La réalité est ce que l'imagination fait d'elle _Charmant _ David Safier_

Affichage : 1 - 5 sur 5 RÉSULTATS
Appréciation BD Dargaud Lecture pas appréciée Les maisons d'éditions

Nuit couleur larme de Borja Gonzalez

Extrait en Image : Mon avis : J’ai mis un peu de temps à me plonger dans cette bande dessinée. L’ambiance est assez obscure, les dessins viennent renforcer cette ambiance. Ils utilisent surtout des couleurs sombres, des nuances de noirs, …

Appréciation Historique J'ai lu Les maisons d'éditions LIVRE

Un bûcher sous la neige de SUSAN FLETCHER

Un petit audio en guise d’amuse bouche :

bonne écoute !!

Mon avis :

Une bonne lecture et assez surprenante !

Le livre est contemplatif de la nature : la faune et la flore. Les descriptions sont présentes à l’appel. Je ne m’y attendais pas du tout.

En effet, tout repose sur le récit de Corrag des événements. Il n’y a pas forcément beaucoup d’action mais quand elle est présente, je n’ai pas ressenti l’empressement qui l’accompagne. Le récit y perd en addiction. De plus, j’ai ressenti un manque d’émotion dans cette histoire peut-être due aux manques de dialogues ou de la pudicité de Corrag. Cela m’a un peu gênée et donné un sentiment d’étrangeté. Cependant, le peu de dialogue peut s’expliquer par la vie solitaire de Corrag. Quand au Révérant Charles, il s’exprime par des lettres envoyées à sa femme. Il a un esprit obtus. Peut-être va-t-il changer au contact de la femme-enfant Corrag? En tout cas, il fait preuve d’introspection dans ces lettres, de sentiments, parfois de doutes… Un procédé très bien choisi ! Elles ont rythmé les chapitres et aidé à garder mon intention. Ce contraste entre les deux personnages m’a vraiment plu, un révérant et une sorcière.

L’histoire est originale !

Charles est un Révérant, un personnage religieux qui a une définition bien à lui du bien et du mal. Il vient voir une prisonnière qui a assisté au massacre de Glencoe pour voir si elle pourra servir la cause jacobite. Corrag est une « sorcière » en tout cas, c’est ce que les gens disent. Elle connait les plantes, elle est petite et née d’une fille de joie, des critères qu’y suffisent pour la traiter de sorcière. Corrag racontera le massacre de Glencoe à une seule condition que Charles écoute son histoire. Elle brûlera une fois que la neige aura fondu, mais au moins, il restera une trace de son passage. C’est la condition ! Aura-t-elle le temps de raconter toute l’histoire ? Charles aura-t-il se qu’il veut ?

Une plume authentique !

Ces chapitres commencent avec une petite phrase en relation avec des plantes.

« Vénus détient cette plante, et dit : Que les feuilles mangées par l’homme et la femme ensemble amènent l’amour entre eux. »

de la Pervenche

Le récit est remplie de tournure ancienne que l’on retrouve dans les vieux classiques. Elle est un peu déroutante, au début, puis elle nous ramène dans le passé aux côtés de Corrag et Charles. Elle est dépaysante ! Les descriptions dont je vous ai parlé sont poétique mais il y a parfois des lenteurs !

En résumé : c’est une bonne lecture dépaysante, contemplative mais un peu lente.

Notation : 15/20

Si vous voulez acheter le livre, vous pouvez l’acheter ICI.

Appréciation Fantasy Lecture pas appréciée Les maisons d'éditions LIVRE Lumen Young Adult

Library Jumpers T1 : La voleuse de secrets de BRENDA DRAKE

Couverture Library Jumpers, tome 1 : La Voleuse de secrets

Mon extrait :

– Deux tatouages suffiront, a dit Carrig pour interrompre les digressions de Nana.

– Qui vas-tu tatouer ? ai-je insisté.

