Mon avis :

Après 10 min d’écoute, mon premier réflexe fut de me questionner. Exemple du discours que j’ai eu avec moi-même et plus tard avec ma mère : 

« Attends, quand est-ce que cette histoire se déroule-t-elle ? 

Elle parle de concession, mais n’est-ce pas en lien avec l’esclavage ? 

Oui donc ça ne doit pas se dérouler de nos jours. 

Mais attends, ça ne coïncide pas, il est aussi question d’iPhone dernière génération. Elle a dû se tromper. » 

Alors oui, j’avais bien entendu, il y a encore des concessions au Cameroun du Nord. Certes, on ne parle plus d’esclave, mais d’employé payé un salaire de misère, violé parfois par le maître des lieux ou des hommes de sa famille. Les femmes sont parfois même obligées de se prostituer pour arrondir les fins de mois. 

Le personnage principal est une fille du village, Faydé. Elle est contrainte d’aller travailler au service d’une famille fortunée pour que sa mère et ses frères et sœurs puissent continuer de manger et de vivre. Sa mère est contre. Elle ne veut pas que sa fille quitte l’école. Elle ne veut pas qu’elle soit à la merci de ses familles riches qui se croient tout permis. Elle voudrait que celle-ci réussisse. Seulement, Bokko-Haram est passé par là et il a enlevé son beau-père. Sa mère est seule et sa famille meurt de faim. Ses protestations se meurent avant même de naître. Faydé va affronter la ville, ses mystères et découvrir comment épargner, mettre de l’argent de côté pour sa famille et s’occuper des femmes de la concession. 

L’auteure nous livre cette histoire avec délicatesse, sensibilité, mais elle n’a pas peur de piquer où ça fait mal et de questionner son lecteur. Elle dénonce une situation très injuste pour la femme, ou celle-ci a très peu de droits. Crié au viol, personne ne lèvera le petit doigt. Cela arrive tous les jours. C’est dans la normalité. Ce pays est également blessé à vif par les attaques répétées de Bokko-Haram. Trop pauvre pour faire quelque chose ou peu de volonté ou même les deux… 

 J’ai adoré, je me note la narratrice également, tantôt avec une voix égale, tantôt haussant le ton et tantôt avec ce sourire solaire dans la voix. C’est ce sourire que je retiens. Il m’a marqué et beaucoup plu. 

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)