Une courte chronique d’abandon de lecture : Le sang de la guerrière de FLORENCE COCHET

Fragment en guise de mise en bouche :

« L’ancienne légende me revient. En des temps immémoriaux, Bhelan, le dieu-colère, a séduit une prêtresse de Sîlen. De leur union contre nature est né Mordoch, demi-dieu responsable de la guerre de Sang qui a déchiré Thoril trois siècles plus tôt. Après la victoire des impériaux, le visage de la génitrice maudite a été effacé de tous les livres, de toutes les représentations. Elle est devenue la Femme sans visage, paria exilée loin de Thoril dont le seul nom est une injure.

— Elle ne peut être encore en vie, soufflé-je.
— Vous vous trompez, affirme l’impératrice. Bhelan lui a octroyé l’immortalité. Une éternité de souffrances et de remords au cœur du désert Qanteg…
— Et vous comptez sur ses remords pour obtenir son aide ? intervient la sorcière.

L’empereur se raidit à la pointe de mépris qui assaisonne ses mots, et mes doigts se referment sur la poignée de ma lame. Sans se formaliser de cette insolence, l’impératrice nous apaise d’un geste de la main. »

Mon avis:

Cette lecture fut courte. Je n’ai lu que 15 % du livre et j’abandonne. Mais pourquoi ? 

  • Entre chaque chapitres, j’ai l’impression qu’il me manque un épisode pour pouvoir les relier. C’est le cas pour ces 10 premiers chapitres.
  • Shandra le personnage principal n’est pratiquement pas introduit. En plus, j’ai l’impression de rester en surface avec ce personnage. Ne parlons même pas des autres personnages et leurs interactions _ bizarre_.
  • C’est un livre avec une mythologie qui lui est propre mais pas d’introduction. J’ai l’impression que l’auteure garde pour elle de façon à nous l’introduire plus tard. Mais ça tarde trop à mon goût. 
  • Les dialogues sont maladroits. 
  • Je me suis renseignée sur le blog d’A la page de Suzie, elle dit qu’il faut attendre la moitié du livre pour être dedans et que l’histoire prenne du sens. Mais, 150 pages pour que ça décolle, c’est un peu long.

En résumé : Continuer pour continuer, non, merci. Comme c’est une lecture personnelle, et qu’il n’y a pas d’éléments accrocheurs, j’abandonne.

LEs blogueurs qui ont chroniqués ce livre.

5 commentaires

  1. Tu as raison d’abandonner, ça ne sert à rien de s’accrocher lorsqu’on sent qu’un titre n’est pas pour nous/ne nous plaît pas. Dommage pour celui-ci, mais la sensation de prendre le train en marche est très désagréable en lecture, particulièrement lorsqu’on est comme ici dans un univers fantastique.

  2. Je comprends bien pourquoi tu as abandonné avec les points que tu soulèves : dommage, l’univers semblait avoir du potentiel 🙂

Laisser un commentaire