En guise d’avant-goût :

Comme surpris par l’apparition de son idole, Daniel tâcha de se calmer en s’essuyant les yeux du dos de la main et en prenant de grandes inspirations, les yeux rivés à la fenêtre.
Elliott posa discrètement une main sur le dos de Kendalee et le frotta doucement avant de se lever.
– J’ai un truc à te montrer, si tu te sens en forme, dit-il au garçon. Mais on risque de s’attirer des ennuis dans le service.
Daniel, un peu apaisé, se tourna vers Elliott et déglutit péniblement. Kendalee vit sa curiosité prendre le pas sur son chagrin. Peut-être que, après tout, prêter une oreille compatissante n’était pas la meilleure approche. Sans doute ferait-elle mieux d’apprendre à le distraire lorsqu’il était contrarié.

Mon avis :

Une bonne lecture !

C’est une bonne lecture. Je l’ai lu très rapidement. J’étais vite dans l’histoire. La romance est addictive. L’auteure en profite pour développer d’autres thématiques comme la pyromanie, les grands brûlés, le divorce et les relations entre une femme mûre (mais pas trop) et un homme jeune.

L’amour n’a pas d’âge !

Kendalee loge à l’hôpital depuis que son fils a mis le feu à sa maison. Seulement, cet acte cache un problème bien plus profond. Kendalee est là, tel un pilier au milieu de la tempête. Elle le soutient contre vents et marées. Elliott, le guitariste de Preload, est de passage pour un peu de bénévolat à l’hôpital pour enfants. Il ne peut qu’être en pâmoison devant cette mère dévouée. J’ai bien aimé leurs interactions, mais encore plus celles entre Elliott et Daniel, ces deux personnes blessées par la vie. L’interaction est très bien construite.

Pourquoi je n’ai pas eu de coup de cœur ?

J’ai, comment dire, pas mal de difficultés avec Elliott, c’est un personnage masculin assez mièvre, en fait, trop mièvre. C’est un peu la femme dans l’histoire avec un côté un peu trop torturé. Ça change ! De plus, l’auteure a fait un travail de psychologie sur ce personnage qui a été sous-développé. C’est dommage car très intéressant.

La couverture !

J’aborde rarement ce sujet, mais là, il y a matière à réflexion. Elle est plutôt représentative du livre et assez explicite, car oui l’auteure y va un peu lourdement sur les scènes de sexe, un peu trop. Seulement, elle n’est pas belle _ eh oui, ce n’est pas un livre que j’ai choisi pour sa couverture pour une fois_. Je n’y vois pas de référence à la pyromanie, ni au métal, ni à la musique, rien à part l’explicite.

En résumé : une romance sans prise de tête prenante mais avec des scènes un peu trop chaud bouillant et une psychologie des personnages intéressante, surtout ElliotT, qui gagnerait à être développée.

Notation : 15/20

Note : 4 sur 5.

Un commentaire sur « Te sentir renaître de SCARLETT COLE »

Vos commentaires font toujours plaisir :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s