Fragment de livre en guise de mise en bouche :

Mon avis :

J’avais déjà lu un livre de Franck Thilliez, « La chambre des morts ». C’était une bonne lecture, mais sans plus. Le début était long à venir. J’avais été prise dans l’enquête au tiers du bouquin pas avant. J’étais un peu refroidi. Seulement, j’avais lu des avis comme quoi ce n’était clairement pas le meilleur de l’auteur et que sa plume avait évolué et s’était bonifiée. Donc, je me suis lancée sans parachutes et sans prendre trop de risques.

C’est donc bercé par la douce voix de Léovanie Raud que je plongeais dans Labyrinthes : un ouvrage tortueux. Elle met les intonations, surprises, horreurs, mélancolies et désarrois, toutes ses émotions sont bien présentes et identifiables. Une narratrice à noter. La lecture est vivante. 

La trame de ce livre reprend pour moi de grands classiques du cinéma comme Sixième sens avec Bruce Willis et Inception avec Leonardo Di Caprio. L. a. e lectrice.eur perd le Nord, ne sait plus qui croire, que croire… 

Camille hérite d’une scène de crime peu commune avec une victime de meurtre et une jeune femme qui a perdu la mémoire. Est-elle seulement témoin ou est-ce la meurtrière ? Cette amnésie a bon dos. Est-ce que ce ne serait pas simulé ? Le médecin semble convaincu par l’amnésie et par chance avant de perdre la mémoire le témoin a réussi à lui livrer le déroulement des faits. Le médecin emporte Camille et son auditeur dans une histoire avec 5 jeunes femmes.

  • Véra est une psychiatre sensible aux ondes, elle est obligée de vivre isolée du monde. Son seul voisin est à des kilomètres. Il communique à distance et joue aux échecs.
  • Julie est une jeune adulte kidnappée et séquestrée.
  • Sophie est une folle qui se dit prophète et romancière, 
  • Lysine est une journaliste freelance. Elle prépare un article sur les personnes ayant une hypersensibilité aux ondes. Cependant entre temps, elle reçoit un film avec des scènes qui la glace d’horreur.
  • La dernière restera inconnue pendant une bonne partie du roman. 

Ce roman est un véritable dédale. L’auteur s’y perd et nous perd. Il est basé sur le mystère de la mémoire. La mémoire et ses souvenirs que l’on module à loisir, ses faux souvenirs qui deviennent des vrais. C’est une bonne idée, bien exploitée, même si l’histoire paraît peu vraisemblable. Il me laisse la même impression que le Sherlock Holmes interprété par Bénédict Cumberbatch, quelque chose de fascinant, mais qui sonne faux et met de la distance avec son auditeur. Pour les mêmes raisons, je n’ai pas accroché aux personnages, ma corde sensible n’a pas été touchée. 

Pourtant, ma lecture a été vivante, une ou deux fois, les passants ont pu m’entendre dire : « non, ce n’est pas possible, ils n’ont pas fait ça » ou « quelle horreur ! ». L’auteur s’attaque au schock art ou art corporel. L’art à tout prix. Quelle limite ? Le meurtre, le viol, est-il une forme d’art ? Brr, rien que le fait de l’écrire. La limite est mince entre s’automutiler pour l’art et mutiler les autres. Comment savoir quand on la franchit ? La mutilation peut-elle être une forme d’art ? Il y en a qui se sont réellement posés la question. Ça vous choque, c’est le but recherché. Je me suis dit, c’est trop, ça n’existe pas. En même temps, que je rédige cette chronique, j’ai fait une petite recherche : mutilation dans l’art. J’ai croisé les doigts pour ne rien trouver. Et malheureusement, j’ai eu des réponses positives. En voici, un exemple pour les curieux :

« ​​Auteure et actrice de la vidéo, Marina Abramovic, artiste serbe. Sa spécialité ? La lacération, parfois déclinée sur le mode de la flagellation. » 

Je suis sûre qu’en cherchant plus, on peut trouver pire. 

Je ne peux pas dire que je ne me suis pas immergée dans l’histoire. Elle est mieux que ma première expérience de lecture avec l’auteur, mais elle ne sera pas non plus inoubliable. C’est de mieux en mieux, alors qui sait, sans doute me réservera-t-il une excellente lecture ? 

En résumé : C’est un thriller rafraîchissant et parfait pour la plage. Il joue beaucoup sur le chocking avec une thématique originale même si son histoire est peu vraisemblable. Donc je n’ai pas eu de grands frissons. Je me note la narratrice, car j’ai bien apprécié son timbre, le rythme et les émotions qu’elle transmet.  

Note : 7 sur 10.

D’autres avis : Avis jubilatoire de Dany

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)