Extrait en image :

Mon avis :

Cette bande dessinée/roman graphique est riche en information. Elle est le concentré de l’adolescence de Poutine, ses premiers pas auprès de KGB, puis son insertion au gouvernement et enfin la présidence. Darryl Cunningham est un journaliste et dessinateur. Il nous présente une œuvre entre la bande dessinée et le roman graphique. Ces dessins sont simplistes et imagés. Ils résument ses propos efficacement. 

À travers ce récit, il nous offre un point de vue intéressant. Poutine n’a pas eu une enfance facile. Il vivait dans un cagibi avec plusieurs autres familles. Sa cour d’immeuble est infestée de rats. Il est né dans la vermine et n’a pas l’intention d’y rester.

Son père a travaillé pour la marine et plus spécifiquement le NKVD (la police secrète) et il en est revenu blessé. Depuis le début, Poutine fils veut gravir les échelons et rentrer dans les rangs du KGB. C’était dans ses gênes. Il réunit petit à petit les différents prérequis pour atteindre son but notamment via un diplôme en droit. Quelle ironie ! La suite des événements montre que le droit est loin d’être ses priorités. 

À travers lui, Darryl Cunningham parle de la Russie Politique, des différentes crises économiques et de son ouverture via Gorbatchev. Tout cela semble avoir contribué à introduire Poutine et le rapprocher du pouvoir, doucement, mais sûrement comme un serpent. Darryl Cunningham introduit aussi les différentes étapes clés qui ont conduit aux conflits actuels. Les racines ne datent pas d’aujourd’hui, et si vous voulez en savoir plus, je ne peux que vous conseiller cette bande dessinée. 

J’ai vraiment beaucoup aimé, car l’auteur arrive à introduire ses sources dans le récit et l’on sait en tant que lectrice (eur) quand les informations sont à prendre avec des pincettes. Par la même occasion, il nous donne des pistes pour continuer à approfondir sur le sujet si le cœur nous en dit. 

Darryl Cunningham nous dépeint les opposants politiques avec qualités et défauts. Certains sont nuisibles. Darryl Cunningham s’attache à dire que ce n’est pas l’humain, mais l’idée qui compte. Cette bande dessinée m’a aidé à me créer une réflexion, mais elle est partiale. Plusieurs pays se prennent un bon coup de pied verbal dans le derrière. Et qu’est-ce que ça fait du bien ! L’auteur se défoule, et vu l’implication de certains pays plus ou moins franche, c’est mérité. 

La lecture de cette bande dessinée demande quelques pauses pour digérer les informations. J’ai même relu certaines pages : soit parce que j’avais quelques difficultés à y croire, soit pour mieux engranger les nouveaux renseignements. 

En bref, Poutine est un sacré personnage, plus j’en apprends sur lui, plus il me débecte. Il tient les ficelles de ses ministres et du FSB. Il prend petit à petit le pli de Staline. Il devient mégalo et paranoïaque ayant pour conséquence que ses actions échappent à la raison. J’espère qu’à travers mes mots, je vous ai convaincu de la lire. 

Note : 4.5 sur 5.

D’autres avis sur toile : le temps de lecture

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)