Citation en guise de mise en bouche :

Il se tortilla, mal à l’aise. Ce que Cathy avait pris pour de la mauvaise humeur ressemblait plutôt à de l’angoisse teintée de perplexité.

– Ensuite quoi ? Il n’est pas mort, quand même? Pas si vite ?

– Viens plutôt voir…

Ils pénétrèrent dans la ménagerie. Mike désigna un animal trapu aux bras anormalement courts qui s’agitait nerveusement dans sa cage. Cathy secoua la tête, sans comprendre.

– C’est un des nouveaux? Tu aurais dû le mettre ailleurs. Où est Kanzi ?

– Il est devant toi.

– C’est une blague ?

Elle avait parlé trop fort ; l’animal devint subitement fou et entreprit de gesticuler dans l’habitacle trop étroit en poussant des cris assourdissants, les babines retroussées de rage. Faisant fi du vacarme, Cathy tenta de se concentrer malgré son sentiment d’avoir perdu pied. Rester neutre et observer strictement. Elle remarqua alors qu’il possédait une queue d’une trentaine de centimètre. Aucune espèce de gibbon n’était censée en posséder…

Mon avis :

Un coup de cœur !

Et c’est le deuxième gros coup de cœur du mois de février ! Ce thriller est passionnant, prenant et tellement bien ficelé. Il mêle thriller et préhistoire, deux thèmes qui me captivent. Et si un virus faisait régresser les humains au stade d’Homo Erectus dans le monde moderne : que se passerait-il ? Il est basé sur des propos scientifiques réels. Il est perturbant, passionnant et surprenant.

Une trame riche et originale !

L’intrigue se passe dans le monde actuel. Tout commence par l’arrivée d’un échantillon de sang d’un éléphanteau dans un labo d’analyse en Afrique du Sud. L’analyste est dans l’impossibilité d’identifier le virus contenu dans l’échantillon, il l’inocule à un singe. Et celui-ci change physiquement, il ressemble à son ancêtre d’il y a plusieurs millions d’années. Quel est ce nouveau virus ? Qui est responsable de sa propagation ? Mais plus important encore, est-il transmissible à l’homme ? Dans ce cas, comment gérer cette crise ? Jusqu’à quel stade d’évolution va-t-il régresser ? Est-il le même pour toutes les espèces.
Stephen Gordon de l’OMS décide de dépêcher son adjoint, Lucas Carvalho, pour enquêter sur ce virus. Ce serait une catastrophe s’il était transmissible à l’homme. Il s’intéresse de près aux travaux d’Anna Meunier, une paléontologue, sur la régression des espèces. Sa théorie est décriée par ses collègues. Personne ne la prend au sérieux. Ce virus lui donnera-t-il raison ? Lucas Carvalho l’appelle à la rescousse en Afrique du Sud pour étudier l’éléphanteau et le singe. A ce stade, la régression n’est plus une hypothèse, elle est réelle. Cette affirmation fait face au scepticisme mais quand le premier cas humain se présente, la panique les gagne.

Renouée avec une passion !

Ce roman a été pour moi l’occasion de renouer avec une passion : la préhistoire. J’ai toujours adoré l’histoire, mais j’avoue que la préhistoire me fascine : les premiers hommes, l’évolution, la culture, les mœurs… L’auteur l’a très bien traitée. Je suis bluffée. Les descriptions de ces espèces régressées font tellement vraies. Leurs images s’imprimaient dans ma tête au cours de ma lecture.

Impressionnée !

En cette époque de coronavirus, je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec ce virus de régression. L’auteur a décrit avec brio les différentes mesures mises en œuvre pour faire face à l’épidémie mais aussi les réactions de la population face à cette épidémie qui les menace. Ça rend ce livre d’autant plus réel qu’en ce moment avec le coronavirus, j’ai pu observer certaines de ces réactions, comme se précipiter faire des stocks démesurés, ou le chacun pour soi. Je le déplore.

Une belle plume !

La plume de l’auteur est superbe, elle est fluide, simple et claire. Il a l’art de rendre claire comme de l’eau de roche : les procédures scientifiques, les explications biologiques, historiques et morphologiques. Il alimente et enrichit son roman avec des forums où la population exprime ses craintes (ci-dessous). Ce procédé apporte une touche supplémentaire de réelle à ce roman. Les chapitres sont ni trop longs, ni trop courts ; un rythme efficace pour une lecture prenante et addictive.

En résumé : C’est un coup de cœur. Il mêle thriller et préhistoire. Il est tellement prenant, original et addictif. Ce sont des nations qui font face à un virus pandémique, il n’y a pas de sujet plus d’actualité. Il n’en est que plus réel et angoissant.

Notation : 20/20

Note : 5 sur 5.

3 commentaires sur « Erectus de XAVIER MULLER »

Vos commentaires font toujours plaisir :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s