Extrait en guise de mise en bouche :

« — Vous oubliez que j’ai rencontré le mari et qu’il m’a paru plus inquiet encore que sa femme !

— Et pour les mêmes raisons, vraisemblablement. Cet homme a été traumatisé psychiquement pendant la guerre. Quoi d’étonnant à ce que, vivant à ses côtés, sa compagne se soit laissée gagner par ses hantises ?

— Mais la lettre ?

— Œuvre d’un anonyme au courant des obsessions de Mrs. Henderson.

— Dans quel but ?

— Mortlocke… à votre âge, vous ignorez encore que les gens n’ont nul besoin de motif pour faire le mal ?

De retour dans son bureau, Chris pensait à la théorie de Bolton. Elle se révélait plausible. Pourtant, tout en lui se révoltait devant l’hypothèse d’une Joyce ne jouissant pas de toutes ses facultés mentales. La manie de la persécution s’affirmait l’excuse facile pour ne point prêter attention aux plaintes gênantes. Si vraiment Joyce était atteinte mentalement, il s’affirmait impensable que sa maladie ne la prît qu’au moment où elle franchissait le seuil de sa maison. Si son caractère, son comportement présentaient quelque chose d’anormal, ses collègues institutrices s’en seraient aperçues ! Il décrocha son téléphone et appela la police de Watford. Au sergent Bradley, il prescrivit une enquête discrète à l’école où Mrs. Henderson enseignait, une enquête qui devait porter sur de possibles bizarreries dont cette dame témoignerait et qui auraient été remarquées. Bien que ne comprenant pas grand-chose à la mission dont on le chargerait, le sergent promit de s’en occuper dès le lendemain. »

Mon avis :

Une bonne lecture ! 

C’est une bonne lecture. Je suis contente de retrouver la plume piquante d’Exbrayat. Cette plume est certes, moins cocasses et drôles que dans d’autres de ses romans policiers. Mais elle n’en est pas moins caustique quand il s’agit de situation de justice, de loi et de morale. Et, ces trois là ne vont pas toujours de pairs. 

Un titre à l’image de l’histoire !

L’inspecteur Mortlocke se voit offrir la possibilité de devenir inspecteur en chef du Yard. Mais pour cela, il devra faire résoudre une enquête de la plus haute importance, encore faut-il qu’elle se présente. Lorsqu’elle se présente, c’est une impasse. Une mère et son enfant ont été renversée. C’est un délit de fuite avec pas de témoin. Les semaines défilent et l’enquête fait du surplace. Et un beau jour, une institutrice se présente et dit que son mari a été témoin de ce meurtre. Il connaît le coupable, un grand truand. De quoi, gagner en grade.Seulement le mari est un peu parano et ne veut pas témoigner. Voilà qui relance l’enquête! De plus, l’inspecteur n’est pas insensible au charme de cette jeune institutrice. 

Simple mais pas si simple !

Tout semble réglé d’avance, mais Exbrayat va essayer de nous prouver que les apparences sont trompeuses. En tout cas, je dois dire que l’auteur m’a bien roulé car si je me doutais que la réponse à cette enquête ne pouvait être aussi simple et encore j’ai eu des doutes. Je n’avais pas tout deviné. 

La loi est-elle toujours juste ? 

J’irai jusqu’à dire que ce roman est peut-être engagé et essaye de répondre à certaines questions : En appliquant strictement la loi, sommes-nous toujours justes ?  La loi peut-elle être injuste ? Fermer les yeux sur une entorse à la loi est-ce toujours un méfait ? Exbrayat nous donne des arguments mais laisse le lecteur chercher les réponses. En tout cas dans mon cas cette enquête m’a fait réfléchir. La conclusion ne tient qu’à nous, bien que l’avis de l’auteur n’est pas un mystère pour moi. Je suis contente de l’avoir lu car cette enquête m’a permis d’étoffer mes réflexions sur le sujet. 

Personnage attachant mais sans plus !

C’est la seule chose qui obscurcit le tableau. Les personnages sont un peu plus fades. L’auteur m’avait habitué à des personnages hauts en couleur, à des scènes à renverser les meubles comme une tornade. Je dois dire que ça m’a un peu manqué. 

En résumé : C’est une bonne lecture. Tout n’est pas si simple dans ce livre. Les apparences sont trompeuses et le titre lui colle à la peau. Un bon moment de réflexion !

Notation : 15/20

Note : 4 sur 5.

Autres livres de l’auteur chroniqués :

Publicités

Vos commentaires font toujours plaisir :)