Cher(e) voyageur(e),

Je l’avais commencé sur Webtoon, bien que j’aime assez le support. Pour les œuvres graphiques, rien ne remplace le papier. J’avais bien commencé sur Webtoon. Cependant, je l’avais vite laissé de côté, car je lis sur tablette sur une appli, puis une autre pour les PDF, une autre pour les services presses et le papier _ car oui, j’ai des livres papier _. Un des supports finit par passer à la trappe, et malheureusement ça a été Webtoon. J’espère reprendre quand la pile de mes services de presse aura bien diminué. L’emprunter en bande dessinée a été une idée pour renouer avec ce Webtoon sur les Olympiens des temps modernes. Ça tombe bien, il est maintenant édité chez Hugo Poche, en revanche, j’ai eu l’impression d’avoir des planches en moins. À vérifier ! 

J’ai renoué avec Perséphone, cette jeune déesse qui fait ses premiers pas dans le monde moderne et hors de sa cage dorée. Elle est innocente et Artémis est chargée de l’escorter dans ce Nouveau Monde. Eh oui, quoi de mieux qu’une déesse qui a fait vœu de chasteté pour tenir loin les trois zigotos (oui, je parle bien d’Hadès, Zeus et Poséidon). Ils n’ont pas les yeux dans leur poche. Cependant, pour l’objectif préserver Perséphone de toutes les vicissitudes de la vie, on repassera. Elles se rendent à une fête pour l’anniversaire de Zeus. Perséphone fait une entrée remarquée. Zeus n’a d’yeux que pour elle et dit qu’elle est la plus belle déesse qu’il n’ait jamais vu. Cependant, Aphrodite ne peut laisser passer cet affront. Elle met son fils chouchou d’amour d’Éros sur le coup. Son plan est de dégoûter Hadès de Perséphone pour qu’il revienne sur son affirmation. Il vous paraît foireux ce plan, oui, à moi aussi. En tout cas, il est mal barré. Hadès adore Perséphone et sa candeur. Perséphone charme les chiens d’Hadès et son terrible Cerbère. Cerbère devient même un doux toutou… Les dieux semblent un prétexte, car on n’a simplement que quelques éléments de leur passé, mais cela pourrait très bien être une bande de jeunes adultes qui fait la fête, se réunit, traverse des crises… Le statut des dieux de l’Olympe qui intervient dans le monde des hommes est abordé avec l’histoire de Éros. Éros est l’occasion d’aborder l’enfant éternellement assujetti à sa mère. Il ne peut et n’ose lui dire non, même si les décisions de sa mère peuvent avoir des conséquences néfastes sur sa propre vie. Artémis comme Perséphone l’écoute compatit, mais ne s’immisce pas. Nous aurions envie de plus d’action, de ce point de vue, n’est-ce pas ? Et en même temps, en tant qu’amies, leur présence suffit. Trop s’immiscer pourrait briser ce lien d’amitié. De plus, Perséphone qui a longtemps été surprotégée par sa mère est-elle en position de donner des conseils ? 

L’auteur introduit également des messages d’actualités, entre les réseaux, l’image que l’on donne aux autres. Les photos innocentes, mais qui hors contexte peuvent avoir une tout autre signification. La fin de ce tome s’arrête sur un viol. Je ne vous dirais pas qui, comment et pourquoi ? Mais j’y vois une critique de la surprotection. À surprotéger nos enfants, le privons-nous des armes pour se défendre ? Faut-il pour autant qu’il accumule les mauvaises expériences pour le forger ? Il y a également une critique d’actualité comment un mec ose prendre et s’en fiche royal que sa partenaire ait aimé ou pas. Elle l’a allumé, donc elle a forcément aimé. Elle met aussi en lumière un comportement féminin très ancré. Elle se dit : je l’ai allumé donc je ne peux pas lui dire non maintenant, non ? En tout cas, ce dieu ou mec en question m’énerve et me donne envie de vomir. J’espère qu’il se prendra une bonne punition. Peut-être que finir en pâté pour chien à cerbère serait d’ailleurs une bonne idée. Je suis sanguinaire aujourd’hui. Rachel Smythe a su toucher ma fibre empathique. 

Les dessins sont pas tellement dans mon style, mais petit à petit, ils m’ont séduite. La combinaison du bleu et du rose, cette alliance de couleur flashy. Les personnages féminins tout en courbe change de la jeune femme fine et ultra mince. Les aplats de couleurs sont juste superbe même si très simple, bien que je serais bien incapable de faire de même. Les émotions transpirent des pages. Tout ces éléments donne un mélange addictif et fort plaisant !

Je suis plus que prête pour le second tome. Me voilà !

Note : 5 sur 5.

Imprévu dans le #pumpkinautumnchallenge dans le menu #automnedouceurdevivre sous catégorie #chantemoiunechansonsassenach

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)