanalyse classique, l’auteur nous fait vivre dans la peau du déficient mental comme du génie avec un sens aigu de l’humain, de l ‘empathie ou du cynisme. En tant que psychiatre, j’ai apprécié particulièrement cette capacité « à se mettre à la place de » et de se regarder faire (Charlie le déficient qui regarde Charlie le génie, dans des moments qui ont pu être compliqués auparavant pour lui).

Même s’il y a quelques clichés (un déficient mental est aussi un détraqué sexuel), ils sont traités avec finesse et humanité. C’est la question de l’incompréhension de l’acte dû à des pulsions plutôt que de la perversité (acte subi et non pervers). D’ailleurs, la perversité requiert un QI supérieur à 70 !

Enfin, l’autre cliché important du livre (pour nous aujourd’hui) est la question du QI (Quotient INTELLECTUEL) qui ne peut résumer un être humain car il ne mesure rien en terme d’émotion et d’affect. Et l’auteur nous rappelle avec force (et ce n’est plus un cliché) que tout être humain quel qu’il soit, déficient ou génie, capable d’empathie ou non, a une dimension humaine à prendre en compte et à respecter….

Agréable lecture Auteur (e) en M Auteur (e) par ordre alphabétique Bragelonne Les maisons d'éditions Recueil de nouvelles

La liste de Noël de Jojo MOYES

Extrait :

– On va s’occuper du parfum, dit-il. Après ça, vous vous sentirez mieux.

Il ne s’est pas trompé pour la circulation : pris dans un embouteillage dont on ne voit pas le bout, ils avancent de manière sporadique en empruntant des rues transversales. Tout Londres parait humide, grise et morose. Chrissie se sent bien, au chaud dans son taxi. Le chauffeur lui parle de sa femme et du plaisir qu’il prend à s’occuper du bébé tous les matins pour laisser sa fille dormir. Quand il s’arrête au bord du trottoir, elle a presque oublié ce qu’elle fait là.

– Je vous attends ici. Laissez vos sacs dans la voiture, dit-il.

La parfumerie est un havre de paix aux senteurs enivrantes.

Mon avis :

C’est une nouvelle. C’est la première fois que je lis un écrit de Jojo Moyes. C’est un plaisir de lire une histoire courte. La plume de l’auteure est simple, ne rentre pas trop dans les détails (18 pages, c’est dur de développer) sans que ces personnages en pâtissent.

C’est une belle manifestation de l’esprit de Noël à travers une rencontre et un don de soi. C’est une petite histoire sympathique sans être inoubliable. Une plaisante parenthèse entre deux lectures.

Notation :

Note : 3 sur 5.