QUI EST LA VÉRITABLE MARLENE ?
Munich, juillet 1944. L’une des femmes les plus recherchées du IIIe Reich se tient face à la maison bombardée de Deborah et de son frère, qu’elle croit enfouis sous les décombres. Si elle était arrivée la veille, Marlene aurait pu les sauver.
Mais qui est au juste cette femme ? La veuve d’un notable connu pour ses sympathies nazies ? Une actrice en devenir ? Une résistante ?
Marlene va devoir prendre l’une des décisions les plus difficiles de sa vie : épargner la vie de millions de personnes… ou sacrifier l’homme qu’elle aime.
Dans le sillage d’Au nom de ma mère, ce roman s’attache au destin d’une femme courageuse, confrontée aux soubresauts de l’Histoire.

Citation en guise d’avant-goût :

– Pardonne-moi, reprit-il, je fais des discours.
– Non, c’est fondamental de s’interroger sur le mécanisme de la haine. Ma grand-mère pense qu’Hitler a opprimé l’Eglise uniquement parce que Jésus a prêché l’amour du prochain… car la haine ne craint rien tant que l’amour.

Mon avis :

Une lecture agréable !

C’est une lecture commune faite avec la blogueuse de Livres de Rose, avec qui j’ai été ravie de partager mes avis tout au long de ma lecture.
C’est une lecture agréable. La plume de l’auteure est prenante et addictive. En quelques pages, la.e lectrice.eur est plongée dans l’histoire de Marlène. J’ai tout de suite accroché à ce personnage. Seulement, quelques petits détails sont venus gêner ma lecture.

Marlène, un personnage charismatique !

Le début du roman se passe à notre époque, Marlène est vieille. Elle a convié plusieurs de ses amis et de ses proches parents pour leur raconter sa vie sous l’Allemagne nazie. La Marlène du passé est loin d’être passive durant la Seconde Guerre Mondiale. Elle est engagée dans la résistance et au début de son récit, elle essaie de reprendre contact pour se rendre utile. Le roman nous conte toutes les péripéties qu’elle a vécues pour essayer de rallier des résistants polonais (Cracovie) et  faire cause commune. Arrivera-t-elle à rejoindre la Pologne sans éveiller les soupçons et comment ?

Un avis un peu partagé !   

Les réflexions de Marlène et d’autres protagonistes, autour de la guerre, sont de vraies pépites. Elles interrogent la.e lectrice.eur. Elles sont enrichissantes. A travers elles, j’ai pu apprécier le travail de recherche de l’auteure. D’ailleurs, elle apporte des extraits de journaux d’époque à chaque début de chapitre. Un détail que j’ai beaucoup aimé.
Là où le bât blesse, c’est l’intrigue qui est bourrée de rebondissements à la résolution facile. Marlène a tout vécu, tout vu, cela manque de réalisme. L’auteure a voulu aborder toute une panoplie de thématiques de la guerre mais du coup, elle m’a un peu perdue. Le final m’est resté en travers de la gorge. Tous ces éléments réunis me laissent à penser que ce roman aurait gagner à être relu et réduit.
C’est franchement dommage car certains personnages et messages en valent le détour.

Petit point information !

Si le résumé nous laisse croire que l’on peut le lire indépendamment du premier tome “Au nom de ma mère”, notre expérience de lecture commune montre que ce n’est pas le cas. Les livres de Rose a aimé sa lecture, elle a été contente de retrouver certains personnages. Elle m’a dit qu’effectivement leur rôle n’est pas très explicite si on n’a pas lu le premier tome.

En résumé : C’est une lecture agréable, avec des réflexions sur la guerre qui m’ont marquée et interrogée. L’histoire de Marlène est pleine de rebondissements mais leur résolution m’a paru trop facile.

Notation : 13/20

Publicités

4 commentaires sur « Marlène de HANNI MUNZER »

  1. J’adore les romans qui traitent de la 2nde GM, de près ou de loin, fictifs ou réalistes. J’en ai lu plusieurs aussi.

  2. J’ai vu ton message sur facebook!! Et du coup, je me suis rappelée que je m’étais mise ta chronique de côté pour la lire mais…que finalement je ne l’avais pas encore fait!! :-/
    Du coup, oui, je suis entièrement d’accord: il faut d’abord lire Au nom de ma mère!! 🙂

Vos commentaires font toujours plaisir :)