Mon avis :

Tsuki a disparu, emmenée par des êtres étranges. Konosuke se réveille dans une maison vide. Pour lui, elle a toujours été ainsi, n’est-ce pas ? Pourtant, il n’en est pas tout à fait convaincu. Il a l’impression tenace d’avoir perdu quelque chose. Le temps passe, mais la sensation reste. Parfois, il croit entendre une voix douce et d’autrefois voir un regard. Ces hallucinations ne se produisent que dans les murs de sa maison, d’abord lointaine, elles se font plus tenaces. Konosuke est démuni. Il ne sait que faire. Cette sensation de perte s’aggrave. Et si ces hallucinations renfermaient la clé du mystère. Il est seul, désespérément seul. 

Le talent de Daruma Matsuura se confirme avec ce second tome aussi bon que le précédent si ce n’est meilleur. Elle introduit une nouvelle héroïne Aki. Oh ! Quelle fraîcheur se dégage de ce personnage ! Elle est pétillante, pleine de vie et de joie. Elle est prêtresse itinérante. Elle a fait de mauvaises fortunes, bon cœur. Sa joie de vivre semble à toute épreuve. Elle reste sensible. Son histoire personnelle semble receler elle aussi une part de mystère. Et pourtant son don en aurait déprimé plus d’un. C’est encore un portrait complexe et riche en émotion décidément, la mangaka nous gâte. Les routes de nos différents protagonistes semblent faites pour se rejoindre ; reste à savoir quand et comment ? 

Depuis que Tsuki a fait son apparition, une question me taraude : qui est-elle ? Mais surtout, qu’est-ce qu’elle est réellement ? Elle dégage une aura surnaturelle : sa grâce, sa force insoupçonnée ainsi que l’acceptation de Konosuke et de sa malédiction sans un haussement de sourcil me plait. Le voile n’est pas encore levé, mais j’ai hâte. Je sens que la révélation est pour bientôt. La curiosité me dévore. Ce personnage est tellement énigmatique. Pourquoi a-t-elle choisi Konosuke comme mari ? Comment fait-elle pour s’adapter si bien à sa malédiction ? Pourquoi la cherche-t-on ? Qui est le commanditaire de son enlèvement ? 

Je commence à être de plus en plus confiante sur le rythme de cette saga. Kasane avait eu quelques lenteurs et des rebondissements rallongent la sauce. Ça n’a pas l’air d’être le cas ici, aucune longueur dans ces deux premiers tomes. Chaque scène à son importance. Elles enrichissent les personnages. Elles apportent des précisions. Les déductions sont accompagnées d’explications et de flash-back. Kasane présentait des zones d’ombre et la(e) lectrice (eur) n’était pas toujours sûre d’avoir compris tous les tenants et les aboutissants. Ici, on en est très loin, l’œuvre est plus réfléchie et aboutie. Les planches continuent d’en mettre plein les yeux. 

En bref, c’est un tome encore meilleur que le précédent surtout d’un point de vue narratif. L’ajout d’Aki, une jeune prêtresse itinérante, est une très bonne idée. Elle renferme sa part d’ombre et de secret. Et elle apporte de la vie, de la joie et des émotions à fleur de peau. Je trépigne d’impatience de lire le tome 3.

Note : 5 sur 5.

D’autres avis : Pierrickola, Tachan, Calou-Maë, Yoda Bor et Les voyages de Ly

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)