Appréciation, Auteur (e) en I, Auteur (e) par ordre alphabétique, Ki-oon, Lecture mitigée, Les maisons d'éditions, Manga, Seinen

Reine d’Egypte T8 de Chie Inudoh

Extrait en image :

Mon avis :

J’avoue, je n’ai pas tout compris à ce tome. Je suis perdue. Je me suis demandé si j’avais loupé un volume, mais, non, j’ai bien lu le tome 7. La tournure des événements est assez obscure. 

Tout ne finit pas bien dans le meilleur des mondes, on est d’accord ! Cependant, j’ai l’impression d’avoir perdu des étapes, de ne pas avoir toutes les clés en main pour comprendre les tenants et les aboutissants de ce vaste complot. 

De plus, je me suis fait un avis sur les différents personnages et là il révèle presque tout un visage diamétralement opposé. Je pense à Senmout, la fille d’Hatchepsout, ou encore un des prêtres d’Amon. Je n’ai vraiment pas vu venir ce revirement de situation. Les méchants dans l’histoire deviennent sympathiques. Mess en a juste un qui est resté antipathique.  

La mangaka représente une femme qui a tout abandonné pour le pouvoir. Elle le voulait, elle pensait qu’elle serait une grande pharaonne, que son peuple avait besoin d’elle. Elle est montée sur le trône pour montrer qu’une femme pouvait le faire, mais elle a abandonné son humanité et sa féminité en chemin. Elle n’a réussi qu’à prouver qu’elle avait la possibilité de devenir Pharaonne, mais pas qu’une femme pouvait l’être. J’avais déjà été affectée par le fait qu’elle avait effacé toute trace de sa féminité. C’est tragique. 

Autres avis :

6 réflexions au sujet de “Reine d’Egypte T8 de Chie Inudoh”

  1. Qu’entends-tu par « féminité » ?
    J’ai pour ma part apprécié ce tome, comme tu le sais, bien que je déplore un soudain enchainement des faits (mais il faut dire qu’il doit y avoir des moments où il n’a pas dû se passer grand chose).

      1. Il me semble que le sujet des statues est évoqué, non ? Peut-être dans un tome précédent ? En tout cas, ça ne m’a pas choquée ; la représentation d’une figure d’autorité – ici, Pharaon – est tellement importante, avec tellement de codifications… Il faudrait que je relise les tomes (quand le dernier sortira).
        Je me demande quelles contraintes la mangaka a eu en terme de pagination pour son manga car, au début, elle n’hésitait pas à prendre un peu le temps, voire à ajouter un peu de fiction (en partie parce que l’on sait bien peu de choses sur Hatchepsout)… Et là, elle va désormais droit au but.

      2. Elle est évoquée mais ça ne m’a pas totalement convaincue. Peut-être a-t-elle comme tu dis une limite de pagination. Le changement de rythme m’a perturbé. Ainsi que l’évolution de Senmout, il lui était loyal quoiqu’il arrive et quoiqu’il lui en coûte. Et d’un coup il a atteint son point de rupture sans vraiment de signe avant coureur… :/

      3. Pour Senmout, c’est vrai que, à part le fait qu’il n’aime pas de qui s’entoure la reine… j’ai pas trop compris. Je suis assez convaincue qu’on a demandé à la mangaka de pas trop traîner pour conclure son histoire, et ça me frustre donc encore plus, cette rapidité soudaine (enfin, si ça se trouve, je me plante totalement).

Laisser un commentaire