Londres la ténébreuse T4 :La proie et la chasseur de Bec McMaster

Fragment en guise d’apero :

“Désormais, Garrett ne savait plus comment réagir. Perry semblait s’être remise à la perfection, avoir repris son rôle distant et taciturne comme si rien d’inhabituel n’était arrivé ce soir-là. Disparus, son flirt habile, les sourires qui l’illuminaient de l’intérieur… mais Garrett, lui, ne parvenait pas à les oublier. Comment oublier une chose pareille ? Comment faire comme si ça n’était jamais arrivé ? Comment prétendre que son œil n’était pas irrésistiblement attiré vers elle, d’une manière distinctement masculine et non plus amicale ?Le problème était qu’il connaissait maintenant l’existence de la femme sensuelle sous sa façade rationnelle et concentrée. S’il s’agissait de n’importe quelle autre femme, il la poursuivrait sans relâche de ses assiduités, jusqu’à obtenir ce qu’il voulait. Mais c’était Perry. Une personne qu’il admirait, qu’il respectait, pour laquelle il aurait sacrifié sa vie. Franchir la limite de leur amitié était dangereux. Qu’adviendrait-il ensuite ? Il ne savait pas où ça pourrait les mener. Ce qu’il savait en revanche, c’était qu’il ne s’agissait ni d’une simple histoire de sexe, ni d’une simple amitié.”

Mon avis :

Garrett comme Perry étaient deux personnages secondaires du volume précédent. La (e) lectrice (eur) avait eu un bon aperçu de leur dynamique. Ami ou peut-être un peu plus, ils sont à l’image d’Esme/Rip (ou Bones et Booth, si vous ne l’avez pas lu). La trame est plus prévisible même si Perry est un personnage femme forte, courageuse et anxieuse. Elle n’est pas sans faille. Leur originalité repose sur leurs passés respectifs. Le passé de Perry est profus, plus que celui de Garrett, cela crée un contraste un peu important et desserre un peu le personnage. Malgré tout, cela ne m’a pas gêné. J’ai vraiment eu un presque coup de cœur pour ces deux-là. 

Un rythme d’enfer ! 

En un mois, Garrett en a vu de toutes les couleurs : devenir remplaçant honoraire de la Maître de la guilde, voir la mort de près, et découvrir que sa partenaire est aussi une femme. Oui, il est un peu aveugle, mais à sa décharge Perry est le garçon manqué de la troupe. Ça fait beaucoup à digérer. Alors quand Perry se met à être plus réservée et ne se confie plus à lui, il est perdu et frustré. Pourquoi ça lui importe autant ? Cependant dans le même temps, il la tient à distance. Il est ambigu. C’est un bon début n’est-ce pas ?

Un double meurtre : une bonne entrée en matière ! 

Garrett et Perry sont appelés sur une scène de crime. Deux corps de jeunes filles de bonne famille sont retrouvés dans une usine. Elles ont eu un organe prélevé. C’est un travail chirurgical sur l’une et sur l’autre c’est un peu plus approximatif. Peut-être que l’assassin a été interrompu. Un témoin ? Perry ne peut s’empêcher d’avoir des frissons devant cette scène. C’est son passé qui resurgit. Elle pense connaître le coupable. Seulement, ce n’est pas possible, elle l’a pratiquement décapité. Mais quand le Duc de Montcrieff revient à la cour du Prince Consort, elle se met à douter. Peut-être en a-t-il rechapé ? 

L’enquête est bien menée même si l’identité du coupable n’est pas vraiment un secret. Le tout est plutôt de savoir comment et dans quel but. Le suspense est présent. 

Steampunk encore et toujours !

Au début, quand j’ai commencé cette saga, je trouvais qu’il y avait assez peu d’éléments Steampunk à part quelques gadgets et un Londres un peu brumeux et victorien. Mais au fil des volumes, les technologies à l’image du style steampunk avec des rouages et de la mécanique sont de plus en plus présentes. L’ambiance se fait progressivement plus brumeuse. Les froufrous se rajoutent. Ça se rapproche toujours plus de Lady Mechanika d’autant plus avec le personnage de Perry.

En résumé : j’adore cette saga. La clôture de ce volume promet une réapparition de tous les autres protagonistes notamment ceux du tome 1 et 2. J’ai vraiment hâte. 

 PS : J’espère que la suite sera traduite. J’ai d’ailleurs posé la question aux éditions j’ai lu. Je n’ai pas encore la réponse. 

Note : 5 sur 5.

Tome précédent :

Pour d’autres avis : hooked-on-the-book, Sariahlit,La Chronique des Passions et Slytheerin

2 réponses sur “Londres la ténébreuse T4 :La proie et la chasseur de Bec McMaster”

Laisser un commentaire