La réalité est ce que l'imagination fait d'elle _Charmant _ David Safier_

Affichage : 16 - 30 sur 32 RÉSULTATS
Appréciation Auteur (e) en L Auteur (e) par ordre alphabétique Bonne lecture Hugo roman Les maisons d'éditions LIVRE Policier Thriller

Les oubliés de Dieu de Ludovic LANCIEN

Fragment de livre en guise de mise en bouche : – William et moi pratiquions ce qui est communément appelé le tourisme noir. Ou tourisme de la désolation. Cela consiste à se rendre en des lieux frappés par des catastrophes de grande …

Appréciation Bonne lecture Feel-good Les maisons d'éditions Librinova LIVRE Policier

Le café des délices T2 : De respirer, j’ai arrêté de Linda DA SILVA

Fragment de livre en guise d’amuse gueule

— Bonsoir, Linda, comment ça va ce soir ? Et comment vont Tania et Matéo ?

— Bonsoir Jonathan. Tout va bien, mais comme tu le vois, je cours partout. Les enfants ça va, d’ailleurs ils viendront m’aider durant les vacances scolaires de Noël, comme d’habitude.

— Tu dois être ravie.

— Mouais. Enfin ils ont surtout envie de tous vous revoir… Mais ça me va bien ! répond Linda en caressant l’épaule de Jonathan.

— Je me doute.

— Et toi alors, quoi de neuf ?

— J’ai eu vent ce matin, par mon ancien collègue de la BAC, Adrien, d’une affaire qui pourrait peut-être m’intéresser. Pour le moment la police n’a pas fait appel à moi, normalement c’est eux qui doivent le faire.

— Ah bon, tu dois attendre qu’ils te contactent ?

— Habituellement oui, mais là, vu ce qu’Adrien m’a raconté, cette enquête m’intéresse au plus haut point.

Mon avis :

Une bonne lecture ! 
C’est une bonne lecture encore plus prenante que le premier tome. Comme précédemment, il y a une partie enquête mais dans ce tome elle prend le premier plan. La convivialité du café des délices est encore là mais plutôt en arrière fond et bien moins présente. L’enquête est tout de même plus prenante et développée que dans le second. Seulement, le titre de la saga et le fil directeur perdent un peu de leur sens. Les habitués du café du premier tome, même si un peu niais, m’ont un peu manqué. 
Un/une serial killer/killeuse dans Paris ! 
Dans ce tome, le protagoniste principal est Jonathan, le petit ami de Marshal : le barman du Café des Délices. Il a abandonné la police pour faire des études de profiler. Les meurtres dans Paris l’intriguent, il n’a qu’une envie faire ses preuves. Seulement pour ça, il faudrait faire partie de l’équipe d’enquêteurs qui est sur la trace de ce serial killer. Il va se démener et pas qu’un peu pour en faire partie. J’ai beaucoup aimé découvrir cet homme. Il est joyeux, taciturne, travailleur et charmant. Sa relation avec Marshal est à un tournant, il a peur de le perdre et c’est réciproque. J’ai beaucoup aimé la suite de leur relation. Surtout, je suis contente d’une chose, c’est qu’ils soient loin du cliché du couple homosexuel. Ils sont tout mignons. L’auteure fait preuve de pudeur et de respect quant à leur relation. 
Des nouveaux personnages ! 
Les nouveaux visages sont vraiment biens et plus complets que dans le premier. Même si j’avoue que je voudrais en savoir un peu plus car si l’auteure nous les présente, certains éléments sont restés sous silence. J’ai beaucoup aimé Damien le journaliste pas sans foi ni loi et Adam le commissaire principal, un sceptique, énergique et bon leader. 
Une bonne enquête ! 
L’enquête est prenante. Elle m’a embarquée. Elle est logique, haletante et n’est pas simpliste. Par contre, j’ai deviné le coupable avant la fin. Cette enquête n’est pas non plus des plus originales. Elle ressemble légèrement à certaines séries et films policiers. J’ai été étonnée par l’auteure, elle s’est bien améliorée par rapport à son premier tome. C’est plus fluide avec un rythme mieux découpé. Elle permet de créer un suspense plus important. 