– Afton et Nick, bien sûr.

– C’est hors de question ! s’est exclamé Nick.

Afton a fixé l’aiguille que Nana était en train de visser au pistolet.

– Mon père va me botter les fesses si je me fais tatouer !

– Sornettes ! Tu n’as pas le choix si tu veux vivre, a rétorqué Nana du même ton que si Afton venait de refuser du sucre dans son thé.

Mon avis :

Tout de go comme on dit, je n’ai pas aimé ce livre. J’ai rencontré une grande difficulté à décrire les sensations, les points gênants, mon ressentie… Enfin toutes ces choses qui caractérisent une lecture. 

Le début difficile

J’ai eu beaucoup de mal à accrocher au début, je pense même ne pas avoir accroché du tout. Je me suis même prise à lire en diagonale ce qui est pour le moins rarissime chez moi. 

Une plume un peu simpliste et une action qui l’est tout autant. 

 Un épisode m’a particulièrement marqué, Gia dit avoir oublié des éléments de son passé et quelqu’un lui dit « ah bas j’ai la formule qu’il te faut ». Toutes les actions surtout celles secondaires sont comme ça, surtout au début. Alors quand ça arrive une fois passe encore mais tout le livre, c’est franchement ronflant et ça fait bâcler. Pour être honnête, l’intrigue principal gagne un peu en suspense et en profondeur sur le dernier tiers du livre. Dommage qu’il faille attendre autant de pages !

Ne parlons pas non plus du remake à la Star Wars : Je suis ton père !

Résultat de recherche d'images pour "je suis ton père dark vador en gif"

L’écriture a aussi quelques choses d’enfantin mais pas « l’enfantin » qui fait sourire mais « l’enfantin » agaçant. 

De plus, elle utilise une langue que je connais bien l’italien. Eh bien ! Elle a fait une faute : ammettere il pura pour accepter la pureté. C’est : accettare la purezza. J’ai un petit peu tiqué. 

Un protagoniste insupportable

C’est difficile de partir du bon pied quand le personnage principal est à claquer toutes les 5 minutes. Gia aurait pu joué dans Tête à claque, ce rôle lui irait à ravir. Pourquoi ? Gia est présentée comme ayant plein de défaut : pas jolie, assez effacée, peureuse… Puis plus loin, l’auteure dit qu’elle fait de l’escrime et boxe. À ce moment, j’arrête ma lecture, je me dis : « on parle toujours de Gia, celle qui a peur de traverser la rue ». Parce que clairement, quand je pense à quelqu’un de peureux, je l’imagine sur les bans en sport, pas sur le terrain avec un fleuret 😉 Mais peut-être que j’ai tord :/. 

Ensuite, elle va devenir la badass qui protège ses amis contre les méchants. Alors, je veux bien que l’amour, l’amitié nous changent une personne. Cependant en une dizaine de pages, c’est plus un changement de caractère, c’est une double personnalité.

Une romance à l’eau de rose  

Arik est un autre personnage que j’ai eu du mal à apprécier. Ce garçon est un cliché : il jette du chaud, du froid. C’est le BG qui tombe amoureux de la pauvre fille. C’est ch****! Ce n’est pas original. Et pourtant au début, j’avais accroché à leur coup de foudre littéraire. C’était mignon tout plein !! 

L’univers de l’auteure va-t-il recoller les pots cassées ?

C’est peut-être un des seuls points positif de tout le livre. L’auteur a de l’imagination à revendre. L’action a souvent lieu dans des bibliothèques ♥ et l’idée de voyager à travers les livres est superbe et assez bien exploité. Les différentes créatures sont aussi intéressantes et originales

En résumé : Ce livre est bien pour un brouillon, car malheureusement, il y a beaucoup d’incohérence. Et c’est trop cliché ! Je ne vous le conseille pas. 

Notation : 9/20

Et avez vous lu ce livre ? Qu’en avez vous pensé ?