Premier paragraphe/Première page/ Premières lignes, Rendez-Vous Littéraire

Premières lignes#117

Cher.e.s voyageur.e.s,

J’ai modifié le rendez-vous premier paragraphe. Et je me suis rendue compte que ma nouvelle version est très similaire à celle du rendez-vous premières lignes créées par Ma lecturothèque d’où le changement de nom

LE PRINCIPE : CHAQUE SEMAINE, JE PRENDS UN LIVRE ET JE VOUS EN CITE LES PREMIÈRES LIGNES DU RÉCIT. 

Je partage avec vous les premières lignes du livre d’une de mes lectures en cours Les noces de la renarde de Floriane Soulas :

1467, province d’Izumi, Japon.

La forêt prenait ses premières respirations de soleil. Des flancs de la montagne, encore chargée de l’humidité de la nuit, s’élevait un brouillard languide. Les écharpes de brume s’effilochaient au sommet des arbres sous les premières lueurs du jour. Assise sur un rocher, les pieds nus sur la mousse humide, Hikari admirait la vallée en contrebas. Un vent frais vint se perdre dans ses longs cheveux défaits. Elle était restée longtemps immobile à attendre le matin et, comme pour la remercier de sa patience, un subtil arc-en-ciel se dessina. Elle huma l’air matinal. L’hiver approchait. Elle le sentait dans la rosée du matin qui cristallisait le long de ses bras et dans les ramures dorées des ginkos sauvages qui tranchaient au milieu des nuances de vert de la forêt. Elle remua les pieds pour les désengourdir de sa longue attente. Son kosode1 de soie, qu’elle portait négligemment retenu par une fine lanière de tissu, glissa le long de ses cuisses et dévoila ses jambes nues.

Hikari tendit l’oreille. Au creux de la vallée, les fumées d’un village s’élevaient en longs serpents sinueux. Le jour était à peine levé et déjà les hommes du village s’activaient. Portés par la rumeur de la montagne, son ouïe perçante distinguait les murmures lointains de leur vie si différente, les chants des bûcherons qui partaient la cognée sur l’épaule, les bruits des animaux dans les étables.

Bonne lecture !

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

7 réflexions au sujet de “Premières lignes#117”

    1. Eh bien. J’ai du m’accroché. J’avoue que les premières pages m’ont paru longue et le manque de profondeur des personnages. C’est fait ressentir. Mais après, j’ai été dedans totalement et c’est trop bien !

Laisser un commentaire