En résumé : c’est une bonne lecture avec une enquête haletante même si un peu prévisible. La plume est fluide. 

Note : 3.5 sur 5.

Tome précédent :

Copinautes blogueurs qui ont chroniqué :

10/18 Appréciation Auteur (e) en P Auteur (e) par ordre alphabétique Bonne lecture Les maisons d'éditions LIVRE Policier

Le condamné de Noël d’Anne PERRY

Extrait pour vous donner un avant-goût :

– Il n’y a pas de « mais », Claudine ! dit-il, les mâchoires crispées. Ces jeunes gens respectables que nous connaissons tous depuis des années l’ont vu s’en prendre à cette fille et ont fait de leur mieux pour le retenir. Les faits sont indiscutables.

– Tous les trois ? rétorqua-t-elle avec imprudence, sachant pertinemment qu’elle paierait plus tard. Ils sont tous plus jeunes que lui, et plus sobres, et ils n’ont pas pu le retenir ? Cet homme doit être doté d’une force surhumaine… Quand ils le trouveront, j’espère que les policiers s’y mettront au moins, sans quoi l’un d’eux pourrait finir comme la pauvre Winnie Briggs !

Mon avis :

Une lecture sans attente et une bonne surprise !

L’histoire se passe aux XVIIIe siècles. Claudine est mariée à Wallace. Il a un travail dans lequel il doit se faire bien voir. Et pour cela, il faut aller à des bals et faire des courbettes. Comment dire, ce n’est pas vraiment la tasse de thé de Claudine ! Elle est franche et entière, les deux ne se marient pas très bien. À la soirée des Gifford, elle rencontre Dai Tergarron, poète à ces heures perdues, mais aussi grand amateur de whisky. Il la ravit avec des mots et un bel interlude dans une soirée d’hypocrites en tout genre.

Un événement se produit!

Peu de temps après, elle est témoin d’une partie de la bagarre dans laquelle Dai Tergarron est impliqué ainsi que trois jeunes gens de la haute et une fille de joie. La fille est dans un sale état entre la vie et la mort et tout l’air de désigner Dai Tergarron comme coupable. Il en a même le profil. Mais est-ce aussi simple ?

Claudine n’a pas envie d’y croire _ et moi non plus _. Elle va donc mener sa petite enquête. Et c’est la valse des étiquettes ! (non, non pas dans le sens de la chanson :

)

Une enquête pas forcément surprenante !

C’est vrai que l’enquête manque de rebondissements quant à la découverte du coupable. Elle reste plaisante, car le suspense concerne plus « le comment ». Comment va-t-elle mener l’enquête ? Se fera-t-elle aider ? Par qui ?

Claudine, une femme indépendante et attachante !

Elle a des idées bien en avance sur son temps. Il n’est pas possible pour elle de rester tranquille à la maison en attendant son mari. Il faut qu’elle s’occupe. Elle a un fond un peu rebelle et plaisant, elle a une super répartie : « un direct du droit de la part de notre très chère Claudine ». Mais je l’ai quand même sentie empêtrée dans les codes moraux de l’époque. Cette ambiguïté chez Claudine est captivante. L’auteure à travers ce personnage nous dépeint une condition féminine qui a tout à envier à la nôtre. Elle la décrit avec une plume fluide, douce et piquante parfois. C’est agréable.

En résumé : C’est une bonne surprise. Un petit roman qui se lit vite avec un personnage attachant qui rêve de s’envoler hors de sa cage dorée.

Notation :

Note : 7.5 sur 10.

N.B : Vous pouvez le retrouvez dans le site numérique des bibliothèque de Paris. Pour plus d’infos, regardez ma catégorie : Les emprunts à la bibliothèque.

