Cher(e) voyageur(e),

Qui dit « romance historique » ; dit souvent : « romance en premier plan et l’histoire en arrière fond avec juste ce qu’il faut d’étiquette et de paillette pour le dépaysement ». J’avoue que si je suis assez friande de cet aspect. Cependant, tous les livres finissent par se ressembler. J’aime de plus en plus dévier du chemin plan-plan, pour de la nouveauté et de l’originalité.

Citation :

« Votre maître est un ami de…

— Peu importe, la coupa-t-il. Je n’ai pas pour habitude de me laisser fléchir au nom d’amitiés ou de relations quelconques. Ce serait de la corruption.

— Tiens donc… Seriez-vous aussi cruel et borné que l’Incorruptible?

Que savait-elle de la politique ? La mention de Robespierre mena Gabriel à perdre son sang-froid.

— N’évoquez point des sujets qui vous dépassent. Les femmes ne font pas bon ménage avec la politique !

— Oh ! vraiment ? Serions-nous plus à notre place en cuisine, monsieur, ou dans la chambre à coucher pour faire des enfants ?

Gabriel ne pensait pas ainsi : il prônait l’égalité entre les hommes et, si possible, entre hommes et femmes lorsque la situation le permettait. La liberté et le bonheur de tout être humain lui semblaient les buts à atteindre, dans ce nouveau monde éclosant à peine. »

Le feu sous la dentelle
Anna Lyra

Mon avis :

La romance écrite par AnnA Lyra m’a charmée. L’auteure nous emmène dans une période de l’histoire de France que je connais assez mal et sous-exploitée par la romance historique. À l’école, j’ai étudié la révolution, le peuple qui se révolte, le roi et la reine dans les geôles ainsi que leur décapitation. Ensuite comme le programme était long, le professeur sautait toute la partie post-révolution et la période de la terreur. La période après le régime de la terreur n’a été que peu évoquée. Je ne sais pas s’il en allait de même pour vous ? 

J’étais donc séduite par la période choisie. L’auteure est historienne de profession, et ça se sent. Elle décrit la période post-révolution avec pédagogie, utilise des petites notes pour approfondir. L’Histoire est riche en événements et documentée, elle en devient plus concrète. Elle est contre-balancée par la légèreté de la romance comme c’est le cas ici.

Effectivement, si vous recherchez une romance historique sans prise de tête avec un château médiéval, une belle demoiselle en détresse et un preux chevalier en armure, ce livre ne remplira pas ses attentes. Par contre, si vous cherchez le dépaysement, l’aventure, une forte tête et une quête de justice où l’amour s’incruste peu à peu, alors là vous allez vous régaler.  

 Le pompon a été pour moi avec les protagonistes. Anna Lyra a tapé fort. Elle nous offre une romance entre une jeune aristocrate seule rescapée de sa famille et un ex-militant contre la monarchie. C’est un duo improbable que les circonstances ont réuni. Constance sortie des geôles après la décapitation de Robespierre n’a qu’une idée en tête ; reprendre les propriétés de sa famille et devenir indépendante. Elle est prête à tout. Elle a soif de justice.

Certes, les Français mourraient de faim, mais sa famille n’était pas directement impliquée. Elle veut pouvoir se souvenir d’eux, redresser les torts et se raccrocher à quelque chose pour aller de l’avant. Pour le moment, elle n’a que sa compagne de cellule Joséphine veuve Beaumarchais, sa salvatrice et le petit rayon de soleil de son existence. Joséphine a fait jouer ses relations. Elle a la solution trouvée à son épineux problème judiciaire : un avocat, Gabriel. Gabriel ne cache pas son dédain pour la classe sociale de Constance. Sans défendre la révolution, il remet en question ses privilèges. Constance se sent attaquée, elle réplique. Pourtant, lors de leur joute verbale se mêle la passion, des papillons dans le ventre et leurs vérités s’ébranlent. Leur duo promettait d’être croustillant. Et il l’est, ils m’ont charmé.

Les brèves apparitions de Joséphine et Napoléon étaient un bel interlude à la guéguerre de nos deux protagonistes. L’auteure a su ajouter quelques touches d’humour, Napoléon que je voyais sérieux et hautain, est descendu du piédestal pour être un homme charmant, charismatique, quoique légèrement imposant.  

En bref, une romance historique travaillée, la romance est passionnée et le paysage historique est passionnant. L’histoire est travaillée comme un personnage. Pour une novice, l’auteure a réussi à la rendre intéressante et facile à appréhender. J’ai adoré évoluer auprès de nos deux protagonistes Gabriel et Constance. J’ai aimé les voir lutter l’un contre l’autre ensemble et leur guerre d’égo est délectable. Les personnages secondaires sont peu nombreux, mais ils restent marquants. Ils apportent un vrai plus. Je croise les doigts pour un autre tome sur la période napoléonienne maintenant.

Note : 4.5 sur 5.

Lu dans le cadre du #pumpkinautumnchallenge pour le menu #automnerayonnant sous catégorie #ledondemerriwick

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)