Cher(e)s voyageur(e)s,

Fragment de livre en guise d’apéro :

« Les paupières se baissèrent sur les prunelles étincelantes. Son sourire prit une dimension malicieuse. Le cœur de Genevieve, qui battait précipitamment, se lança dans une gigue endiablée.
— Qui a dit que vous seriez seule ?
Sa voix soyeuse s’insinua sous sa peau. C’était comme s’il l’enveloppait de ses bras ainsi qu’il l’avait fait au bord du bassin. Une chaleur embarrassante remua dans son ventre.
— Cessez de badiner, intima-t-elle d’une voix dure, alors qu’elle se liquéfiait intérieurement.
Le sourire de M. Evans s’intensifia et, avec lui, la réaction de Genevieve.
— Je n’y peux rien. Je ne cesse de me répéter que je serai fort, puis vous me regardez en fronçant les sourcils comme si vous hésitiez entre me frapper et m’embrasser, et me revoilà piégé. Vous devriez avoir pitié de moi.
Elle pinça les lèvres pour lutter contre l’envie de sourire.
— J’ai pitié des femmes qui écoutent votre baratin. »

Mon avis :

Cette saga est vraiment géniale. J’ai adoré le tome 1 et 3. J’avais hâte de le lire. Je l’ai enchaîné tout de suite après le tome 1. L’intrigue de ce deuxième tome est plus originale que celle du tome 1. Elle a tous les ingrédients pour me plaire. 

Richard Harmsworth est un duc. Son illégitimité est établie depuis sa naissance. Son enfance a été marquée par les humiliations. Il ne peut lutter contre un fait établi, mais peut-être qu’être en possession du bijou familiale fera taire les mauvaises langues et renforcera sa légitimité. Il a quand même été reconnu par le précédent Duc de Harmsworth. À moi, cela m’a paru un espoir de petit garçon, mais on en a tous et puis ça donne un petit côté candide à son personnage. Le problème, c’est que ce fameux joyau est entre les mains de Geneviève et qu’elle ne semble pas prête à lui céder même pour tout l’or du monde. Elle vit avec son père un pasteur et un savant. Il ne lui reste plus qu’à prétendre être un étudiant, se fondre dans le décor et accéder au méandre de la maison. Seulement, le joyau a son cerbère, une jeune femme intelligente, vive et désarmante. Est-ce qu’il gagnera face à une telle perle rare ? Sa vie semble résider sur les pages qu’elle écrit. Richard n’a plus un mystère, mais deux à résoudre. 

Geneviève Barrett est un personnage savant, une femme qui sort du cadre pour l’époque. Elle est détonnante par rapport aux personnages féminins des romances historiques que j’ai pu lire. J’ai vraiment accroché à son personnage. Richard est surprenant, c’est un dandy, qui de prime abord semble superficielle et pourtant sa confrontation avec Geneviève le grandit. J’adore l’évolution de notre duo. 

Malgré tous ses bons ingrédients réunis, j’ai eu du mal à rentrer dans ce tome jusqu’à la fin du premier tiers. Certaines phrases me semblaient alambiquées, je ne sais pas si c’est un défaut de traduction ou de la fatigue de ma part. 

En bref, je me suis complètement laissé séduire par ce couple, le dandy respectueux et cette scientifique pétillante. Franchement, maintenant que j’ai lu les trois premiers tomes dans l’ordre, il me tarde de lire le quatrième tome.

Note : 3.5 sur 5.

D’autres avis :

  • Aucun

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)