Hey hey,

Voici une chronique qui pour une fois sera à l’heure et ça s’est parce que j’ai fait une Lecture commune de Light and Smell. Elle était agréable, c’était un véritable échange et je pense qu’il a enrichi ma chronique. Merci à elle !

Fragment de livre en guise de mise en bouche :

« — La chocolaterie ferait naufrage sans elle, poursuit ma mère, déterminée à nous montrer sous notre meilleur jour. Robyn s’occupe de l’aspect administratif de la boutique, mais elle ne rechigne jamais à nous donner un petit coup de main. N’est-ce pas, Robyn ?
— Je suis tout terrain, opiné-je.
Ann m’offre une moue appréciatrice.
— Comme mon plus grand, dit-elle en désignant Walter. Walter tient un rôle prépondérant dans son entreprise. J’ai toujours dit que les mains de l’ombre, celles qui jouent avec les chiffres et les contrats, sont les vis du monde d’aujourd’hui : sans elles, la charpente ne tiendrait pas.
— Je ne cesse de le répéter à Robyn.
C’est faux. Je n’ai jamais entendu parler de mon talent de charpentier. »

Mon avis :

Cette fois-ci, Juliette Bontë nous invite dans les Highlands. L’ambiance qu’elle a construite grandit crescendo. La lecture est prenante. Cette fois-ci, on fête Noël avec les Ferguson, une famille exubérante, bruyante, gentille et parfois tape-à-l’œil. Une famille parfaite, ça n’existe pas et ce mélange a du charme. Chaque année, sa famille s’occupe d’organiser Noël en ville. Seulement, c’était sans compter sur les Burns. Ils sont bien décidés à prendre les rênes de Noël. C’est une trahison, la famille Ferguson avait tout préparé comme chaque année, hors de question de laisser tomber leur tradition. La guerre est ouverte. 

Robyn Ferguson est remontée comme un coucou surtout que son meilleur ami Stew Burns ne l’avait pas mis dans la confidence. Pour couronner le tout, des lettres d’une incroyable valeur ont disparu. Walter Burns suspect de la famille Ferguson de les avoir volées ? C’est une offense innommable. Robyn veut laver son nom. Quoi de mieux, que de faire équipe avec le taciturne Walter ? 

Cette romance de Noël est accompagnée d’une enquête. Celle-ci est assez simple qui se déroule un peu comme un épisode d’Arabesque. Certains rebondissements sont un peu fous, mais avec deux apprentis détectives, quoi de plus normal. Le final est à la hauteur. 

Des portraits hauts en couleur ! 

La famille Ferguson est dirigée par des femmes fortes, qui en imposent. 

  • Gillis à qui personne n’ose dire non et qui fait peur à tous à part Stew. Un personnage qui a su me surprendre
  • Norma, la commère du village, si vous voulez connaître une rumeur. Elle est la meilleure source d’information. 
  • Bonnie, l’ado accrochée à son portable, est un peu fainéante. 
  • Mabel, la mamie qui est fane d’alcool, mais aussi tendre et avec un petit brin de folie.  
  • Kate la femme de Norma, plus calme et tempérée comme son beau-frère. 

Puis, on a l’insaisissable Walter, une impression renforcée, car la(e) lectrice (eur) n’a pas son point de vue. Walter fait preuve de peu d’humanité ou encore d’empathie. Malgré tout, la(e) lectrice (eur) le sent fébrile, sensible ne sachant pas trop comment se comporter, se mêler aux autres… Il reste un mystère, quelqu’un de loin et du coup moins palpable. Un autre mystère à résoudre !

Dans ce livre, la(e) lectrice (eur) voit de plus en plus son envie de représenter la mixité amoureuse avec notamment le couple de Kate et Norma. Je ne serais pas contre une nouvelle sur ces deux âmes. 

En résumé : Une romance de Noël au tempo ni trop rapide ni trop lent. Elle est conviviale, un bel esprit de Noël. Elle se lit vite et bien. C’est une romance crédible, car elle prend son temps. J’ai bien aimé voir la couche de glace de Walter fondre et l’empathie de Robyn. Il m’a peut-être manqué Stew, je m’étais attachée à ce personnage. À, quand une suite de cette famille Ferguson ? 

Note : 4 sur 5.

D’autres avis :

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)