Extrait en image :

Mon avis :

Ce tome s’ouvre sur Lucrezia Borgia, un ange qui rêve d’un peu plus de liberté. Elle est la sœur préférée de Cesare. Elle est promise en mariage et sa belle-mère la prépare à son rôle de femme. Elle se doit d’être parfaite à tout instant, mais elle n’a que 11 ans et des rêves d’enfants. Une innocence émouvante ! À travers Lucrezia, nous avons un aperçu de la famille Borgia et de la dynamique en son sein. 

Les recommandations de Miguel et la discussion d’Angelo avec Machiavel rendent la(e) lectrice (eur) suspicieux vis-à-vis de Cesare. Est-ce que toute son amitié avec Angelo est feinte ? Angelo est dans le même état d’esprit. Il crée une distance avec Cesare. Il a une relation plus éclairée avec Cesare. Grâce à lui, il dirige le chantier de la fabrique à tissu à la demande des Médicis. Cette responsabilité est grande pour un jeune de son âge, mais Angelo qui a grandi dans ce milieu conduit d’une main de maître les travaux. Il est consciencieux à tel point qu’une nuit quand le vent se lève, il décide d’aller contrôler le chantier. Il surprend des dominicains mettant le feu à son œuvre. Mais quel serait l’objectif des Dominicains ? La fabrique est censée donner du travail et réduire la pauvreté. Pourquoi cela les mettrait-il en colère ? Cesare n’est pas convaincu que les Dominicains sont derrière tout cela. 

J’ai aimé découvrir une nouvelle facette d’Angelo, il est innocent et vulnérable, cela a parfois un petit côté agaçant, mais son empathie le rend tellement plus humain. En tant que Lectrice, je m’identifie plus à lui, car mes connaissances sur les codes de l’époque et sur la politique sont au même niveau. 

Il se laisse encore entraîner par Cesare dans un embrouillamini sans nom. Cesare fuit ses gardes et se déguise en Florentin dans le but d’enquêter. Angelo l’escorte pour qu’il passe inaperçu et c’est la confrontation de l’aristocrate et du petit peuple. Cesare commet tellement d’impairs, c’est triste et drôle à la fois, tout dépend du point de vue. J’ai eu l’impression qu’il retrouvait son âme d’enfant. 

Encore une fois, l’auteure s’est surpassée, elle nous offre une fresque historique riche quoiqu’un peu plus légère en explication par rapport au précédent tome. La(e) lectrice (eur) obtient un récit plus rythmé et un beau cliffhanger. 

Note : 4 sur 5.

Tome précédent :

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)