Appréciation, Auteur (e) en K, Auteur (e) par ordre alphabétique, Bonne lecture, Historique, Les maisons d'éditions, LIVRE, Points, Policier

Une enquête de Bernie Gunther : Le piège de l’exil de Philip Kerr

Fragment de livre en guise de mise en bouche :

“Sérieusement, je pourrais vous emmener à mon bureau et vous montrer un journal soviétique, l’étoile rouge. Il y a dedans des articles effrayants. L’un d’entre eux me revient notamment à l’esprit : « Tuez les Allemands. Tuez-les tous et enfouissez-les dans la terre. Nous ne pourrons pas vivre aussi longtemps que ces vermines aux yeux verts resteront en vie. Aujourd’hui, il n’y a plus de livres, il n’y a plus d’étoiles dans le ciel, il n’y a plus qu’une pensée : tuez les Allemands.”

Mon avis :

C’est l’après-guerre, Bernie Gunther a quand même occupé une place importante bien qu’il n’est pas membre du parti. Une fois l’armistice signé, cette distinction ne se fait plus. Il reste un Allemand qui a coopéré avec Goebbels pour des enquêtes. Qu’il soit membre du parti ou pas n’est qu’un détail pour les vainqueurs. C’est l’ennemi. Il est obligé de fuir l’Allemagne où il est considéré comme un traître et de cacher sa véritable identité. Cependant, les vieilles habitudes ont la peau dure, il ne peut s’empêcher d’exercer son nez de fin limier et de laisser ses yeux traînés, aider une victime de chantage au passage. Attirer l’attention n’est pas une bonne idée. Lutter contre sa nature est difficile. Bernie Gunther sera-t-il resté en retrait ? 

 Le début commence lentement. Plus de pages sont nécessaires pour rentrer dans l’histoire. L’auteur prend son temps. L’action pointe son nez lentement et elle est plus plate que dans les autres volumes. La (e) lectrice (eur) retrouve un Bernie Gunther fatigué moins punchy et vieilli. Il est fatigué et plein de désillusion. L’ironie est moins présente. Ce changement m’a convaincu, mais pas plu. Heureusement, les piques sont toujours là.  

Pour toutes ses raisons, j’étais moins dedans. De plus, la trame a l’air moins travaillée et moins fluide. Les rebondissements n’en finissent plus, c’est-à-dire que le retournement de situation sur un rebondissement, d’accord, mais trois qui s’enchaînent, c’est trop à mon goût… Certes, ils visent aussi à induire le doute pour la (e) lectrice (eur), néanmoins j’ai vu venir l’auteur comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. 

En résumé : Ce livre est bien, mais le lire après Les ombres de Katyn du même auteur n’était pas une bonne idée. En comparaison, il fait pâle figure. Dommage ! 

Note : 3 sur 5.

Laisser un commentaire