Extrait en guise de mise en bouche :

« Mlle Fleur parut scandalisée par la diatribe de sa sœur.

— Vraiment, Feuille, tu ne devrais pas critiquer notre invitée.

Mlle Feuille Sorbier leva les yeux au ciel, agacée.

— Fleur, parfois nous devons outrepasser les règles du savoir-vivre et exprimer le fond de notre pensée. (Elle brandit sa canne en direction de Karigan.) Mon enfant, utilise ta cervelle. Pense sans faillir. Être polies et réservées, voilà ce qu’on nous a inculqué, mais nous avons appris à la manière forte que le reste du monde ne fonctionne pas ainsi. À la suite de notre conversation, j’ai eu le sentiment que tu comprenais ce genre de choses, comme ce duel avec cet… ce Titmasse, comment s’appelle-t-il déjà ? En d’autres termes, mon enfant, le savoir-vivre a sa place, mais ne baisse pas ta garde. Dans la vraie vie, on ne sait jamais vraiment qui sont les joueurs de Complot, ni ce qu’ils représentent. »

Mon avis :

Une excellente lecture !

C’est une excellente lecture. J’ai été happée dès les premières pages. Karigan est une protagoniste attachante, courageuse et fougueuse. Elle se laisse prendre dans la toile d’un destin bien plus grand qu’elle.

Un brin classique et original !

Karigan G’ladheon est une fille de marchand et citoyenne de Sacoridie. Elle se bat avec un fils d’aristocrate et elle gagne. Seulement, elle a enfreint le règlement de son école et c’est l’exclusion. Mais elle n’a pas l’intention d’attendre bien sagement l’arrivée de son père. Il sera sans aucun doute furieux. Elle s’enfuit dans la nuit. Durant son voyage, elle tombe sur un Cavalier Vert avec deux flèches dans le torse sur son cheval. Avant de rendre son dernier souffle, il lui demande de transmettre le contenu de sa sacoche au Roi de Sacoridie. Elle contient un message important. Si elle est décidée à transmettre ce message. C’est une novice en la matière. Heureusement, elle peut compter sur Cheval. Arrivera-t-elle à compléter cette mission malgré son inexpérience ? Son courage sera-t-il suffisant ?

Un défilé de personnages profonds et complets !

J’ai vraiment adoré les personnages de ce roman. Ils sont tous travaillés, marquants et attachants. Certains personnages sont inspirés (non plagiés) du Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien, notamment le Roi Zacharie qui est réfléchi et diplomate, il a à cœur la vie de ses sujets. Le cavalier Vert Alton a un petit côté de Boromir ou de Faramir. Il y a beaucoup de personnages mais je n’en oublierai aucun. Karigan est géniale. Elle a des défauts et des qualités. Elle ne s’en cache pas. Elle refuse qu’on lui impose son destin, un brin rebelle, une vraie goulée d’air frais.

La plume de l’auteure !

Elle est descriptive, belle et rythmée par l’action. Son univers a lui aussi un petit côté Seigneur des Anneaux et d’ailleurs, elle ne s’en cache pas car elle le dit dans les remerciements que cette lecture a été marquante et inspirante.
J’ai senti que son univers est loin de nous avoir livré tous ses secrets.
Le seul bémol est un petit ralentissement sur la fin du roman. Mon rythme de lecture a été cassé, j’ai eu un peu de mal à reprendre.

En résumé : C’est une excellente lecture, mouvementée, prenante et mystérieuse. Elle a un côté un peu classique, tout en ayant un côté original. J’ai hâte de connaître la suite. Je me lance d’ailleurs tout de suite dans le tome 2.

Notation : 18/20

Note : 5 sur 5.

Et ce n’est pas fini. Ce confinement m’a permis de faire des découvertes mais aussi de connaître de nouvelles personnes à travers mon groupe lecture de la fac et notamment à une cavalière émérite. J’ai hâte de la connaître en vrai. En attendant, j’aimerais partager avec son analyse de la couverture de Cavalier Vert de Kristen Britain des éditions Milady qui est tout simplement passionnante.

Ps : Attention, il s’agit d’une analyse d’image et non d’une critique de l’illustratrice et du livre.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 7afddae706c228038d66f55c1e864de1.jpgIl est dommage qu’une illustration d’un livre jeunesse dépeigne exactement l’image qu’on cherche à éradiquer du monde équestre, car synonyme de maltraitance ordinaire. L’illustration montre un cheval avec une cassure dans les cervicales, la tête en hyperflexion, le dessus de l’encolure surdéveloppé, le nez pincé (qui libère des endorphines)… Je parle pas de la selle sur le garrot qui comprime ses épaules et entraîne des douleurs nerveuses… Sa posture évoque une tension générale qui est en contraste avec la relation de confiance qu’il a avec sa cavalière dans le livre. Je passe sur le fait qu’il porte un mors dans la bouche (car ça colle avec les pratiques de l’époque moyen-âgeuse) même si de récentes études ont démontré tous les méfaits que ça avait, en entraînant notamment des œdèmes aigu du poumon chez le cheval avec décès immédiat, loin des aspirations de sa cavalière… Même au Moyen-Âge, on avait déjà le caveçon en France et des ennasures efficaces dans le reste du monde (qu’on a globalement perdu depuis). C’est de l’histoire perdue, on utilisait un mors parce qu’on allait à la chasse ou en bataille, le bien-être équin n’y avait pas de place (le bien-être humain non plus d’ailleurs !) Mais à la maison, l’éducation du cheval se faisait en caveçon à la main ou au pilier et le mors n’arrivait qu’en fin d’éducation quand le cheval était prêt à faire son travail (de chasse ou de guerre). On ne juge pas un livre à sa couverture, mais un récit qui transmet des valeurs de respect et d’amour du cheval aurait pu bénéficier d’une couverture plus en accord avec ses valeurs. Pour ma part, en tant que puriste de la bientraitance équine, quand je vois une telle couverture, je n’achète pas, même si je suis bien consciente que l’illustrateur ou l’illustratrice ne peut pas être experte en la matière et se repose sur les images couramment relayées sur les réseaux sociaux : celles qu’on essaie justement de combattre pour offrir un meilleur avenir à nos partenaires équins.

Le cheval qui murmure à l’oreille des hommes
(vous pouvez la contacter : lechevalquimurmure@gmail.com)

Et voilà pour cette critique de couverture, j’espère qu’elle vous aura plus autant qu’à moi. C’est très enrichissant.

Tome Suivant :

Publicités

6 commentaires sur « Cavalier Vert T1 de KRISTEN BRITAIN »

Vos commentaires font toujours plaisir :)