Cher(e)s voyageur(e)s,

C’est une belle histoire. Elle me fait légèrement penser à la saga Dark Hunter de Sherryl Kenyon. Cependant, cette romance est tout en douceur et respects. Elle a tous les éléments pour vous faire croire aux destins et aux âmes sœurs. 

Fragment de livre en guise de mise en bouche :

“- Tu délires, Éros. On a déjà tout vu sur Terre. Tu te fais des idées, me reprend Antéros. Si elle est indifférente, c’est forcément un problème de votre côté. Aucun humain n’est indifférent à nos dons. Un mortel, capable de résister à un dieu ? Et puis quoi encore ?

Un rire lui échappe alors que Pothos et moi le dévisageons. Mon frère sait d’expérience que Kaléa n’est pas comme les autres, mais Antéros est trop raisonnable pour nous croire sans preuve. Il ne croit que ce qu’il voit. Ça a toujours été le cas.

– Va voir par toi-même. Elle n’est pas normale, rajoute Pothos.

– Quoi ?

– Ce serait tout …

Mon avis :

Ce livre est l’occasion de revisiter la mythologie grecque. L’auteure surfe sur la vague de Lore Olympus, mais elle se concentre sur les Erotes et plus particulièrement Éros et deux de ses frères. Grâce à ce livre, j’ai appris qu’Éros n’était pas le seul fils d’Aphrodite.

 Imaginer des dieux immortels qui infiltrent les humains pour pouvoir leur redonner espoir en l’amour. Chacun choisit sa cible : le boulot facile, corsé ou entre-deux. Ils en profitent pour jouir des joies de la Terre. Une bonne bière en terrasse, ce n’est pas un goût luxueux, même si ça paraît tellement simple pour un dieu. Éros a entendu un cœur dissonant, intrigué par cette douce mélodie. Il se laisse guider. La propriétaire n’a qu’à bien se tenir, car Éros est là à la rescousse. Il a accompli un nombre incalculable de mission et peu importe le temps que ça prendra, mais il réussira à apprivoiser le cœur de Kaléa. Cependant, il n’avait pas prévu d’être ébranlé par cette jeune femme. Plus de 3 000 ans qu’il enchaîne les missions, pourquoi celle-ci serait différente ? Pourtant Kaléa est différente, elle est difficile à approcher, elle se protège, une vraie forteresse ou un animal blessé. Éros, je crains que tu aies du travail. 

Éros comme Kaléa m’ont touché, mais pour des raisons différentes. Il est respectueux, émouvant, vrai, un gentleman d’une autre époque. Il balance des phrases à double interprétation _ je ne parle pas d’allusion sexuelle_, c’est désarçonnant. Il m’a fait plusieurs fois sourire. Ces frères sont de sacrés lurons, la fin laisse présager un tome sur chacun des frères. Je croise les doigts, à fond. Kaléa est un personnage secret. Les murs tombent difficilement, elle corse le jeu… Elle montre que certaines choses ne nous laissent pas indemnes. Elle est forte sans s’en rendre compte. C’est aussi un personnage qui permet d’aborder une thématique importante sur l’amitié et l’amour. Ceux qui restent dans les pires périodes vous aiment vraiment. Les autres sont à oublier. 

Ne vous attendez pas à une passion folle et enflammée, mais plutôt à une flamme qui naît petit à petit, qui se nourrit, se fait un peu malmener et résiste. Cette image de l’amour est belle aussi et ça change de la fièvre qu’on retrouve de plus en plus dans le genre « romance ». : D 

Note : 8.5 sur 10.

D’autres avis sur la toile :

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)