La réalité est ce que l'imagination fait d'elle _Charmant _ David Safier_

Affichage : 1 - 15 sur 69 RÉSULTATS
Premier paragraphe/Première page/ Premières lignes Rendez-Vous Littéraire

Première page !#85

Cher.e.s voyageur.e.s, Je partage avec vous le première page d’une de mes lectures passées Ce fil qui nous relie d’Olivier Cochet. Il s’agit de la première page de la version numérique. «  Un fil rouge invisible relie ceux qui sont destinés …

Premier paragraphe/Première page/ Premières lignes

Premier paragraphe #79

Cher.e.s lecteur.e.s, Aujourd’hui je vous présente le premier paragraphe de ma nouvelle préférée du livre que j’ai commencé Chambres noires de Karine Giebel : MercrediC’est le bruit de la pluie qui l’arrache à ses rêves sinueux. Une pluie grasse qui coule le long des vitres couvertes …

Premier paragraphe/Première page/ Premières lignes

Premier paragraphe #78

Cher.e.s voyageur.e.s, Voici le premier paragraphe de T’embrasser sous la neige d’Emily Blaine, c’est ma première romance de l’auteur : — Je t’envie tellement, gémit Zélie derrière le rideau. Dans la cabine d’essayage, j’ajustai le haut d’un bikini vert amande autour …

Premier paragraphe/Première page/ Premières lignes

Premier paragraphe #71

Cher(e)s voyageur(e)s,

Je vous présente Poison de Sarah Pinborough avec ce premier paragraphe enfin dialogue.

« — Il faut cesser de l’appeler comme ça. Elle n’a plus l’âge, dit la reine, debout devant la fenêtre de la chambre royale.

Le soleil matinal inondait la cour en contrebas, mais le fond de l’air restait frais. Elle frissonna.

— Il est temps qu’elle se comporte enfin comme une vraie dame. Comme une princesse, ajouta la souveraine.

— Rien ne presse, répondit le roi, elle est encore jeune. Et puis, renchérit-il en riant, c’est quand même toi qui le lui as donné, ce petit nom.

Son rire guttural donnait l’impression de remonter des entrailles de la terre ou d’émerger de la boue d’un champ de bataille. Il sortit du lit et marcha d’un pas lourd. Le roi était lourd. De plus en plus lourd, même. La reine avait épousé un ogre. »

L’avez-vous lu ?

Bonne lecture !

Premier paragraphe/Première page/ Premières lignes

Premier paragraphe #70

Cher(e)s voyageur(e)s,

Aujourd’hui comme chaque Jeudi, je vous présente le premier paragraphe d’une lecture en cours ou passée. Aujourd’hui ce sera Le carnaval de Sang-Rire d’Anthony Lamacchia :

« Sandy Sôme montait vers chez elle, traînant des pieds sur la route goudronnée. Elle attaquait la dernière pente, sa maison n’était plus très loin. Elle n’avait qu’une idée en tête : se faire couler un bon bain chaud. On était en février, plus que deux semaines de calvaire avant les vacances.
Même pas 18h00 et il faisait déjà presque nuit : le soleil venait de bailler ses derniers rayons et commençait à se peloter dans ses nuages, alors que la lune et les étoiles commençaient doucement à ouvrir leurs yeux. Il n’y avait pas de vent, mais un froid à limer les narines à chaque inspiration. »

L’avez-vous lu ?

Bonne lecture !

Premier paragraphe/Première page/ Premières lignes

Premier Paragraphe #67

Cher(e)s voyageur(e)s,

Voici le premier paragraphe de Quel gâchis, inspecteur ! de Charles Exbrayat :

« L’inspecteur Christopher Mortlocke ne passait pas, parmi ses collègues du Yard, pour un joyeux drille. Depuis dix ans dans la police, Chris n’avait jamais pu se faire un ami, car jamais il n’avait rencontré quelqu’un capable d’aller au-delà de son air morose, de son apparente indifférence, de son humeur peu aimable. Tous ceux ayant essayé de nouer avec Mortlocke des relations sur un autre plan que celui du métier durent abandonner leurs tentatives. Lorsque l’inspecteur s’était marié, quelque cinq années plus tôt, seul l’inspecteur-chef Richard Bolton avait assisté à son mariage. Les autres se contentèrent de plaindre la jeune épousée, Suzan, en se demandant ce qui avait bien pu la séduire dans la terne personnalité de Chris. Ce dernier ne possédait quoi que ce soit pouvant attirer le regard ou retenir l’attention, ce qui est parfait pour un policier en vue de ses tâches journalières, ce qui l’est moins pour plaire à des jeunes femmes aussi écervelées que Suzan. Ce qui devait arriver arriva, après deux années passées auprès de Chris, dans l’espoir qu’il deviendrait quelqu’un, la jeune femme était partie. Sans doute se figurait-elle qu’un homme du Yard ressemblait à ces détectives privés qui encombrent le folklore cinématographique et qui ne descendent de confortables automobiles que pour entrer dans des restaurants à la mode. Au lieu de cela, elle se rendit compte que son mari n’était qu’un fonctionnaire comme tous les fonctionnaires britanniques. Elle s’avoua, la rage au cœur, qu’elle aurait tout aussi bien pu épouser un postier ou un employé d’un quelconque ministère. Elle finit par le dire à Chris en même temps qu’elle lui annonçait son intention de divorcer. Avant de donner sa réponse, il s’examina longuement dans la glace de sa chambre. De taille moyenne, il ne ressemblait en aucune façon à un acteur de cinéma, mais à l’Anglais quelconque qu’on rencontre par milliers d’exemplaires à l’heure de la rentrée ou de la sortie des bureaux. S’il portait un chapeau mou plutôt qu’un melon, cela ne le nimbait pas d’un air plus romantique pour autant. Sa force physique n’avait rien d’exceptionnel et son visage se révélait assez quelconque pour passer inaperçu. Il n’aimait guère s’amuser et rêvait d’un foyer où on le dorloterait, où une femme dévouée lui donnerait de solides garçons qui deviendraient de bons policiers. Il convint que de toute évidence, Suzan ne pouvait jouer ce rôle et lui rendit sa liberté. De ce petit drame, très peu parmi les collègues de Mortlocke furent au courant, et ceux qui l’apprirent ne s’en soucièrent guère ou au contraire, ricanèrent en déclarant que ce n’était pas étonnant car, à leur avis, ils ne voyaient pas comment quelqu’un de bien équilibré pouvait vivre aux côtés de l’inspecteur Chris Mortlocke. Seul, l’inspecteur-chef Richard Bolton soupçonna le drame et au lendemain du prononcé du divorce convoqua son subordonné. Pour la première fois, il l’appela par son prénom. »

Bonne lecture !