Autres livres de l’auteure chroniqués sur le blog :

Appréciation Auteur (e) en N Auteur (e) par ordre alphabétique Babel Excellente lecture Les maisons d'éditions LIVRE Policier Thriller

Blanche-Neige doit mourir de Nele NEUHAUS

Un extrait en guise d’hors d’oeuvre :

Pia haussa les épaules et se retourna. Une voiture cahotait sur le béton défoncé. Des mauvaises herbes avaient envahi chaque fissure et avaient transformé la piste autrefois lisse en une succession de bosses. Depuis la fermeture de l’aéroport, la nature prouvait de façon impressionnante qu’elle était capable de vaincre à nouveau tous les obstacles crées par l’homme. Pia laissa le chef de chantier à ses lamentations et se dirigea vers la Mercedes argentée qui s’était arrêtée à côté des véhicules de la police.

– Tu en as mis du temps, dit-elle en accueillant fraîchement son ex-mari. Ce sera ta faute si j’ai attrapé un rhume.

Le Dr Henning Kirchhoff, directeur suppléant de l’institut médicolégal de Francfort ne se laisse pas bousculer. En toute sérénité, il enfila la combinaison de protection obligatoire, échangea ses étincelantes chaussure noire pour des bottes en caoutchouc et rabattit sa capuche.

– Je faisais cours, répondit-il. Ensuite je suis tombé dans un embouteillage près de Messe. Excuse-moi. Qu’est-ce qu’on a ?

– Un squelette dans une des anciennes cuves de carburant. L’entreprise de démolition l’a trouvé, il y a environ deux heures.

Mon avis :

Tobias est, à peine, sorti de prison où il était incarcéré pour deux meurtres dont il n’est pas sûr d’être le coupable. Il va retourner voir son père, lui dire bonjour en tant qu’Homme libre, puis construire sa petite vie ailleurs. Enfin, tel était le programme. Cependant une fois chez son père à Altenhain, il voit un homme détruit, une loque et sa maison n’est pas en meilleur état. Tobias ne se sent pas de laisser son père comme ça. Il va donc rester dans ce petit village d’Altenhain où tout le monde se connait. Et son retour n’est pas vu du meilleur œil.

La disparition d’une jeune fille ne va pas aider ! Tobias serait-il coupable ? En tout cas, son casier ne l’aide pas.

C’est une excellente lecture !

Nele Neuhaus a une plume fluide, entraînante et addictive. Le découpage de l’enquête en jour fait son effet, il instaure un rythme et nous tient en haleine. C’est une brillante idée ! Seul petit défaut s’est que la transition entre les différents personnages _ point de vue _ n’est pas toujours évidente. Mais je chipote un peu.

Un suspens haletant !

L’enquête est marquée de rebondissements sans que cela l’essouffle. Le dénouement ou les révélations sont surprenantes tout en étant plausibles. Le début laisse supposer qu’il n’y a qu’un seul suspect dans le village. Mais, plus j’ai avancé dans l’histoire, plus il y avait de suspects potentiels.

Un suspect attachant !

Tobias est un de mes personnages préférés dans cette affaire. Il reste auprès de son père malgré les risques. Il doute de lui, de sa gentillesse, mais aussi de sa part d’ombre. Il avait soutenu être innocent, mais en sortant de prison, il n’en est plus si sûr. Il est vulnérable et humain. J’ai adoré ce personnage très ambigu.

Pour les autres personnages, j’ai eu un peu plus de mal à m’attacher à eux. Je le mets sur le compte que j’ai commencé la saga avec le tome 3 et que j’ai pris l’histoire personnelle des enquêteurs en cours de route.

Un paysage adapté !

C’est un paysage triste et ombragé. Il pleut souvent, les nuages sont souvent chargés. Ces détails ont pour moi apporté un plus à l’enquête : une profondeur. Ils la rendent plus réelle.

En résumé : une enquête addictive, pleine de rebondissements avec un présumé coupable plus qu’attachant.

Notation :

Note : 8.5 sur 10.
Mes copinautes qui l’ont aussi chroniqué :
Appréciation Auteur (e) en H Auteur (e) par ordre alphabétique Bonne lecture Les maisons d'éditions LIVRE Pocket Policier

La fille du train de Paula HAWKINS

Une petite écoute 🙂 :

Mon avis :

À ma plus grande surprise, j’ai bien aimé ce livre. 

