Extrait en image :

Mon avis :

C’est un joli conte pour enfants (à partir de 6 ans), un brin mélancolique. La plume de Fabrice Colin est poétique et onirique. Une lecture faite pour être contée, le vocabulaire ainsi que les tournures sont loin d’être simples. Ce conte ressemble un peu à ceux d’Hans Andersen avec une fin plus heureuse. L’espoir y a un peu plus sa place. 

Gaspard est un jeune garçon employé comme palefrenier. Il adore les cheveux et il en prend soin. Son roi n’a plus de guerriers, ils ont déserté le château un à un. Gaspard rêve de devenir chevalier. Il peut compter sur le soutien de ses amis, Odile la cigogne et Henry le crapaud. Henry est perle de sagesse. La cigogne veille au grain. Le Roi lui demande de l’accompagner dans les montagnes pour une mission secrète. Malgré sa peur de ne pas être à la hauteur, Gaspard accepte. 

Le conte tient la route, il est joli et il est basé sur le repentir. La seule chose qui m’a gênée, et qu’un des compagnons de route disparaît sans laisser de trace et de signe.

Les traits d’Eloise Scherrer semblent faits au crayon de couleur. Ils ne manquent pas de précisions. Par contre, les paysages sont trop foncés. Il n’y a pas assez de nuances, même si les couleurs et les dessins des dernières pages m’ont ravie. L’enfant a un visage clair et joyeux. Le roi est plus sombre à l’image de son désespoir. 

En résumé : C’est un bon conte avec un style de dessins précis qui manque un peu de nuances. J’ai beaucoup aimé la thématique principale. 

Note : 3 sur 5.

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)