Les oubliés de l’amas de Floriane Soulas

Fragment en guise de mise en bouche :

– Il s’agit d’une reproduction du ciel terrestre contenue dans les souvenirs de mon maître, les surprit la voix de Mirage.

Un drone, à peine plus grand que le poing, lévitait à une trentaine de centimètres du visage de Jaspe, l’inévitable oeil de l’IA sur sa coque d’acier.

– Veuillez me suivre.

Le drone les guida vers la salle. A l’une des tables, Kat reconnue la délégation neptunienne en grande conversation avec Ansys Puck qui en la reconnaissant, leva son verre dans sa direction. Mirage les conduit jusqu’à une petite porte.

– En espérant vous revoir très vite, madame Jaspe, madame Kat

– Juste Kat, s’empressa de corriger la recycleuse, gênée.

-Madame Juste Kat.

Le drone fit demi-tour et s’envola ailleurs. Kat fit une moue qui arracha un ricanement à Jaspe.

– Elle se fout de ma gueule, c’est ça ? grommela Kat.

Mon avis :

Comme pour son deuxième roman « Les noces de la renarde », le décor se plante lentement. J’étais un peu prévenue, mais je n’ai été happée qu’à partir de la centième page. J’ai eu du mal à accrocher les wagons. Puis, je me suis sans doute habituée à son style, même si j’ai l’impression qu’il s’est équilibré entre dialogue et description.   

Kat est une physicienne de génie avec une mémoire eidétique. Elle aime ce qu’elle maîtrise. La science lui convient tout à fait. Son frère jumeau est son opposé, il est impulsif et rêveur. Depuis son enfance, il veut conduire un vaisseau et aller explorer Jupiter. Il rêve de retrouver le Queen Beryl, le premier et seul vaisseau qui s’est aventuré dans l’atmosphère dangereuse et explosive de Jupiter. A-t-il réussi ? Pour une raison inexplicable, Kat est en convaincue, bien qu’elle soit aussi certaine que Pavel est en danger. Elle se lance à sa recherche. Elle n’a jamais quitté son laboratoire, mais pour son frère, elle est prête à traverser la galaxie pour l’aider. A-t-elle raison ? Pourra-t-elle le retrouver sain et sauf ? Trouvera-t-elle des alliés au sein de l’amas ? 

En tout cas, Jaspe, la mécanicienne du tonnerre, a pris Kat sous son aile. Cependant, chaque chose ou service à un prix. Quel sera le sien ? Ont-elles des intérêts en commun ? 

 Comme je le disais, le début fut compliqué. Les descriptions prennent une place importante au début du récit avec assez peu de dialogue pour aérer le récit. Autre difficulté, Kat, la protagoniste, est froide. Elle suscite assez peu d’empathie. C’est le stéréotype de la scientifique glaciale qui ne se base que sur les faits. Elle ne fait apparaître que peu de failles. C’est typiquement le genre de personnage auquel il est difficile de s’identifier. Elle ne facilite pas l’immersion. La seule prise que j’avais avec ce personnage est son amour pour son frère jumeau disparu. Elle vit son absence comme une déchirure. C’est touchant. Les autres figurants sont aussi un peu lisses sur le plan émotionnel. Certes, l’univers le justifie, mais même dans le monde le plus noir, l’ironie et les émotions ont leur place. Merci à Pavel d’être là en pensée et de partager avec nous des traits d’humour et apporter un peu d’émotion. Quant à Jaspe, pour être là, je ne sais pas comment ce personnage a su me toucher, mais elle y est arrivée. 

Pour moi, le point fort de ce livre, c’est cet univers du space opera, qui est vraiment bien maîtrisé. Une fois mis en place par l’auteure, son univers revêt un côté mystérieux, complexe et métallique ainsi qu’aventureux, flottant et infini. J’ai réussi à me le représenter, à voir dans ma tête la cabine de Kat, les puzzles, les couloirs de cette forteresse galactique, la vue sur Jupiter. L’idée de vivre sur un amas de vaisseaux spatiaux à la merci de Jupiter, une planète puissante et colérique, est effrayante et fascinante. J’étais comme Kat et Pavel avant elle sous le charme de cette dangereuse planète. L’intrigue a su elle aussi piquer ma curiosité. J’ai vu certains rebondissements venir et d’autres m’ont prise au dépourvu, notamment la fin. La logique y est, mais tout n’est pas prévisible. 

Pour ce qui est de la partie scientifique, certaines choses ont été pour moi assez compréhensibles, mais je ne pourrais juger de leur véracité, car même si je suis une matheuse, la physique est assez hermétique pour moi. 

En résumé : C’est une bonne lecture, un space opera sombre qui en vaut le détour pour son univers. Par contre, les émotions ne sont pas assez présentes, s’identifier est relativement difficile. 

PS : Je tiens à remercier Babelio et les éditions Scrineo pour cet envoi. Ce livre est un objet superbe. La couverture aide à se représenter Jupiter, mais aussi l’ambiance ténébreuse de l’amas. 

D’autres avis sont disponible chez A River Of Books et Madame point virgule.

6 réponses sur “Les oubliés de l’amas de Floriane Soulas”

  1. Même si j’ai adoré Les Noces de la Renarde, je passe mon tour vu le genre littéraire qui n’est pas fait pour moi.

      1. Oui, j’ai aimé ! La fin est, à mon sens, logique. Mais c’est vraiment toute la partie avec les courses, le virus et l’arrivée sur Jupiter qui m’a plu le plus… Que de twists surprenants ou morts inattendues !

Laisser un commentaire