Un scénario intrigant et terrifiant 

C’est une histoire sombre, ne serait-ce que par les sujets abordés : l’alcoolisme, la dépendance, l’addiction, les facteurs sociaux de l’alcoolisme (les réactions de l’entourage, l’isolement)… Cela ne me fait pas beaucoup sortir de mes cours de pharmacie, dit donc

Malheureusement, tout ça est encore d’actualité, je le vois souvent à la fac où le but dans une soirée est de finir en PLS (Position latérale de sécurité) et c’est une fac de santé. Mais où va le monde! Fin du petit coup de gueule. 

Autre sujet abordé : le voyeurisme. On est une société qui a un côté très voyeur et malsain à cause des médias. Les fans qui se renseignent sur leur célébrité préférée, est-ce une forme de voyeurisme? Heureusement, nous n’avons pas encore atteint le niveau de Rachel, notre protagoniste. L’auteure pousse donc cet aspect voyeur un peu à l’extrême, je pense pour faire réagir son lecteur. 

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=b47C9i3WZDE&w=523&h=392]

Les paroles de cette chanson me font un peu penser à Rachel. 

Rachel, parlons-en!

Rachel est donc depuis 2 ans seule, divorcée, sans emploi et alcoolique. Elle vit en collocation et sa colocataire n’est pas au courant qu’elle a perdu son travail. Tous les matins 8 h, elle prend le train pour se rendre au travail qu’elle a perdu. Et tous les matins, le train s’arrête devant l’appartement d’un couple. Elle prend le plaisir à observer, à chaque passage du train s’arrête. Elle a la sensation de les connaitre depuis le temps, elle leur a même donné des prénoms : Jess et Jason. Mais un jour, tout bascule, ce couple idyllique se transforme sous les yeux de Rachel en mascarade, Jess trompe Jason. Puis quelques jours plus tard, Jess a disparu. Rachel va-t-elle intervenir, dire ce qu’elle a vu? De simple observatrice deviendra-t-elle actrice? Un témoin alcoolique peut-il être pris au sérieux?  

Le voyeurisme de Rachel met la(e) lectrice(eur) mal à l’aise. 

Pour moi, c’est un point qui a un peu freiné ma lecture, car poussé à l’extrême, c’est quand même très dérangeant. Si c’était le but de l’auteure comme je le pense, alors elle a réussi. Mais certaines pensées plus enfantines, plus innocentes sont aussi les miennes. Je pense notamment aux faits que quand elle voit un paquet de vêtements abandonnés, elle imagine leur histoire. Ou encore quand elle regarde un avion, elle essaye de deviner leur destination. Cela vous est-il déjà arrivé

Une enquête un peu atypique!

Tout d’abord, il n’est pas question d’inspecteur encore moins d’indice, mais plus de personne. Rachel ne s’invente pas en Colombo, en tout cas, c’est un aspect assez intéressant. Ça change

Différents points de vue féminins!

L’histoire se déroule à travers le regard de trois femmes Megan (la disparue), Anna (la femme de Tom) et Rachel. C’était intéressant de voir leur différent point de vue. C’est aussi un plus pour l’enquête, car cela maintient la(e) lectrice (eur) dans le flou et apporte le suspense. Cependant, c’est à des temps différents, Megan, on la suit avant sa disparition. Les changements de temps m’ont parfois embrouillé. C’est quand même une bonne idée. 

J’ai eu un peu de mal avec les personnages féminins. C’est vraiment difficile pour s’attacher aux personnages. 

La plume de l’auteur bien dosée!

Il y a des descriptions, c’est vrai, elles sont fluides et rythmées par les dialogues. Donc il n’y a pas de lourdeur dans le récit. 

Pourquoi n’est-ce pas un coup de cœur

Je me suis laissée assez vite happée par l’histoire, les événements au début s’enchaînent assez rapidement. Sauf qu’il y a un ralentissement de rythme au bout de 200 pages, je ne repoussais plus l’heure de dormir. J’ai trouvé qu’on tournait un peu autour du pot. De plus, j’ai trouvé le ou la coupable, au moins 150 pages avant le dénouement

En résumé : un bon livre original dans le choix de narration, dans les thèmes abordés. Il aurait par contre gagné à être écourté. 

Notation : 

Note : 7.5 sur 10.