La réalité est ce que l'imagination fait d'elle _Charmant _ David Safier_

Affichage : 1 - 6 sur 6 RÉSULTATS
Divers

J23 : Calendrier de l’avent livresque

Cher.e.s voyageur.e.s, Je viens de commencer de lire Le Noël d’Hercule Poirot d’Agatha Christie en Lecture commune avec des ami(e)s blogueur(e)s. En plus, il commence le 22 décembre et on a commencé le 22 décembre. Tout le monde est suspect …

Divers

J19 : Calendrier de l’avent livresque

Cher.e.s voyageur.e.s Aujourd’hui, ce sera une citation du tome 2 de Outlander Le talisman de Diana Gabaldon. J’aime de plus en plus cette saga. Elle est vraiment au top. Les personnages sont profonds et beaux. Mais ce qui m’étonne le …

Fragment de livre Rendez-Vous Littéraire

Fragment de livre #93

Cher(e)s voyageur(e)s,

Je voulais partager avec vous un extrait d’une lecture passée Outlander T2 Le talisman de Diana Gabaldon :

« Je relevai ma jupe jusqu’aux genoux, pointant un orteil en avant pour mettre en valeur le galbe de mon mollet.
– Tu ne trouves pas que c’est nettement plus joli ? minaudai-je. J’ai des jambes toutes lisses et douces, et non plus des pattes velues de gorille.
– C’est moi que tu traites de gorille ?
– Mais non, pas toi, moi ! m’énervai-je.
– Mes jambes sont bien plus poilues que les tiennes, je ne vais pas les raser pour autant !
– Oui, mais c’est normal, toi, tu es un homme !
Il parut sur le point de contester cette affirmation, puis se ravisa. Poussant un soupir exaspéré, il retourna s’asseoir dans son fauteuil et m’observa du coin de l’œil tout en marmonnant quelque chose en gaélique. Je m’abstins de demander une traduction.
Lorsque j’eus pratiquement fini de me laver, je jugeai bon d’entamer les réconciliations.
– Ç’aurait pu être pire, tu sais ? dis-je en m’épongeant l’intérieur de la cuisse, Louise s’est fait épiler partout.
La stupeur lui fit retrouver provisoirement l’usage de l’anglais ; et l’horreur de la vision qui s’offrait à lui le fit sombrer dans une vulgarité inhabituelle de sa part.
– Quoi ! Tu veux dire qu’elle a fait enlever tous les poils de son sexe»

Cet échange est cocasse. Bonne lecture !

Fragment de livre Rendez-Vous Littéraire

Fragment de livre #91

Cher(e)s voyageur(e)s,

Aujourd’hui, je voulais partager avec vous un extrait d’une de mes lectures Outlander T2 : Le talisman de Diana Gabaldon :

« Je songeai avec amertume aux dissemblances frappantes sur le plan de la personnalité.

– Comment… comment était-il ? demanda soudain Brianna, sortant légèrement de sa torpeur.

– C’était un sale pervers, lâchai-je.

Ils firent des yeux ronds et échangèrent un regard consterné.

– Ne faites pas cette tête ! dis-je. Il y avait des pervers au XVIIIe siècle ! Ça n’a rien de nouveau, croyez-moi. Sauf qu’à l’époque, on s’en souciait peu, à partir du moment où les apparences étaient sauves. En outre, « Black Jack » Randall était militaire. Il était capitaine de la garnison de Fort William, chargée de surveiller les clans de Highlanders. On lui laissait les coudées franches, avec la bénédiction de ses supérieurs. »

Bonne lecture !

Fragment de livre Rendez-Vous Littéraire

Fragment de livre #89

Cher(e)s Voyageur(e)s,

Aujourd’hui, je voulais partager avec vous un extrait de ma lecture en cours Outlander T2 : Le talisman de Diana Gabaldon :

« – Poltronne ! lança-t-il en se penchant vers la pile de cartons. La satire de rats est une vieille coutume écossaise. Si vous avez des rats ou des souris dans la maison ou dans la grange, vous composez un poème, ou une chanson qui explique gentiment aux intrus à quel point ils sont mal tombés chez vous, alors que la nourriture abonde chez le voisin. Vous leur expliquez où aller, comment faire pour y arriver et, si la satire est assez convaincante, ils suivent votre conseil.

Il sortit une boîte sur laquelle était écrit : « Jacobites, divers » et la déposa sur la table en chantonnant :

Messieurs les rats, Vous êtes bien trop nombreux, Pour manger tous à votre faim. Il faut partir, il faut partir.

« Allez donc voir chez mes charmants voisins ;

Les Campbell n’ont pas de vilain chat,

Et leurs choux poussent plus verts que les miens.

Allez donc vous remplir la panse,

Au lieu de grignoter mes bottes en caoutchouc.

Allez, messieurs les rats,

Vous remplir la panse ailleurs. »

J’espère que cet extrait vous aura plu et fait sourire comme moi 🙂 .