La réalité est ce que l'imagination fait d'elle _Charmant _ David Safier_

Affichage : 1 - 9 sur 9 RÉSULTATS
Divers

Les sagas en cours #6

Coucou tout le monde, Il y en a deux trois que je n’ai pas mentionné mais parce que je ne compte pas forcément les continuer. Je voulais faire un petit récapitulatif de mes sagas livresque en cours : Saga terminée: …

Fragment de livre Rendez-Vous Littéraire

Fragment de livre! #105

Cher.e.s Voyageur.e.s, Je vous présenterais un extrait du livre, mais cette fois, ce sera d’une lecture passée et déjà chroniquée de façon à vous faire découvrir le livre autrement. J’ai un peu changé le principe. Pourquoi ? parce que je …

Appréciation Auteur (e) par ordre alphabétique Auteur(e) en D Auto éditions Fantasy Les maisons d'éditions LIVRE Très bonne lecture

La Malédiction Des Joyaux T1 : La paysanne De LAURENT DELÉPINE

En guise d’avant-goût : 

— Tu m’as jamais écrit de poème pour me séduire. 

— Je n’avais pas de pentarque pour m’aider, répliqua-t-il. 

— C’est vrai. Tu es tout excusé.

Mon avis : 

Une très bonne lecture

C’est une très bonne lecture. Je me suis plongée assez vite dans ce roman. La(e) lectrice (eur) est partagé(e) entre le passé et le présent de Deirane. Cette femme a été esclave, reine et plein d’autres choses… Une nappe de mystère l’entoure. L’auteur a su construire un univers qui m’a séduite tant il est complet. Il a inventé des peuples avec leur propre culture et un système d’état ainsi qu’une langue (quelques mots), une unité de mesure de temps. Il y a même une touche d’humour, que demander de plus ?

Une carte peut-être, car je me suis un peu perdue dans l’emplacement des lieux.

Deux histoires en une!

Je vous ai dit qu’il y avait une alternance entre le passé et présent qui se fait sans anicroche. Les transitions sont claires. Les coupures des chapitres sont bien placées. Elles entretiennent le suspense.

Seulement, j’ai préféré le passé de Deirane à son présent. Dans l’enfance, elle a été victime d’un sortilège : son corps est maintenant serti d’un fil d’or et de pierres précieuses. C’est un monstre, une convoitise aux yeux des autres. Cependant, elle va de l’avant contrairement à la Deirane du présent qui est plus radoteuse « avec ces pierres qui l’importunent ». Seulement, ces pierres contribuent aussi à la rendre unique. Ce sortilège lui change la vie. Cette épreuve lui a permis d’acquérir de l’assurance et une certaine prestance. La description du personnage m’a donné envie de la dessiner ou de la voir dessiner.


Une trame originale ! 
Deirane et son fils se rendent au marché aux esclaves de Boulden dans le but d’acheter une esclave, mais pas n’importe laquelle. Seulement, tout ne se passe pas comme prévu. La jeune fille en question est achetée par un autre. Deirane commence sa quête pour la retrouver. Pourquoi tant de dérangement pour une esclave ? Qui est-elle pour Deirane ?
Les connaissances passées de Deirane sont tellement attachantes ! 
J’ai beaucoup plus accroché à ces personnages. Le père de Deirane, Jensen est quelqu’un d’émouvant, prêt a tout pour sa fille tout en étant un homme un peu prude et bourru (j’ai un faible pour les personnages bourrus). Deirane et son père entreprennent un voyage à la recherche d’un chaman capable de défaire le sortilège dont elle a été victime. Seulement la route n’est pas de tout repos. Heureusement, ils croisent Festor et Jalia, deux stoltzens. Ce sont des compagnons de route des plus atypiques, ils sont tellement attendrissants.
Jensen et sa fille Cleirance sont les piliers de Deirane. Ils l’aiment envers et contre tout. C’est cet amour familial inconditionnel qui m’a le plus touchée. Il est tellement bien retranscrit. Cela m’a manquée dans le présent de Deirane.
Les petits bémols ! 
Je chipote un petit peu, il le faut bien. Seulement, il y avait quelques longueurs qui se sont glissées vers le milieu du récit. Certains rebondissements m’ont paru de trop. Ils servent et desservent l’histoire, car certains passages restent pour moi un peu confus.
Un autre point m’a dérangée, il y a un peu trop d’histoire de viols. Bien que le pays décrit par l’auteur soit un pays où les actes de barbarie sont assez présents, c’est légèrement excessif. Heureusement pour moi, l’auteur ne s’y attarde pas.
Un point qui me tient à cœur !
Je n’en parle pas beaucoup, mais j’aime les prénoms originaux, inventés voir unique. Dans ce livre, il y en a myriade.
En résumé : Une très bonne lecture ! L’histoire est prenante et addictive. L’auteur et sa plume fluide nous transportent dans un univers original et mystérieux. J’ai hâte de lire la suite.  
N. B. : Je remercie l’auteur pour sa confiance et pour m’avoir permis de lire ce livre.

Note : 4 sur 5.

Tome suivant :

Premier paragraphe/Première page/ Premières lignes Rendez-Vous Littéraire

Premier paragraphe #43

Cher(e)s voyageur(e)s,

Je partage avec vous le premier paragraphe de La paysanne de Laurent Delépine:

En larme, face à la foule, la fillette serrait les bras autour de son torse pour essayer de cacher son corps à demi nu. À côté d’elle sur l’estrade, le maquignon essayait de voir de combien il allait encore pouvoir faire monter les enchères. Trois cents cels, c’était déjà une belle somme. Mais il espérait pouvoir en tirer cinquante de plus. En plus elle pleurait, ce qui avait tendance à rendre les acheteurs plus généreux.

Alors tenté(e) ou pas ? Intrigué(e) ou pas ? Lu ou pas ?

N’hésitez pas à laisser un commentaire, je serais heureuse d’échanger avec vous,

Fragment de livre Rendez-Vous Littéraire

Fragment de livre #74

Chèr.e.s voyageur.e.s,

Je vous présente aujourd’hui un livre « La paysanne de Laurent Delépine » à travers la citation suivante :

— Des règles du style : œil pour œil, dent pour dent, la mort appelle la mort. À la longue ils ont fini par comprendre.

— Et ces règles incluent les humains ?

— Votre peuple est trop jeune. Ils n’ont pas encore compris. Tout au moins dans ces régions pauvres de l’ouest. Mais vous êtes avec moi. Et puis n’ayez pas peur, même sans moi, ils ne se jettent pas sur tout ce qui bouge. Vous n’avez rien à voler, vous n’êtes pas un grand guerrier dont la mort rapporterait du prestige. Si vous ne les provoquez pas et conservez une attitude humble, ils vous ignoreront. En fait vous seriez plus en danger avec des humains, souvenez-vous ce qui s’est passé à l’auberge quand nous nous sommes rencontrés. Ici, ce genre de problème n’arriverait pas, nous sommes laids à leurs yeux.

— C’est eux qui sont répugnants, pas nous, protesta Deirane.

— Ce n’est qu’une question de point de vue. Ah ! nous voici arrivés.

Alors tentée ou pas? Intrigué.e ou pas ?

N’hésitez pas à laissez des commentaires, je serais ravie d’échanger avec vous!

Bonne lecture 📖!